AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Complice un jour, complice toujours. [Zeke]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
♦ L'amoureuse cornue ♦

avatar

★ Célébrité : Keira Knightley
★ Date d'inscription : 07/09/2015
★ Pseudo : Aya
★ Messages : 1683
★ Autres comptes : Haylee <3


MessageSujet: Complice un jour, complice toujours. [Zeke]   Dim 10 Juil - 18:17

Complice un jour, complice toujours.
Lena & Ezekiel
Le temps était plutôt désastreux en ce moment à Melbourne. Il pleuvait des cordes et la température n'avait rien à voir avec l’idée que se faisait les touristes étrangers du climat australien. C'était cette fameuse période de l'année où les gens préféraient rester chez eux, blottis dans leur robe de chambre avec une bonne boisson chaude plutôt que d'aller au boulot en affrontant les intempéries. Devant sa fenêtre avec une tasse de chocolat chaud dans les mains, Lena regardait les habitants de Melbourne courir pour attraper leur bus ou simplement se mettre à l'abri de l'averse, leur imperméables remontés sur leurs nuques pour les protéger comme ils le pouvaient. Une voiture passa en trombe inondant au passage un pauvre piéton bien malchanceux et désormais trempé jusqu'au os. La jeune femme se frotta le bras comme pour se réchauffer bien qu'elle soit elle, bien au sec et à l'abri de la pluie. Elle finit par se détourner de la fenêtre, laissant ainsi la vie des habitants de la ville suivre son cours loin de son regard. Elle préféra reporter son attention sur Netflix. Faisant défiler les séries, elle arrêta son choix sur les aventures d'une infirmière militaire de 1945 plongée accidentellement dans l’Écosse du XVIII ème siècle. Il n'était pas loin de 11h30 et alors que la plupart des gens s’apprêtait à partir en pause déjeuner, Lena était encore en pyjama devant la télé. Il fallait dire qu'elle se retrouvait dans cette fameuse situation que beaucoup lui envieraient (surtout aujourd'hui) : les vacances. Et comme elle n'en avait pas eu depuis un moment, elle en profitait beaucoup. Même si elle s'était enfermée dans le travail, se noyant dans les inventaires et autres réjouissances pour oublier ses problèmes, aujourd'hui, elle avait tiré un trait sur le passé et comptait bien reprendre sa vie la où elle l'avait laissée loin des rayonnages de la librairie, pour un temps en tout cas. Avec toutes les heures supplémentaires qu'elle avait faites au cour des derniers mois, elle avait pu s'octroyer 10 jours de repos. La où certains auraient du faire des pieds et des mains pour convaincre leur boss, Lena, elle, n'avait eu qu'à demander pour que Rose la fiche dehors avec un grand sourire lui interdisant de remettre les pieds dans la librairie avant mardi prochain. Elle savait que sa patronne était ravie qu'elle se reprenne en main et faisait tout pour l'encourager dans cette voie.

A 15h, elle était finalement douchée, habillée et prête même si elle n'avait rien à faire avant deux bonnes heures. Elle devait juste récupérer Lila et Matt car ils allaient tous les trois au cinéma pour la séance de 18h. Quand l'heure fut venue d'aller chercher sa fratrie, Lena prit ses affaires et quitta son appartement d'un air ravi. Une fois tout ce petit monde dans la voiture, en route pour le cinéma, l'unique représentant de la gente masculine présent tenta tant bien que mal de faire changer d'avis ses sœurs sur le film qu'ils allaient voir. Lila lui fit remarquer qu'elle et Lena étaient d'accord et que de toute façon, c'était à leur tour de choisir vu que la dernière fois, il les avait traînées devant Fast and Furious.
Tickets achetés et pop corn en main, ils allèrent tous les trois trouvés des places. Ils faisaient un peu tache dans le décor au milieu de tous ses enfants avec leurs parents mais ils sen fichaient... ou plutôt, les filles s'en fichaient car Matt lui, s'enfonçait dans son siège, se cachant derrière le pop corn histoire de passer inaperçu. Au bout de presque deux heures, le calvaire du jeune homme se finit alors que ses sœurs étaient encore sous le charme du long métrage. « De quoi tu te plains ? Je croyais que tu adorais la mer ! », « Quand tu parlais de film passionnant sur les fonds marins, je ne m'imaginais pas ça... », « Et bien fais comme Dory, oublie. » lui suggéra Lila avec un sourire en coin. Ils allèrent ensuite manger un bout tous les trois car même si il devait supporter des navets il aimait ses sœurs. Ils passèrent un très bon moment quand Lena suggéra à sa fratrie de continuer la soirée ensemble. Ils auraient pu aller dans un bar pour s'amuser un peu. Matt et Lila regardèrent leur sœur avec des yeux ronds. Ils avaient du mal à croire que c'était elle qui leur proposait de s'amuser dans un bar. Elle, le vestiaire vivant, voulait aller profiter de la nuit. La jeune femme leva les yeux au ciel devant leurs remarques et tendit sa carte bleu au serveur qui leur avait apporté la note. Comme si c'était aussi incroyable que ça qu'elle veuille faire un peu la fête. Quand elle y pensait, Mellie aussi avait trouvé ça suspect, ou tout du moins surprenant, la dernière fois... Mais peu importait leur stupéfaction, ils allaient devoir s'habituer à une Lena beaucoup plus insouciante maintenant.

Il était près de 23h30 quand la fratrie Williams entra dans l'établissement, cherchant des yeux une table où s'installer. Le bar avait beau ne pas être bondé, il y avait quand même du monde. Ils finirent par trouver leur bonheur et à peine assis, Lena déposa ses affaires tout en annonçant : « Je vais chercher la première tournée mais je vous préviens c'est vous qui payez les suivantes. ». Et avant qu'ils n'aient pu protester, elle s'éclipsa vers le bar. Elle commanda trois shots de tequila tout en tendant un billet pour régler la note. Et alors qu'elle attendait ses consommations, la jeune femme remarqua quelqu'un qu'elle connaissait très bien. Ezekiel était assis la, au bar, pas très loin d'elle mais ne semblait pas l'avoir vue. Elle resta la quelques secondes, se demandant si elle devait aller le saluer ou bien faire comme si de rien n'était. C'est finalement la voix du barman lui présentant les trois shots qui la tira de sa réflexion. Elle le remercia et jeta un dernier regard en direction de son ex avant de retourner à sa table. Oui, c'était mieux comme ça sans doute. Elle déposa les verres devant son frère et sa sœur, descendit le sien d'un traite. « Je reviens. ». Elle fit finalement demi tour et se dirigea vers l'endroit où se trouvait Ezekiel. Elle n'avait pas mis longtemps pour changer d'avis. Elle s'installa alors sur le siège à ses côtés. « Excusez-moi, je vais prendre la même chose que lui s'il vous plaît. » dit-elle à l'intention du barman avant de sourire au jeune homme. « Je ne m'attendais pas à te voir ici. ». Le serveur lui apporta alors sa consommation dont elle prit une gorgée. Elle faillit s'étouffer mais se retint même si on voyait à sa tête qu'elle ne s'attendait pas à ce que se soit aussi fort. « Ça va ? » dit-elle d'une façon qui se voulait décontractée au possible même si elle restait un peu tendue au vu de leur passé commun. « Pardon, tu attends quelqu'un peut-être... ». Et dans ce cas la elle serait de trop. Elle commença à regarder autour d'elle pour voir si elle ne reconnaissait pas Ariel ou pire encore mais non. Ça ne voulait pas dire pour autant qu'il n'était pas accompagné. L'esprit de la jeune femme commença à divaguer mais sa conscience la rappela bien vite à l'ordre. Ah non ! Commence pas, c'est fini ces conneries maintenant !
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ Le Don Juan amnésique ♦

avatar

★ Célébrité : Ian Somerhalder
★ Date d'inscription : 12/06/2015
★ Pseudo : Elina
★ Messages : 2334
★ Autres comptes : Emrys, Savannah, Darcy, Castiel, Aiden, Zoey, Thomas, Noah


MessageSujet: Re: Complice un jour, complice toujours. [Zeke]   Dim 7 Aoû - 1:33

Complice un jour, complice toujours
Lena & Ezekiel
La météo était déprimante en ce moment. Un vrai temps de merde. Comme on était en hiver, j’avais tendance à dormir un peu plus, comme une vraie marmotte. Le temps qu’il faisait dehors ne donnait aucune envie de sortir du lit de toute manière. A quoi bon se lever et regarder la pluie tomber ? Autant rester dans son lit bien au chaud. C’est pourquoi en ce moment, j’avais tendance à me lever entre quatorze et seize heures, pas avant. Comme ça, je n’avais pas énormément de temps à tuer avant d’aller bosser en début de soirée. Ouais, sauf aujourd’hui. Je ne bossais malheureusement pas ce soir. La loose totale. J’avais même tenté de négocier avec mon père pour venir travailler mais il avait refusé, affirmant d’un ton catégorique que je devais me reposer et me ménager. Seigneur, ça fait maintenant un an que je suis sorti du coma. J’ai largement eu le temps de me reposer ! Mais mes parents restent éternellement inquiets de ma condition et ne cessent de vouloir que je me repose. Quand vont-ils se rendre compte que je vais bien maintenant ? Je m’en suis remis, c’est de l’histoire ancienne et je déteste qu’on me couve de la sorte. Mais comme dirait Oberyn, on ne peut pas changer l’inquiétude de nos parents pour leurs enfants. Mon accident les a tous traumatisés.

Certes, mais en attendant je me fais chier moi ! Et il est hors de question que je reste toute la journée dans mon lit. Alors j’avais fini par me lever, vers dix-sept heures. J’avais pris une douche ensuite, restant très longtemps sous l’eau. Ariel allait sans doute encore râler que la facture d’eau avait augmenté mais je commençais à avoir l’habitude. Chaque mois c’était la même chanson. Une heure après, je m’étais habillé et ma sœur m’envoya un message pour me prévenir qu’elle passait la soirée avec une amie. Oh super. Me voilà donc seul à la maison pour je ne sais combien d’heures… Il n’était pas question que je reste ici à me faire chier tout seul dans mon coin. J’avais même envoyé un message à Adam pour voir s’il était dispo mais malheureusement, il avait un repas en famille. Génial. Quant à mon frère, il avait des révisions. Seigneur, quand est-ce que ce mec allait devenir un homme et lâcher ses stupides bouquins ? Jamais sans doute… Tant pis pour eux, j’allais sortir seul et ramener une nana avec moi. Après tout, je n’avais qu’à leur adresser un sourire charmeur et l’affaire était dans le sac.

Vingt-et-une heures et j’étais prêt à sortir pour aller faire la tournée des bars. Je pris ma veste et mes affaires et refermais l’appartement derrière moi. Je n’allais certainement pas rester chez moi comme un con alors que tout le monde allait sortir pour s’amuser. Je me garais devant le premier bar et j’allais commander à boire. Evidemment, je n’étais pas resté seul longtemps. Une jolie blonde vint à ma rencontre et le jeu de la séduction pouvait commencer. Pendant près d’une heure, je lui faisais mon numéro de charme et elle n’y restait pas insensible. Loin de là. C’est même elle qui m’invita à passer chez elle après à peine une heure de drague intensive. Visiblement, elle habitait à côté et elle avait envie de me montrer ses talents. Ouais, ses talents étant donné qu’on avait parlé des domaines dans lesquels nous étions doués. Elle n’allait pas être déçue avec moi, c’était une certitude. J’avais donc fini par la suivre chez elle, et puis, ce qui devait arriver arriva. J’avais fini dans son lit.

J’y étais resté un petit moment puis une idée avait germé dans ma tête alors que je fumais une cigarette sur son balcon lorsque nos ébats furent terminés. Combien de femmes étais-je capable de chopper en une seule nuit ? Et si je faisais un marathon ? En voilà une idée qu’elle est bonne ! Oh oui j’allais faire ça ! Déterminé à battre un record, je terminais rapidement ma clope pour aller me rhabiller. La nana franchement baisée tenta de me retenir, arguant son désir de remettre ça, mais j’avais d’autres plans et d'autres chats à fouetter. Alors je m’étais rhabillé, j’avais récupéré toutes mes affaires et ciao bye bye. J’avais claqué la porte de son appartement pendant qu’elle me demandait de la rappeler et je retournais à ma voiture. La rappeler ? Je n’avais même pas enregistré son numéro. Tant pis, elle s’en remettra et passera à autre chose. Même si je suis le genre de mec inoubliable. Dans le pire des cas, elle tombera en dépression et sera suivie par un psy. Mais elle finira par s’en remettre. Bref, il était presque 23h30 quand j’arrivais dans un nouveau bar. Quelle serait ma nouvelle proie ? Histoire d’avoir un meilleur point d’observation, je décidais d’aller m’asseoir au comptoir et de commander un verre. Je reçus un sms d’Ariel qui me demandait ce que je faisais. J’étais en train de lui répondre quand une voix familière se fit entendre juste à côté de moi. Elle s’adressa au barman, assurant qu’elle voulait la même chose que lui. Lui ? Moi ? Je relevais la tête vers elle et constatais qu’elle me souriait. Ok, elle voulait donc boire la même chose que moi. Est-ce qu’elle avait la moindre idée de ce que j’étais en train de boire au moins ? Etant donné sa faible tolérance à l’alcool je dirais que non. Elle assura qu’elle ne s’attendait pas à me voir ici tandis que le serveur lui apporta sa consommation. Elle en but immédiatement une gorgée et ce n’est qu’à ce moment qu’elle prit conscience de la dose d’alcool présente dans son verre, à en juger par l’expression de son visage. Cela me fit sourire alors qu’elle me demanda comment j’allais avant de s’excuser rapidement de me déranger parce que j’attendais potentiellement quelqu’un. « T’emballe pas, je n’attends personne en particulier. » Non, j’essaye juste d’accomplir un record. Je suis juste en chasse et tu tombes carrément bien Lena. « Par contre, as-tu la moindre idée de ce que tu es en train de boire ? Etant donné que tu ne tiens pas vraiment l’alcool, je ne pense pas que ce soit la boisson la plus appropriée pour toi chérie. » Lançai-je sur un ton qui se voulait mi-charmeur mi-moqueur. « Je me souviens de la dernière soirée d’Halloween où tu as fini complètement cuite. » Pour finir ensuite dans mon lit. Enfin, dans son lit avec moi. Ce serait peut-être un bon plan de la faire boire, non ? Quoique, ce n’est pas une technique très loyale. Et alors ? « Mais je ne m’attendais pas à te voir ici non plus. Qu’est-ce qui t’amène dans le coin ? » Jouait-elle encore au vestiaire ambulant pour sa fratrie ? « Sinon je vais bien. Et toi ? Depuis le temps. »

crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://australianlife.forumactif.org/t41-ezekiel-oublier-le-passe-vivre-le-present-construire-l-avenir
♦ L'amoureuse cornue ♦

avatar

★ Célébrité : Keira Knightley
★ Date d'inscription : 07/09/2015
★ Pseudo : Aya
★ Messages : 1683
★ Autres comptes : Haylee <3


MessageSujet: Re: Complice un jour, complice toujours. [Zeke]   Lun 29 Aoû - 22:40

Complice un jour, complice toujours.
Lena & Ezekiel
Ça faisait plusieurs mois que Lena n'avait pas vu Ezekiel. La dernière fois c'était au St Kilda Festival. Ils s'étaient croisés la-bas totalement par hasard et autant dire que Lena avait failli faire une syncope en se rendant compte que la personne qu'elle avait bousculé était son ex. Sur toutes les personnes présentes ce jour-la, il avait fallu qu'elle tombe sur lui. Et au vu de leur dernière entrevue, elle n'était absolument pas préparée. Ils s'étaient disputés et depuis, il faisait silence radio ; ce qu'elle comprenait très bien. Elle pensait même que plus jamais ils ne se reparleraient. Et ça se trouve, si il ne s'étaient pas vu ce jour-la au festival, c'est ce qui se serait passé. Mais ils s'étaient retrouvés et autant vous dire que la surprise passée, Lena appréhendait un max. Mais contre toute attente, ça s'était super bien passé. Il avait été drôle, chaleureux et légèrement prétentieux sur les bords, Ezekiel Morgan dans toute sa splendeur en somme. Ils avaient passé un bon moment et même Ariel, qui était la-bas avec son frère, avait été sympathique ; où tout du moins autant qu'elle pouvait l'être avec Lena. Si on pouvait dire que cette sortie improvisée à trois avait été une réussite, elle avait cependant permis à la demoiselle de se rendre compte d'une chose. En effet, il avait beau sembler ne plus lui en vouloir et être gentil avec elle, il n'y avait rien de plus. Alors même si elle était ravie qu'il la traite comme une amie, c'était aussi le problème. Il ne l'aimait pas ou plus. En tout cas pas comme elle l'aurait souhaité. Elle avait eu du mal à accepter ce fait mais elle avait tout de même réussi. Elle était passée à autre chose comme on dit et n'avait alors pas spécialement cherché à prendre contact avec lui. C'était donc la première fois qu'elle le revoyait depuis St Kilda et surtout, la première fois depuis qu'elle avait décidé d'aller de l'avant.
Elle s'était plusieurs fois imaginée ce qu'elle ferait si elle le croisait par hasard. Elle s'était dit qu'elle le saluerait juste et passerait son chemin ou bien encore qu'ils joueraient les inconnus. Ce qui lui faisait le plus peur, c'était que tous ses sentiments reprennent le dessus et qu'elle retombe dans la même spirale qu'il y a quelques temps en arrière. Parfois, elle pensait que son cœur allait battre la chamade tellement fort et si vite qu'elle finirait à l'hôpital. Mais rien de tout cela ne s'était produit. Elle avait d'abord hésité puis finalement avait décidé de parler un peu avec lui. En s'approchant du comptoir, elle remarqua qu'il était sur son téléphone. Elle profita de l'effet de surprise pour s'installer et entamer la conversation. Elle avait cru pendant un instant qu'il était accompagné et cette simple pensée avait commencé à se frayer un chemin jusqu'au mur derrière lequel elle avait enterré ses sentiments. Heureusement sa conscience la rappela bien vite à l'ordre. Il lui affirma qu'il n'attendait personne et une pointe de satisfaction se fit ressentir. Si Mellie et Rose étaient la, elle lui dirait qu'elle était irrécupérable, ce qui était sans doute le cas.

Dans sa « technique d'approche amicale », Lena avait commandé la même chose qu'Ezekiel. Grosse erreur : la grimace qu'elle avait faite en buvant une gorgée de ce truc n'avait pas échappé au jeune homme qui avait bien entendu sauté sur l'occasion pour se moquer d'elle. Il lui rappela la fois où elle était rentrée totalement refaite à Halloween. Lena se remémora rapidement la soirée et se mordit la lèvre en repensant à ce carnage. Elle s'était accrochée à lui tel un koala à sa branche à plusieurs reprises. Sans compter les trucs débiles qu'elle avait pu sortir... Et même si la fin de soirée avait été agréable, elle préférait ne pas repenser aux fois où elle avait abusé de la boisson. Faut dire que ce n'était pas toujours joli à voir... Et ça c'était pour les fois où elle s'en rappelait alors elle n'osait pas imaginer ce que ça pouvait donner quand ce n'était pas le cas. « Tu sais, j'ai peut-être une meilleure tolérance à l'alcool depuis la dernière fois qu'on s'est vus. ». Oui, c'est ça.... Elle se saisit de son verre et en reprit une longue gorgée. A peine l'avait-elle avalée qu'elle se mit à tousser puis fit une grimace pire que la première, ce qui en disait bien long sur ce qu'elle ressentait. « Non en fait, t'as raison, c'est toujours pas mon truc. ». Elle se mit à rire. Comment pouvait-elle espérer qu'il ne la taquine pas après ça ? « Comment tu fais pour boire ce truc ? ». Elle regarda la fin de son verre avec une expression dépitée.
Pendant qu'elle boudait sa boisson, il lui affirma que lui non plus ne s'attendait pas à la voir ici. Tu m'étonnes, c'était tellement pas son genre. Elle ne fréquentait que très peu les bars et quand elle passait la nuit en boite, c'était surtout à l'époque où elle attendait qu'il ait fini son service. De toute évidence, il avait retenu qu'elle n'était pas une grande fêtarde donc c'était forcément une surprise de la trouver la. Il lui demanda alors ce qu'elle faisait ici avant d'ajouter qu'il allait bien et lui retourner la question. « Je vais bien merci. Je suis venue finir la soirée avec Lila et Matt. Ils sont à une table la-bas. ». Elle se tourna alors pour jeter un coup d’œil à sa fratrie. Et alors qu'elle pensait les trouver en pleine conversation, elle se rendit compte qu'ils étaient tous les deux entrain de la fixer. Elle croisa d'abord le regard de Matt. Si ses yeux avaient été des flingues, il aurait fait un massacre. Il fusillait Ezekiel mais également sa sœur et elle n'avait pas besoin qu'il lui dise pourquoi, elle connaissait très bien la raison de cette animosité. Il voulait qu'elle tire définitivement un trait sur son ex et discuter avec lui ne faisait pas vraiment partie du procédé. Lena lui lança un petit regard désolée avant de reporter son attention sur sa sœur. La cadette des Williams affichait une expression totalement différente. Elle fixait sa grande sœur avec une expression amusée et pour elle non plus, la miss n'avait pas besoin de traducteur, elle savait ce qu'elle était entrain de se dire. Lila l'avait toujours soutenue. Même après tous les ennuis que leur couple avait traversé, elle pensait qu'Ezekiel était l'homme de sa vie. Selon la petite dernière, il n'y avait qu'à voir comment le destin les mettait sur le chemin l'un de l'autre pour en être convaincue. Ses yeux disaient donc « Tu vois que c'est vrai. ». Lena préféra se retourner faisant comme si elle ne sentait par leurs regards dans son dos et surtout, pour ne pas se mettre à cogiter.

C'est le barman qui la sortit de ses pensées. « De la part du jeune homme la-bas. ». Elle leva les yeux et regarda dans la direction que lui indiquait l'employé. Un homme la salua d'un signe de tête. Ses yeux allèrent alors du verre à la personne qui le lui avait offert d'un air perplexe. Elle finit quand même par capter et le remercia d'un signe de tête. Et alors qu'elle fixait le cocktail, elle priait intérieurement pour que ce ne soit pas trop fort. Ça serait super malpoli si en buvant, elle faisait la même tête qu'avec le verre de Zeke. Elle se saisit alors du récipient avant de le porter à ses lèvres. Ce fut avec une forte appréhension qu'elle but une première gorgée qui en fait se révéla être super bonne. C'était sucrée, il ne lui en fallait pas plus. Elle finit donc d'une traite sa consommation. Elle reposa le verre et se lécha les lèvres.  Elle se tourna alors vers le jeune homme et le remercia encore une fois avec un grand sourire avant de reporter son attention sur Zeke. « J'avais peur que ce soit trop fort mais finalement, c'était super bon. ». Elle se mit alors à regarder son verre vide. « J'en reprendrais bien un... ». Elle fit signe au barman. « Je pourrais ravoir la même chose s'il vous plaît ? ». Ni une ni deux, la deuxième tournée arriva. Elle remercia alors le serveur et en but la moitié d'un coup. Et alors qu'elle descendait son cocktail, elle regarda Zeke du coin de l’œil. Elle lui tendit alors son verre. « Tu veux goûter ? »
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ Le Don Juan amnésique ♦

avatar

★ Célébrité : Ian Somerhalder
★ Date d'inscription : 12/06/2015
★ Pseudo : Elina
★ Messages : 2334
★ Autres comptes : Emrys, Savannah, Darcy, Castiel, Aiden, Zoey, Thomas, Noah


MessageSujet: Re: Complice un jour, complice toujours. [Zeke]   Dim 11 Sep - 18:56

Complice un jour, complice toujours
Lena & Ezekiel
Ça faisait un petit moment que je n’avais pas croisé Lena. En fait, depuis que j’avais découvert son mensonge, j’avais un peu rompu le contact. J’avais vécu ses cachoteries comme une véritable trahison et j’avais eu besoin de prendre mes distances. Je l’avais finalement croisée par hasard au Festival de St Kilda avec Ariel et contre toute attente ça s’était plutôt bien passé. Contrairement à ce que j’avais pu penser, je n’avais pas ressenti de la haine à son égard. Je ne lui en voulais plus. Après tout, pourquoi vivre dans le passé ? Autant aller de l’avant, je sais à quel point la vie est courte et qu’elle peut basculer du jour au lendemain. Le passé appartient au passé, à quoi bon y rester ancré ? Mon propre passé ne m’appartient plus de toute manière. Depuis près d’un an, j’avais appris à vivre avec le présent, alors même si je l’avais mal vécu au départ, j’avais tourné la page.

Je fus tout de même surpris de la trouver là, dans un bar, quand je savais à quel point elle ne tenait pas l’alcool. Servait-elle encore de porte manteau pour ses amis ou sa famille ? Dans tous les cas, elle fit la grossière erreur de commander la même chose que moi. J’avais pour habitude de boire des alcools forts, est-ce que ce détail lui avait échappé ? Visiblement, à en juger par l’expression de son visage quand elle gouta son verre. Elle émit l’hypothèse qu’elle avait une meilleure tolérance à l’alcool depuis la dernière fois qu’on s’était vus, mais je haussais un sourcil, pas franchement convaincu. « J’en doute… » Chuchotai-je pour moi-même alors qu’elle toussa après une nouvelle gorgée. « Bien sûr que j’ai raison. Tu devrais plutôt te contenter des boissons pour fillette, ou du sans alcool. Bois un coca. » Lançai-je avec un sourire moqueur avant qu’elle ne me demande comment je faisais pour boire ça. J’eus alors un petit rire. « La différence entre toi et moi chérie, c’est que moi je suis un homme, un vrai et que je ne supporte pas les boissons de gonzesse. Ça me donne l’impression de boire du jus de fruit. » Accompagnant le geste à la parole, je bus une gorgée de mon verre.

La discussion changea de cap, parce que j’étais à la fois curieux et surpris de la trouver ici. Ce n’était pas vraiment son genre selon mes souvenirs. Il me semblait qu’elle n’était pas du genre à courir les boites de nuit et boire dans un bar jusqu’au bout de la nuit. Non, elle était plutôt du genre à rester dans son canapé, un pot de glace sur les genoux à passer sa soirée devant des films de nanas. Elle m’expliqua alors qu’elle était venue avec Lila et Matt et me les montra non loin de nous. Il me semble qu’il s’agit de son frère et sa sœur. Elle m’en avait déjà vaguement parlé. Je me tournais à mon tour pour jeter un œil vers eux et je pus constater un sacré contraste dans leur façon de nous fixer. Si sa sœur semblait amusée, son frère en revanche nous fusillait du regard. Je suppose qu’il ne me portait pas dans son cœur. Mais je n’en avais absolument rien à battre. Je leur adressais même un bref signe de la main et un petit sourire. Provocation ? J’ai toujours été ainsi.

Cependant, mon sourire disparut bien vite lorsque le barman apporta une boisson à Lena de la part d’un abruti un peu plus loin. Aussitôt mon regard se posa sur lui. Comment ose-t-il offrir à boire à Lena alors qu’elle est déjà accompagnée ? Pour qui se prend ce connard ? Sérieusement ? Je fronçais les sourcils et mes lèvres se pincèrent, retenant un soupir d’agacement. S’il y avait bien une chose que je détestais, c’était qu’on empiète sur mes plates-bandes. Ma main se serra autour de mon verre et je ne cessais de le fixer. Ce furent les paroles de Lena qui me sortirent de mes envies de meurtre. Le pire c’est qu’elle avait aimé la boisson. Elle en recommanda même un deuxième verre… Mon regard se posa sur elle alors qu’elle vida la moitié de son nouveau verre d’un seul coup. Si je voulais gouter ? « Certainement pas. » Lançai-je, mauvais, avant de pousser le verre du revers de la main pour qu’il s’écrase par terre. « Tu vas finir raide morte en moins de deux si tu continues à t’enfiler cette merde comme si c’était du jus d’orange. » Je me levais vivement, reportant mon attention sur l’autre crétin. « Pour qui il se prend ce connard. » Crachai-je entre mes dents, la mâchoire serrée. J’aurais pu aller le voir et lui en foutre une sur le champ. Mais ce n’était pas mon style. J’étais plus dans la subtilité que l’affrontement direct. Alors m’assurant qu’il avait son attention vers nous, j’eus un faible sourire mesquin et j’attrapais Lena par le bras pour qu’elle se lève à son tour. Sans prévenir, j’attrapais son visage avec mon autre main pour l’embrasser pleinement. J’y allais à fond, sans lui laisser le temps de comprendre ce qu’il se passait. Je faisais rarement dans la demi-mesure. Tout en l’embrassant comme si ma vie en dépendait, je levais ma main vers l’autre type pour lui montrer mon joli majeur. Mange ça enfoiré.

Après de longues secondes – ou minutes – de baiser intense, je quittais ses lèvres. « On se casse d’ici. » Je sortis quelques billets de ma poche que je déposais sur le comptoir pour payer nos consommations et j’attrapais la main de Lena pour l’attirer dehors. Il faisait trop chaud à l’intérieur, j’avais besoin d’air frais. Une fois sortis du bar, je fis quelques mètres avant de m’arrêter. Je lâchais sa main pour récupérer mon paquet de cigarettes dans la poche de ma veste ainsi que mon briquet et j’en allumais une, rangeant le tout ensuite. « Tu veux faire quoi maintenant ? » A moins qu’elle ne veuille pas passer le reste de la soirée avec moi ? Peut-être qu’elle préfère rester avec son frère et sa sœur ainsi qu’avec l’abruti du bar ? Peu importe, elle n’a pas le choix, elle restera avec moi. « Je t’ai kidnappée, alors tu n’as pas d’autre choix que de me suivre. » Plaisantai-je à moitié alors que je coinçais ma clope entre mes lèvres. « Qu’est-ce qui te ferait plaisir ? Et ne me dis pas que tu veux boire un autre verre, avec ce que tu t’es enfilée, ça suffira pour ce soir. »

crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://australianlife.forumactif.org/t41-ezekiel-oublier-le-passe-vivre-le-present-construire-l-avenir
♦ L'amoureuse cornue ♦

avatar

★ Célébrité : Keira Knightley
★ Date d'inscription : 07/09/2015
★ Pseudo : Aya
★ Messages : 1683
★ Autres comptes : Haylee <3


MessageSujet: Re: Complice un jour, complice toujours. [Zeke]   Jeu 22 Déc - 13:23

Complice un jour, complice toujours.
Lena & Ezekiel
C'était si naturel de lui parler. Pourquoi fallait-il que se soit aussi facile ? Lena n'avait pas besoin de réfléchir à ce qu'elle allait dire ou faire, ça coulait tout seul. Elle ne se posait pas de questions, ses gestes et ses paroles étaient emprunts d'une spontanéité et d'une évidence presque déconcertante. Il en avait toujours été ainsi entre eux. Ça aurait tout de même été plus facile si un silence gêné s’installait entre eux. Elle lui aurait juste souhaité une bonne soirée et serait reparti auprès de Lila et Matt. Ils se seraient contentés des banalités imposées par la société avant de lentement glisser vers l'indifférence la plus totale. Mais non, il fallait qu'elle fasse la maligne et lui qu'il la taquine. Voila comment ça fonctionnait entre eux. Une mécanique bien ancrée en elle qui n'avait pas besoin de grand chose pour se mettre en route.
Cela dit, il semblait qu'une nouvelle habitude se mettait en place quand ils se voyaient : elle buvait. Pas spécialement pour se donner du courage mais elle finissait régulièrement avec un verre à la main. Malheureusement, ce n'était pas une bonne chose. Oh elle était loin de devenir alcoolique, c'était juste que ça ne lui réussissait pas. Même Ezekiel le savait. Il lui fit d'ailleurs remarquer qu'elle devait se contenter des « boissons de nanas ». Lena leva les yeux au ciel. C'était quoi les boissons de nana pour lui ? Des jus de fruits ? « Pourquoi faut-il que les mecs se la jouent avec leur alcool fort ? Les filles aussi peuvent encaisser. ». Bon clairement, elle ne se comptait pas dans le lot. Mais Mellie par exemple tenait bien l'alcool. Et puis en y repensant, quand c'était bien caché par une tonne de sucre et un goût de fraise, elle aussi pouvait boire n'importe quoi.
En tout cas, si le premier verre avait été plus une blague qu'autre chose, elle ne s'était pas attendue au deuxième. Un client qui lui en avait offert un et elle ne savait pas ce qui était le pire : qu'elle l'ait bu ou qu'elle ait recommandée la même chose. Elle était vraiment trop bête par moment. Et comme sa stupidité semblait sans limite, elle proposa carrément à Ezekiel de goûter. Celui déclina l'invitation, poussant du revers de la main la boisson qu'elle lui tendait. Elle faillit faire tomber le verre mais évita la catastrophe de justesse. Il lui fit remarquer que si elle continuait, elle finirait encore ivre. Il ajouta quelque chose mais elle s'en fichait, tout ce qu'elle avait retenu c'est qui la traitait encore comme une pauvre jeune fille frêle et absolument pas copine avec la boisson. « Si t'en voulais pas, il suffisait de le dire, j'ai failli le faire tomber. Depuis quand tu es devenu aussi... ». La fin de sa phrase resta en suspens car il s'était levé d'un coup. Elle le regarda avec des yeux ronds se demandant ce qui allait lui tomber dessus. Il l'attrapa par le bras pour qu'elle se lève également. Alors la, elle commençait à flipper. Il allait pas lui mettre une baffe quand même ? Et bien d'une certaine manière, si. Elle se prit une sacrée claque quand il l'embrassa avec une fougue presque surréaliste. Il avait rarement mis autant de force dans ses baisers ce qui laissa Lena pantoise. Elle faillit en lâcher son verre une nouvelle fois. Quand il rompit leur étreinte, elle était presque déconnectée de la réalité. Ezekiel prononça quelques mots qui ne parvinrent pas jusqu'à son cerveau. C'est quand il saisit sa main et commença à l'emmener vers la sortie qu'elle redescendit de son petit nuage. Essayant de se frayer un passage au milieu des autres clients, elle le suivait tant bien que mal, toujours son verre à la main. Elle finit par le déposer sur une table au hasard avant de franchir les portes de l'établissement.

L'air frais lui fit plus de bien qu'elle ne l'aurait pensé. Depuis quand elle avait aussi chaud ? Après quelques mètres, il la lâcha et tout en sortant une cigarette, lui demanda ce qu'elle voulait faire maintenant. A vrai dire, elle n'en avait aucune idée. Elle n'avait pas spécialement imaginé qu'il la « kidnapperait » comme il le soulignait lui-même. D'ailleurs depuis quand le ravisseur demande à sa victime ce qu'elle veut faire après son enlèvement ? Mais bien qu'il lui laisse le choix, il émit tout de même une réserve sur le fait qu'elle ne devait plus boire pour ce soir. Et il avait raison, elle devrait peut-être arrêter les frais pour aujourd'hui. « Très bien Monsieur le rabat-joie, je ne boirai plus. Content ? ». Voila qu'elle faisait encore la maligne... Mais c'était plus fort qu'elle. Non en fait, c'était lui la cause du soucis. Elle n'était pas comme ça avec les autres. Il n'y avait qu'en sa présence qu'elle était aussi irréfléchie. Il la rendait folle, toujours. « Il me faut mes affaires, que je dise au revoir à Lila et Matt. Je reviens. ».
Elle se rengouffra alors dans le bar et la chaleur excessive des lieux la fit se sentir mal. Elle devait se dépêcher, comme si elle avait peur qu'il se volatilise si elle mettait trop de temps. Elle trouva son frère et sa sœur à la table où elle les avait laissés. Elle prit ses affaires, s'excusant de les planter. Lila secoua la tête pour dire qu'il n'y avait aucun problème. Matt par contre, la fusillait du regard. « Fais pas cette tête, je serai sage. ». Elle déposa un baiser sur sa joue puis posa ses clefs de voiture devant lui. Elle les laissait peut-être mais ils ne rentreraient pas à pied. Elle se dirigea vers la porte et en passant, vit son verre qu'elle avait posé quelque minutes plus tôt. Elle sourit et but ce qu'il restait avant de le reposer. Elle se sentait comme une vilaine fille qui avait désobéit ce qui était un peu le cas.

Quand elle ressortit une nouvelle fois du bar, elle avait un grand sourire niais scotché sur le visage. Elle mettait ça sur le dos du verre qu'elle avait bu et non sur la petite lueur de joie qui se baladait dans sa tête. Mais son sourire s'effaça bien vite. En effet, qu'elle ne fut pas sa surprise de voir Monsieur se faire aguicher par une pimbêche blonde. Une blonde ! Encore ! A croire que toutes les pouffiasses en chaleur de Melbourne étaient blonde (Mellie étant l'exception à la règle.). Elle soupira devant ce spectacle qui ne lui était que trop familier. Pendant une seconde, elle hésita entre retourner à l'intérieur ou se barrer en le plantant avec sa pétasse. Puis une idée bien plus drôle germa dans son esprit. Un sourire malicieux se dessina sur ses lèvres et elle s'approcha gentiment d'Ezekiel sans prêter une seconde attention à l'autre gourde. Elle l'attrapa par le col de sa veste et captura sa bouche sans le moindre préambule. Sa langue passa la barrière de ses lèvres alors qu'une de ses mains se glissa dans ses cheveux. Elle l'embrassait avec passion comme si c'était la dernière chose qu'elle ferait sur cette Terre. Elle finit par rompre leur baiser, cette stupide nécessité humaine de respirer pour survivre se faisant ressentir. Elle croisa un instant son regard puis avec un sourire au coin des lèvres demanda : « J'espère ne pas avoir été trop longue. ». La blonde partit non sans leur lancer un regard noir qu'elle avait tenté de cacher par du dédain et de l'indifférence. Si il voulait se la faire, ça semblait fortement compromis. Mais après tout, ce n'était que la monnaie de sa pièce. Lui aussi avait marqué son territoire tout à l'heure, elle n'avait fait que suivre son exemple. Elle regarda sa « rivale » s'éloigner avant de reporter son attention sur Ezekiel. « Je te rappelle que tu m'as kidnappé, tu dois assumer les conséquences maintenant. » dit-elle en souriant avant qu'il n'ait le temps de dire quoi que ce soit. Lena fit volte face et commença à avancer. Elle ne savait pas trop bien où elle allait mais elle y allait. Elle s'arrêta au bout de quelques mètres et se retourna. « Et si on allait danser ? ». Elle fit un petit tour sur elle-même comme pour illustrer ses propos. Elle faillit lui proposer d'aller au Therapy mais la probabilité d'y croiser Alexis était bien trop forte. « Ou on pourrait aller se baigner ! » Ben oui tiens, allons faire un bain de minuit en plein mois de juillet.
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ Le Don Juan amnésique ♦

avatar

★ Célébrité : Ian Somerhalder
★ Date d'inscription : 12/06/2015
★ Pseudo : Elina
★ Messages : 2334
★ Autres comptes : Emrys, Savannah, Darcy, Castiel, Aiden, Zoey, Thomas, Noah


MessageSujet: Re: Complice un jour, complice toujours. [Zeke]   Dim 12 Fév - 14:26

Complice un jour, complice toujours
Lena & Ezekiel
Je ne connaissais pas Lena aussi bien que je le devrais. J’avais oublié notre passé commun, notre rencontre, notre vie à deux. Il ne me restait que des ressentis, des pressentiments, et tout ce dont je me souvenais depuis ma sortie du coma. J’avais oublié la plus grande partie, pourtant je savais qu’elle ne tenait pas l’alcool. J’en avais fait les frais – si on peut dire ça ainsi – au dernier Halloween. Elle n’avait pas bu grand-chose, pourtant l’alcool avait bien vite pris le dessus sur elle. Pourtant dans ce genre d’évènement, on ne peut pas dire que l’alcool soit servi très fort. C’est pour cette raison que j’avais préféré la mettre en garde. D’une façon plus ou moins subtile. Ma remarque la fit lever les yeux au ciel avant de rétorquer une réplique qui me fit sourire. « Ne généralise pas, je parle de ton cas. Moi j’encaisse sans souci. Toi non. On en reparle de la soirée d’Halloween ? » Ce n’était pas nécessaire, elle savait comment ça s’était terminé. D’une bien bonne façon, certes, mais elle avait été bourrée comme un trou.

La tournure que prit ensuite la situation ne m’avait pas plu. De quel droit ce crétin osait-il lui offrir un verre alors que j’étais avec elle ? Et non seulement elle avait apprécié mais en plus elle en avait recommandé un verre en me proposant de gouter… Je connaissais parfaitement. Avait-elle oublié que c’était mon métier de préparer des boissons alcoolisées ? Non je n’en voulais pas effectivement et ça m’avait particulièrement agacé qu’elle se fasse draguer de loin alors qu’elle n’était pas seule. Je ne tolérais pas qu’on empiète sur mes plates-bandes. Alors, je l’avais embrassée, ni plus ni moins. Pour montrer à cet abruti qu’elle était déjà prise. Comme je n’étais pas le genre de type à foncer dans le tas, je préférais agir plus sournoisement. Au moins de cette façon, le message passait clairement. Je ne fis pas vraiment attention à la réaction de Lena. Tout ce qui m’importait c’était d’en foutre plein la gueule à ce pauvre type. Quel abruti sérieusement. Mais maintenant, il n’était plus question de rester là alors je l’avais entrainée à l’extérieur. Tant pis pour son frère et sa sœur. Il fallait que je prenne l’air et hors de question que je la laisse seule dans ce bar avec ce mec en rut pas loin.

Une fois dehors, je lâchais sa main pour sortir une cigarette de la poche de ma veste. J’avais envie de fumer. Ma clope calée entre mes lèvres, j’attrapais mon briquet pour l’allumer avant de lui demander ce qu’elle voulait qu’on fasse maintenant que je l’avais kidnappée. Ben ouais, on n’allait pas retourner à l’intérieur comme deux cakes. Maintenant que je l’avais emmenée avec moi, autant qu’on fasse quelque chose ensemble non ? Rangeant mon briquet dans la poche de ma veste et tirant une taffe, elle affirma qu’elle ne boirait plus, me qualifiant au passage d’un surnom très gratifiant. Je haussais les épaules. « Si tu veux boire vas-y, tant que tu ne retournes pas dans ce bar avec tous ces mecs en rut. Si tu restes avec moi, tu peux boire autant que tu veux. Mais j’aimerais éviter de devoir te tenir les cheveux quand tu te mettras à vomir. A toi de voir comment tu veux que la soirée tourne. » Tant qu’à faire, je préférais qu’elle garde ses pleines capacités plutôt que de la voir rendre tout ce qu’elle aurait bu. Il y avait un juste milieu certes, mais je n’avais pas envie de jouer au baby-sitter pour une Lena complètement déchirée. « Et jouer à la nounou ça ne me tente pas trop. » Mais elle s’éclipsa, signalant qu’elle allait récupérer ses affaires et qu’elle devait prévenir sa famille. J’acquiesçais d’un signe de tête alors qu’elle retournait à l’intérieur.

En attendant, j’allais m’adosser contre le mur du bar, juste derrière moi, pour fumer tranquillement le temps qu’elle revienne. Je relevais une jambe pour poser mon pied contre le mur, réfléchissant à ce qu’on pourrait faire maintenant. Cependant, je ne restai pas seul bien longtemps. Une superbe blonde s’était approchée de moi pour me demander si j’avais du feu. Moi j’avais le briquet, mais elle, à la manière dont elle me regardait, elle devait avoir le feu au cul. Bref. Avec un sourire en coin, je sortis mon briquet de ma poche pour lui allumer sa cigarette. Elle me remercia avec une voix sensuelle avant de glisser ses doigts sur mon genou relevé. Et une chaudasse en chaleur, une ! Cependant, je n’eus pas vraiment le temps d’engager une quelconque conversation avec elle que je sentis qu’on m’attrapa par le col de ma veste. La seconde suivante, les lèvres de Lena se posèrent sur les miennes, de la même manière que je l’avais fait un peu plus tôt. La demie seconde de surprise passée ma main libre se posa sur sa hanche et je répondis à son baiser de la même manière qu’elle. Lorsqu’elle mit fin à cette étreinte, je me retrouvais limite à bout de souffle par cette intensité et j’avais déjà envie d’aller plus loin. Calme-toi ! Qui est le plus en chaleur des trois en fin de compte ? Elle espéra ne pas avoir été trop longue et avant que je ne puisse répondre, je vis la blonde dans ma vision périphérique s’en aller. Bien joué Lena. Ex aequo, balle au centre. « J’assume les conséquences, je n’y peux rien si je suis irrésistible et que j’attire toutes les belles femmes de cette ville. » La preuve, une belle blonde était venue m’aborder sans que je ne fasse quoi que ce soit. Mais la voilà qui se mit en route, pour aller je ne sais où. Je me décollais du mur, glissant ma cigarette entre mes lèvres et fourrant mes mains dans mes poches, pour la suivre. Elle proposa d’aller danser. Je manquais de m’étouffer. « Tu m’as bien regardé ? » Je n’aimais pas danser. J’avais juste fait l’effort lors de notre première rencontre. Enfin, la seconde ? En tout cas, la première à mes yeux, celle dont je me souviens. Elle proposa aussi d’aller se baigner. Ben oui tiens, allons prendre un bain de minuit en plein hiver dans une mer glaciale. En voilà une idée qu’elle est bonne. « Tu vois, à peine deux verres et tu n’as déjà plus les idées en place. Qu’est-ce que je disais hein ? » Il doit faire à peine 15 degré à cette heure, on va choper la crève. « Tu en as d’autres des idées intelligentes ? » Ou alors… l’eau de mer est peut-être froide, mais pas celle d’une piscine ? A cette heure-ci elles doivent toutes être fermées mais on peut toujours entrer discrètement, non ? « Hum… Tu sais où on pourrait trouver une petite piscine municipale ? Un endroit où on pourrait rentrer facilement, même si c’est fermé ? » Voilà que je rentrais dans son délire… Je n’avais pourtant pas tant bu que ça…

crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://australianlife.forumactif.org/t41-ezekiel-oublier-le-passe-vivre-le-present-construire-l-avenir
♦ L'amoureuse cornue ♦

avatar

★ Célébrité : Keira Knightley
★ Date d'inscription : 07/09/2015
★ Pseudo : Aya
★ Messages : 1683
★ Autres comptes : Haylee <3


MessageSujet: Re: Complice un jour, complice toujours. [Zeke]   Dim 12 Fév - 21:15

Complice un jour, complice toujours.
Lena & Ezekiel
Lena et l'alcool, ça avait toujours fait deux. Elle le savait, sa famille le savait et sa meilleure amie le savait. Ezekiel aussi le savait et ce, malgré sa perte de mémoire. Dès la fois où ils s'étaient revus après son réveil, il avait su qu'il devait éloigner cette bouteille de tequila de la jeune femme, c'était plus sur. Ce n'était donc pas étonnant qu'il lui fasse remarquer qu'elle allait mal finir si elle continuait sur cette lancée. Il se la jouait macho mafieux avec son verre à la main, déclarant qu'il ne buvait pas de boissons de gonzesses... Ça l'avait légèrement horripilée et elle avait défendu la gente féminine, affirmant que même une fille pouvait s'envoyer des trucs de vrais mecs sans finir par rouler par terre. Il tenta d'éclaircir sa pensée, appuyant sur le fait qu'il parlait de sa tolérance à elle et non de manière générale. Il fit allusion au dernier Halloween où elle avait bu deux verres et où elle s'était retrouvée avec lui dans son lit. Elle voulut répondre quelque chose mais finit par se taire. De toutes façons, elle n'avait rien à rétorquer et puis le souvenir de cette soirée lui fit monter le rouge aux joues. Si il faisait une remarque, elle pourrait toujours mettre ça sur le dos de la boisson.
La soirée prit une tournure inattendue quand Ezekiel et elle se retrouvèrent au milieu d'un baiser pour le moins intense. A priori, Monsieur n'avait pas apprécié que quelqu'un s'intéresse à elle alors qu'il était à côté. Ainsi, il avait décidé de marquer son territoire comme si elle était un vulgaire trophée... Les hommes entre eux pouvaient être si puérile des fois. Toujours était-il qu'elle ne l'avait pas vu venir ce baiser et encore moins le fait qu'il l'emmènerait avec lui en dehors du bar.

Ils se retrouvaient tous les deux dans la rue, lui demandant ce qu'elle voulait faire maintenant précisant tout de même qu'elle devait arrêter de picoler. Devant un tel sérieux, Lena ne put s'empêcher de lever les yeux au ciel. Elle accéda malgré tout à sa demande non sans lui souligner le fait qu'il n'était pas drôle. Il rectifia alors ses paroles, affirmant qu'elle avait le droit de boire mais seulement si elle restait avec lui. De toutes évidences, il doutait fortement de sa capacité à se défendre si un type devenait un peu trop entreprenant alors qu'elle était pompette. Un preux chevalier qui protégeait son honneur et sa vertus. L'image la fit bien rire intérieurement. Il continua, déclarant qu'il ne souhaitait quand même pas jouer les meilleurs potes au dessus des toilettes quand elle renverrait le tout. Il conclut en disant qu'il ne souhaitait pas faire de batty-sitting. Cette remarque lui fit lever les yeux au ciel une nouvelle fois. C'était pas une gamine non plus, il n'avait pas besoin de la chaperonner. « Sache que je n'ai jamais vomi à cause de l'alcool alors ne t'inquiète pas pour mes cheveux. ». C'était un des grands mystères des cuites de Lena. Elle avait des black out, pouvait faire n'importe quoi. Mais jamais elle n'avait du partir en catastrophe au petit coin parce qu'elle allait rendre tous ses verres. A part un mal de crâne plus ou moins important au réveil qui lui permettait de comprendre de suite qu'elle avait abusé la veille, elle s'en sortait comme une fleur.
En attendant, si il n'avait pas envie de devoir s'occuper d'elle jusqu'au lendemain matin, elle devait récupérer ses affaires. Elle avait les clés de chez elle dans son sac ce qui serait plutôt utile au moment où elle voudrait rentrer chez elle. Elle lui demanda donc de patienter quelques minutes le temps qu'elle récupère son bordel. Une fois que ce fut chose faite et après avoir subi les remontrances de son frère, elle retrouva Ezekiel qui, lui, n'était plus seul. C'était un aimant à chiennes en chaleur ce type, c'était pas possible. Mais elle n'était pas prête à se le faire piquer, elle ne l'avait jamais été, ni ce soir, ni avant. Alors elle décida d'évincer sa rivale avec un baiser fiévreux et passionné. Cette technique marcha à merveille puisque la blonde s'éclipsa rapidement sans demander son reste. C'était donc une Lena toute contente d'elle qui lui remarquer son devoir envers elle. Après tout, il avait ruiné ses chances avec le type du bar. C'était peut-être un mec super mais elle ne le saurait jamais. Alors il n'allait pas la planter la pour s'envoyer en l'air avec random pétasse n°5 maintenant ! Ezekiel fit l'innocent, se défendant d'avoir quoi que ce soit à voir avec le fait qu'elle l'ait abordé. D'après lui, il était tout simplement à tomber ce qui justifiait qu'elles succombent toutes telles des mouches attirées par du miel. Elle le regardait mi-amusée, mi-désabusée. « Oui, tu n'es qu'une pauvre victime dans tout ça. Heureusement que je suis arrivée pour te sauver sinon elle aurait pu abuser de toi. ».

Après cet épisode, Lena se reconcentra sur le point clé de cette soirée, autrement dit, ce qu'ils allaient faire maintenant. Elle avait réfléchi rapidement et lui proposa d'aller danser un peu. Ça ne pouvait pas leur faire de mal de s'amuser sur une bonne musique. Mais d'après le bruit bizarre qu'elle entendit derrière elle, il n'était pas d'accord. Il le confirma bien vite à l'oral, lui demandant si elle l'avait bien regardé. Elle se tourna vers lui marchant à reculons. « Oui et je sais que tu bouges très bien tes hanches. ». Mon Dieu, elle n'avait pas pu dire ça à voix haute, si ? Elle n'avait pas spécialement réfléchi et de toutes façons, elle n'avait pas dit ça avec arrière pensée. Elle l'avait déjà vu danser et bien qu'il n'aime pas particulièrement ça, il bougeait plutôt bien. Elle se dépêcha de se remettre dans le sens de la marche. Elle pria intérieurement pour qu'il ne fasse pas de remarque la dessus.
Une nouvelle idée vint alors traverser l'esprit de la jeune femme. Elle lui proposa d'aller se baigner. Mais c'était loin d'être le plan du siècle. Ça serait l'été, pourquoi pas. Mais là... le thermostat n'affichait pas des températures suffisantes pour piquer une tête dans l'océan. Et même si, personnellement, elle avait chaud, ce n'était peut-être pas le cas d'Ezekiel. Et quand bien même, ils allaient attraper la mort si ils se baignaient par un temps pareil. Comme elle s'en doutait, il confirma que c'était une idée farfelue, mettant ça sur le dos de l'alcool et il n'avait pas tout à fait tord. Il lui demanda si elle en avait beaucoup d'autres des propositions de ce genre. Bien que la question devait être purement rhétorique, Lena réfléchit à une autre alternative. Et alors qu'elle était dans ses pensées, il lui demanda si elle savait où ils pourraient trouver une piscine municipale dans laquelle ils pourraient se faufiler malgré qu'elle soit fermé. La première piscine qui lui vint à l'esprit, ce fut celle de l'hôpital où bossait son père. Il y avait une piscine au sous-sol pour la rééducation et la kinésithérapie. Mais il y avait du monde, même de nuit, ils risquaient de se faire chopper. Elle continuait à marcher quand elle eut une révélation. Elle s'arrêta net, se tournant vers Ezekiel. « Je sais où on peut aller. ». Elle le prit alors par le bras et reprit sa route d'une marche sûre et rapide.

Au bout d'une dizaine de minutes, ils arrivèrent devant un bâtiment assez chic. Ils avaient passé plusieurs pâtées de maison pour se retrouver devant cette magnifique porte vitrée. Si Ezekiel devait se demander se qu'ils fichaient la (car de toutes évidences ce n'était pas une piscine municipale), Lena, elle, était concentrée sur le petit boîtier qui se trouvait sur le mur, juste en dessous des interphones. Elle avait les yeux fermés et les sourcils froncés comme si elle tentait de se rappeler quelque chose. Elle les rouvrit d'un coup et tapa un code à 4 chiffres puis termina par la petite étoile. Elle croisa les doigts, retenant sa respiration. Lorsque la porte s'ouvrit, elle laissa échapper un petit « yes » et entraîna Ezekiel avec elle.
Alors qu'ils avançaient dans une lumière toute relative, elle lui expliqua ce qu'il faisait ici. « Mellie avait un ex qui habitait cet immeuble. ». Anecdote intéressante mais totalement inutile au vue de la situation. Tout en descendant un escalier, elle continua : « Si mes souvenirs sont bons, c'est... ». Ils se retrouvèrent face à une porte. Elle tourna la poignée mais elle était verrouillée. « ...fermé... ». La déception se lisait sur son visage. Les vestiaires pour femme avaient été fermés à clés, sans doute par le gardien de l'immeuble. C'était d'autant plus agaçant que l'odeur de chlore caractéristique d'une piscine était perceptible de la où ils étaient. Ils étaient si près du but... Elle tenta alors d'ouvrir le vestiaire des hommes et par miracle, celui-ci n'était pas fermé ! Lena échangea un regard avec Ezekiel avant de se dépêcher d'entrer. La pièce était petite avec quelques casiers à clé pour déposer des affaires, deux cabines pour se changer et deux bancs pour s'asseoir. Quelques crochets étaient fixés au mur. Mais ce qui intéressait la jeune femme, c'était la petite porte à battant qu'elle franchit rapidement. « Et voilà ! » dit-elle en montrant la piscine de ses mains. « C'est pas une piscine olympique mais elle a le mérite d'être chauffée et puis... ». Lena se dirigea vers un petit bassin sur le côté. « … il y a même un jacuzzi ! Bon, je ne sais pas comment on le met en marche mais ça doit pas être compliqué. ». Elle regarda Ezekiel avec un grand sourire. Elle était toute contente d'avoir réussi cette infiltration. Elle commença alors à enlever sa veste ainsi que ses chaussures et chaussettes. Son haut et son pantalon finirent par terre dans un coin. Elle était donc en sous-vêtement et alla s'asseoir sur le rebord du bassin histoire de tester la température. « Elle est bonne, on peut y aller. ». Et elle sauta dans l'eau. Elle plongea alors sous la surface et réapparut quelques secondes plus tard. « Tu veux un coup de main peut-être ? » dit-elle avec un sourire en coin en désignant ses vêtements.
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ Le Don Juan amnésique ♦

avatar

★ Célébrité : Ian Somerhalder
★ Date d'inscription : 12/06/2015
★ Pseudo : Elina
★ Messages : 2334
★ Autres comptes : Emrys, Savannah, Darcy, Castiel, Aiden, Zoey, Thomas, Noah


MessageSujet: Re: Complice un jour, complice toujours. [Zeke]   Mar 14 Mar - 20:43

Complice un jour, complice toujours
Lena & Ezekiel
Depuis que j’étais sorti du coma, j’avais un certain succès avec la gente féminine. Au départ, je n’y faisais pas trop attention, j’étais bien trop perdu dans ma vie pour m’en préoccuper. Mais en y repensant, j’avais toujours attiré le regard des femmes. Quelles qu’elles soient. Alors dès que ma libido s’était réveillée, j’en avais énormément profité. Chaque fois que je sortais en solitaire je ne rentrais jamais seul. Jamais. Quoi qu’il arrive, une demoiselle m’accompagnait à chaque fois. Même quand je ne cherchais pas forcément à me taper qui que ce soit, l’une d’elles venait toujours m’aborder. Preuve en était encore ce soir alors que Lena s’était éclipsée à peine quelques minutes pour aller chercher ses affaires. Quoi que je fasse, j’étais un véritable aimant à gonzesses. C’était un sacré avantage. Alors je n’allais pas cracher dessus. Mais ce soir, Lena n’était pas de cet avis et elle m’accapara totalement en évinçant la jolie blonde qui m’avait abordé en son absence. Je n’y pouvais rien si j’attirais toutes les demoiselles qui passaient par là. Qu’elles soient célibataires ou en couple, ça ne changeait rien. J’avais un sex-appeal non négligeable. Ce n’était pas de ma faute. Lena ironisa d’ailleurs sur le fait que j’étais une pauvre victime dans toute cette histoire et assura qu’heureusement qu’elle était arrivée pour me sauver d’un abus fortement probable. « Merci Dame Lena, sauveuse à ses heures perdues, d’avoir sauvé mon honneur et de m’avoir évité le plaisir d’une potentielle partie de jambes en l’air. » Lançais-je sur un ton théâtral et exagéré. « Que ferais-je sans toi ? Je serais sans doute en train d’errer sur les voies de la perdition. » J’aurais pu être comédien, ça serait passé crème. Je méritais un oscar. Voire plusieurs.

Enfin, nous étions sortis du bar, mais nous n’allions pas rester comme deux quiches dans la rue à parler de la pluie et du beau temps. Il fallait bien qu’on fasse quelque chose et qu’on trouve à s’occuper. Lena proposa d’aller danser. Mais je refusais. Je n’étais pas le genre de mec à bouger son cul sur une piste de danse. Lorsque j’émis mon refus à voix haute, elle rétorqua qu’elle savait que je bougeais très bien les hanches. Tout d’abord surpris par ce genre de réplique, j’écarquillais les yeux. Mais bien vite, un sourire se dessina sur mes lèvres. Se rendait-elle compte de ce qu’elle venait de dire ? Toute innocente qu’elle était – tiens ça me rappelait quelqu’un – elle devait sans aucun doute faire allusion au fait de danser. Sauf que sa phrase avait un double sens. Elle me tendait une perche que je me devais de saisir. « Je suis plutôt doué pour ça, en effet. Et tu sais de quoi tu parles. Ta douche et ton lit s’en souviennent encore, j’en suis persuadé. Toi aussi d’ailleurs. J’imagine bien qu’en cinq ans, tu les as bien senties bouger mes hanches. » Il ne fallait pas jouer avec moi sur ce terrain là. J’étais doué et je n’en loupais pas une. La moindre allusion, volontaire ou non, je la captais immédiatement. Elle aurait dû le savoir. Elle me connaissait mieux que moi-même après tout.

Seconde idée complètement folle, elle proposa d’aller se baigner. Je n’étais pas sûr que ce soit le bon plan étant donné la saison actuelle et la température extérieure. Il était hors de question que je pique une tête dans la mer glacée pour me réveiller malade le lendemain matin. Mais, en y réfléchissant, trouver une piscine chauffée n’était peut-être pas une si mauvaise idée après tout. Encore fallait-il en trouver une vide et ouverte de nuit. Ce qui était mission impossible. J’avais beau chercher, je n’en trouvais pas. Je ne connaissais pas la ville suffisamment pour connaitre tous les bons plans à vrai dire. En général, c’est Adam qui savait où aller. Lena finit par se stopper net avant de se retourner vers moi, en proie à une illumination semblait-il. Elle affirma savoir où aller avant de m’attraper par le bras pour que je la suive. Bon, soit. Je n’avais plus qu’à m’exécuter. Nous marchions sans un mot à travers les rues de la ville pendant de longues minutes. Je ne savais pas trop où elle m’emmenait, mais elle avait l’air tellement décidé et sûre d’elle que je ne pouvais que la suivre. Nous finissions par arriver devant un bâtiment assez chic et c’est à ce moment qu’elle s’arrêta. Ah, nous étions arrivés ? L’endroit n’avait pourtant rien d’une piscine municipale. C’était plutôt un immeuble où des gens vivaient. Qu’est-ce qu’une piscine ferait là ? Est-ce qu’elle n’avait pas changé d’avis en cours de route ? Je restais perplexe, sans vraiment comprendre ce que Lena avait en tête alors qu’elle fixa le digicode. Est-ce qu’elle attendait un signe ? L’appareil n’allait pas lui dicter le code pour rentrer. Elle finit par taper un code qui s’avérait être le bon. Ok super, et maintenant ? On allait entrer chez des gens par effraction ? Elle m’entraina à l’intérieur et me précisa que sa Mellie avait un ex qui habitait cet immeuble. Et donc ? « Super, on va aller pourrir l’ex de ta pote qui me déteste ? » Super plan. Je savais que sa copine ne m’aimait pas, j’avais déjà vu son regard noir à mon encontre. Tout en continuant notre avancée, elle ajouta que si ses souvenirs étaient bons… Oui ? La suite ? Ben résultat la porte était fermée. Je comprenais de moins en moins ce qu’on foutait là. Ma patience avait des limites. « Ecoute Lena, à un moment il va falloir que tu me dises ce qu’on fout là parce que je commence à perdre patience. Je veux bien qu’on plonge dans tes délires mais à un moment il faut m’expliquer ce que tu as en tête. » Et puis finalement, l’odeur du chlore vint me chatouiller les narines. « Attends… Il y a une piscine dans ce bâtiment ? » Sérieusement ? Une piscine privée carrément. Elle tenta d’ouvrir une autre porte et celle-ci céda facilement. Je me rendis compte qu’il s’agissait d’un vestiaire dans lequel nous entrions rapidement. Et finalement, nous nous retrouvions devant une piscine. Elle me fit l’éloge de sa découverte, visiblement fière d’elle, en en vantant tous les mérites. Je hochais doucement la tête. « Bien joué. » L’endroit était pas mal, je devais le reconnaitre. Mais alors que je regardais autour de moi pour appréhender l’endroit, je la vis se déshabiller pour finir en sous vêtements. Evidemment, je n’en perdis pas une miette. Elle alla même s’asseoir sur le rebord de la piscine, assurant qu’elle était bonne. Il n’y avait pas que l’eau qui était bonne si elle voulait mon avis. Elle plongea sous l’eau et je ne pus détacher mon regard de sa silhouette. Elle ressemblait à une sirène. Elle semblait même presque irréelle avec toutes les lumières allumées de la piscine. Je n’aurais pas su dire pourquoi, mais l’espace d’un instant, je me sentais comme envouté. Je n’avais pourtant pas tant bu que ça. Elle me tira de mes pensées quand elle revint à la surface pour me demander si j’avais besoin d’un coup de main. Je mis quelques secondes pour comprendre qu’elle parlait de mes vêtements. « Oh…euh… » Effectivement, j’étais resté planté comme un con à la regarder sans rien faire d’autre. Je repris rapidement mes esprits, lui rendant son sourire taquin en écartant les bras. « Si tu veux te faire plaisir. Je t’en prie. Je sais que tu aimes me déshabiller alors profites-en. Je t’offre une occasion en or de toucher mon corps d’Apollon, tu aurais tort de refuser. » Tout n’était que provocation avec elle. Je savais qu’elle n’allait pas se faire prier. Je voyais bien sa façon de me regarder, de me dévorer des yeux à chaque seconde. Je n’avais qu’à pousser le bouchon légèrement pour la faire craquer. Et puis, si elle acceptait de me déshabiller, il était certain que je n’allais pas rester sagement à attendre qu’elle finisse. J’avais tendance à avoir les mains baladeuses et je risquais de jouer de mes charmes. « Mais je ne te garantis pas de rester sage. Ce n’est pas dans ma nature… » Mon regard se fit plus provocateur, plus fiévreux. Elle savait à quoi elle s’exposait si elle décidait de venir me déshabiller elle-même.

crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://australianlife.forumactif.org/t41-ezekiel-oublier-le-passe-vivre-le-present-construire-l-avenir
♦ L'amoureuse cornue ♦

avatar

★ Célébrité : Keira Knightley
★ Date d'inscription : 07/09/2015
★ Pseudo : Aya
★ Messages : 1683
★ Autres comptes : Haylee <3


MessageSujet: Re: Complice un jour, complice toujours. [Zeke]   Dim 19 Mar - 16:33

Complice un jour, complice toujours.
Lena & Ezekiel
Ezekiel avait toujours plu aux femmes. Lena avait pu s'en rendre dès leur première rencontre, et pas seulement parce qu'elle était une des victimes de son succès. Quand il faisait tourner les bouteilles derrière le bar lors de cette soirée, toutes les nanas le regardaient et étouffaient des petits couinements ridicules dès qu'il leur jetait un coup d’œil. C'était d'ailleurs cette popularité qui l'avait faite reculer quand elle s'était finalement décidée à retourner le voir. Toutes ses groupies en train de le dévorer des yeux. Mais il l'avait rattrapée elle, pas ces greluches mais elle. Et ce fut le début de leur histoire.
Sortir avec le mec le plus canon de la ville n'était pas déplaisant, loin de la ! C'était même avec une certaine fierté qu'elle se promenait à son bras. Certains moments, elle se sentait nulle à côté de lui. Elle n'attirait pas autant de regard et se demandait ce qu'il pouvait lui trouver. Et parfois, c'était extrêmement agaçant. Elle ne comptait plus le nombre de fois où une pimbêche l'avait abordé pour avoir son numéro et la présence de Lena n'y changeait rien. Lors de ses accostages intempestifs, il lui arrivait d'en rire en voyant les techniques désespérées de ses « concurrentes ». Par moment, elle s'effaçait, préférant ne rien dire au risque d'être désagréable. Et puis il y avait les fois comme ce soir où elle marquait son territoire de façon évidente. Bon, certes, il n'était plus vraiment sa propriété mais à cet instant la, c'était tout comme et elle n'allait pas se laisser faire.
Une fois la blonde évincée, il se posa en victime. Elle le taquina alors sur le rôle essentiel qu'elle avait joué dans son sauvetage et lui en rajouta une couche, la remerciant de l'avoir protégé d'un potentiel coup d'un soir. Il ajouta ne pas savoir ce qu'il ferait sans elle. Lena jeta un coup d’œil au dessus de son épaule et remarqua la fameuse demoiselle en train de faire connaissance avec un autre jeune homme un peu plus loin. Décidément, elle ne perdait pas de temps. « Et bien si je n'étais pas la, tu serais sans doute en train d'explorer ses amygdales avec ta langue... un peu comme le mec la-bas. Tu l'as échappé belle. ». Rien que de l'imaginer en train d'embrasser cette pétasse, elle avait envie de vomir. Elle devait être bourrée de maladie en plus.
Enfin, passons. Il était temps de planifier cette soirée. Première proposition : recalée d'office ! Elle tenta de le convaincre mais au lieu de ça elle avait tendu le bâton pour se faire battre et il ne s'était pas fait prier pour le saisir au vol. Et il l'avait bien saisi même. Il fit allusion à tous ses endroits sympathiques où il avait utilisé ses fameuses hanches et aucun de ses lieux n'étaient prévus pour danser... Ce côté serial lover sûr de ses charmes et de ses capacités pouvait être agaçant parfois mais il fallait être honnête : il était doué ! Rien que d'y repenser, ça lui donnait chaud. Il avait raison et elle l'avouait sans mal. Comme il l'avait souligné lui même, leurs draps et la douche auraient des choses à raconter. Mais si elle lui avait tendu une perche sans le vouloir, elle pouvait aussi s'en servir à son avantage. « Quel dommage que toi tu ne te souviennes pas que je sais me servir des miennes... Ou d'autres choses. » ajouta-t-elle sur un ton faussement triste. Elle regardait devant elle et continuait sa route non sans une certaine satisfaction. Elle avait un sourire collé sur le coin des lèvres.

Sur ses bonnes paroles, elle avait lancé l'idée folle d'aller se baigner et lui, après avoir sous-entendu que son idée était dingue, il rentra dans son délire.Il lui demanda si elle savait où ils pourraient trouver une piscine à laquelle ils auraient accès facilement. Elle avait d'abord pensé à celle de l'hôpital qui servait pour la kinésithérapie mais elle balaya rapidement cette option : trop de monde, trop de risque de se faire prendre. Mais à part celle-ci, elle ne savait pas trop où ils pourraient aller. Elle n'était pas devenue gardienne des bassins municipaux de Melbourne depuis leur dernière rencontre. Et elle ne connaissait personne qui aurait ce statut. Mais contre toute attente, Lena eut une illumination. Elle ne savait pas d'où lui venait cette réminiscence de mémoire mais elle avait le mérite de tomber à pic. Elle invita donc Zeke à la suivre, ce qu'il fit.
Ils étaient arrivés devant un immeuble et elle avait du faire un nouvel effort de mémoire pour retrouver le code de la porte. Une fois à l'intérieur, elle n'était pas au bout de ses peines. Elle dut faire face au scepticisme d'Ezekiel. Il faut dire qu'il voulait une piscine municipale et il se retrouvait dans un hall d'immeuble avec pour seule explication qu'un ex à sa meilleure amie y avait vécu. Cette information n'avait pas l'air de le convaincre et c'était normale. Est ce qu'ils allaient lui tomber dessus ? Non, pas vraiment. Elle n'était même pas sûre qu'il y vive encore. Et puis, elle s'était déjà occupée de son cas quand il avait laissé tomber Mellie de la manière la moins délicate qui soit. Non, leur objectif était tout autre et Lena ne se laissa pas démonter pour autant. Ils continuèrent leur chemin vers le sous-sol. Quand ils s'étaient cassés le nez sur une porte donnant accès à on ne sait quoi, il n'y tint plus et lui demanda ce qu'ils pouvaient bien foutre ici. Elle aurait du se souvenir qu'il n'était pas le roi de la patience même si cette absence d'informations de sa part pouvait paraître louche. Dans un film d'horreur, elle aurait pu être une psychopathe planifiant de se débarrasser de lui. Mais il n'en était rien. Il lui avait demandé une piscine, elle allait lui en dégoter une ! Elle était la d'ailleurs, à seulement quelques mètres, l'odeur de chlore venant confirmer ce fait. Il la sentit aussi et son impatience laissa place à la surprise. Lena n'avait pas dit son dernier mot. Elle essaya la deuxième porte du vestiaire qui elle n'était pas fermée. Sans doute un oubli du gardien mais qui l'arrangeait bien. Ils y étaient enfin ! Elle n'était pas peu fière d'elle et même Zeke semblait impressionné. Après une visite guidée rapide, Lena ne se fit pas prier bien longtemps pour sauter dans l'eau. Elle se débarrassa rapidement de ses vêtements pour piquer une tête. Et alors qu'elle faisait déjà trempette, Monsieur était toujours habillé au bord du bassin. Il semblait ailleurs. Est ce que le fait qu'elle ait réussi à leur trouver une piscine pour leur usage personnel le troublait à ce point ? Elle lui proposa alors de l'aider à se défaire des ses fringues. Il n'allait pas se baigner avec. Il sembla se ressaisir en entendant sa remarque et ne perdit pas de temps pour retrouver sa modestie naturelle. Il lui accorda l'immense honneur de le débarrasser de ses vêtements et elle pourrait même le toucher si son envie était incontrôlable. Alors qu'elle l'écoutait sortir son blabla habituel, elle ne put s'empêcher de sourire. Il ne changeait pas, c'était toujours le même. Ce côté sur de lui et de ses charmes, ça faisait partie de ce qui lui plaisait chez Zeke. Mais son sourire s'effaça alors qu'il terminait sa tirade. Alors comme ça il ne garantissait pas sa coopération, ou tout du moins de rester sage comme une image. Son regard avait changé et Lena imaginait plutôt bien ce qu'il avait en tête. Mais elle ne l'avait pas emmené ici pour ça ! Il voulait une piscine et elle lui en avait trouvée une ! Elle avait déjà fait trempette, il était hors de question qu'il n'en fasse pas de même. Lena se rapprocha du bord. « C'est une offre que je ne peux pas laisser passer alors. » dit-elle tout en se hissant hors de l'eau. Elle arriva à son niveau, à à peine un mètre de lui. « Mais si tu ne te tiens pas tranquille, je balance tes fringues à la flotte. ». Et elle le regarda de manière à ce qu'il comprenne qu'elle était sérieuse.

Lena fit glisser la veste d'Ezekiel qui tomba au sol. Elle avait cru la reconnaître : un cadeau d'Ariel. Si elle savait ce que son jumeau était en train de faire en ce moment, et surtout avec qui, sûr que ça ne lui plairait pas d'autant que son présent avait fini par terre, légèrement mouillé par les mains de la jeune femme. Mais ce que son ex belle-sœur ignorait ne pouvait pas lui faire de mal n'est ce pas ? Elle ôta ensuite son haut sans trop de difficultés. Il était désormais torse nu et Lena ne pouvait pas nier que ce qu'elle voyait lui plaisait. Il avait toujours été bien foutu. Elle croisa son regard pendant quelques secondes puis elle se reconcentra sur sa tâche. Il était temps de passer au bas. Elle se baissa alors non sans effleurer son torse du bout des doigts. Elle entreprit de lui retirer ses chaussures ainsi que ses chaussettes. Ce fut chose faite plutôt rapidement. Lena se redressa légèrement et s'attaqua à sa ceinture puis aux boutons de son pantalon. Elle leva les yeux vers lui tout en le faisant glisser le long de ses jambes. La vue qu'il avait ne devait pas être déplaisante car elle eut un peu plus de mal à le lui ôter. En effet, Monsieur ne daignait point lever la jambe pour qu'elle le soulage de son jean, l'obligeant à rester à genou un peu plus longtemps.  Elle y parvint tout de même non sans lui avoir jeter un regard de réprimande. Si il ne se tenait pas tranquille, elle allait foutre ses affaires à l'eau et bon courage pour expliquer à Ariel ce qui était arrivé à son cadeau.
Elle se redressa enfin, se tenant très près de lui. « Voila. Et maintenant... ». Elle se mordait la lèvre, posant ses mains sur ses épaules. Elle rapprocha son visage du sien tout en plongeant ses yeux dans les siens. Mauvaise idée, son regard avait toujours eu pour effet de la faire fondre. L'espace entre ses lèvres et les siennes étaient presque inexistant désormais. Elle pouvait sentir son souffle et c'était sans doute la même chose pour lui. Son regard passait de ses magnifiques yeux qui l’envoûtaient à ses lèvres qui lui faisaient terriblement envie en cet instant. Elle les effleura alors une demi-seconde avant d'ajouter dans un soupir : « … on devrait se baigner avant que j'abuse de toi. ».
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ Le Don Juan amnésique ♦

avatar

★ Célébrité : Ian Somerhalder
★ Date d'inscription : 12/06/2015
★ Pseudo : Elina
★ Messages : 2334
★ Autres comptes : Emrys, Savannah, Darcy, Castiel, Aiden, Zoey, Thomas, Noah


MessageSujet: Re: Complice un jour, complice toujours. [Zeke]   Sam 6 Mai - 23:15

Complice un jour, complice toujours
Lena & Ezekiel
J’avais du succès avec les femmes, ce n’était pas nouveau. Il s’agissait même de l’une des premières choses que j’avais découvertes après ma sortie du coma. Je ne passais jamais inaperçu. Au départ, les regards insistants avaient été gênants, puis au fil du temps, j’avais appris à en jouer. Et maintenant, j’aimais être le centre de l’attention permanent. J’aimais quand les regards des femmes étaient braqués sur moi. Il n’y avait rien de plus plaisant. Alors, non, je ne restais jamais seul bien longtemps quand je m’isolais quelque part. Il y avait toujours une nana intéressée ou en chaleur – ou les deux – qui venait m’alpaguer. Si on me mâchait le boulot pourquoi refuser ? Au moins, je ne perdais pas de temps à chercher une femme à me mettre sous la dent puisqu’elles me tombaient toutes cuites dans la bouche. Au sens propre, comme au sens figuré. C’est pourquoi je ne fus pas surpris de voir cette blonde venir à ma rencontre. Elle n’y resta pas longtemps cependant vu que Lena s’en était mêlée. Au final, mon potentiel coup d’un soir avait déjà trouvé du réconfort dans la bouche d’un autre. « Cette fille a tout compris, elle sait rebondir face à un échec. » Même si elle rebondissait incroyablement vite en fait. S’en était limite vexant pour moi. Mais passons. Moi j’avais mieux à me mettre sous la dent.

Après cela, Lena me tendit une perche que je me devais de saisir. A ce niveau là, c’était même un cadeau. Même un aveugle sourd et muet aurait pu la saisir. Oui, je savais bouger mes hanches et elle en savait quelque chose. J’imaginais sans mal qu’en cinq ans, elle avait dû bien les sentir. Cependant, elle aussi savait rebondir. Effectivement, j’avais oublié nos cinq ans d’ébats. « Les souvenirs ça se crée… Il n’est jamais trop tard pour me montrer tes talents. » Petite incitation à la luxure à peine dissimulée. Même si j’avais le souvenir d’au moins un de nos ébats, le soir d’Halloween. C’était toujours mieux que rien. Dans tous les cas, si elle comptait gagner aux jeux des allusions avec moi, elle était mal partie. J’avais toujours du répondant quand il s’agissait de ce sujet en particulier. Et puis, l’avantage à ce qu’elle ouvre la marche, c’est que je pouvais la mater à loisir. Non pas que je me gêne en règle générale, mais là, c’était open bar. Elle pouvait parfaitement marcher devant moi, il n’y avait aucun souci.

Enfin, nous étions partis sur notre idée folle d’aller nous baigner. Evidemment, la mer était à proscrire, aucun de nous deux n’avait envie de tomber malade. Alors, nous nous étions rabattus sur une piscine. Mais encore fallait-il en trouver une ouvert – ou du moins facilement accessible – à cette heure avancée de la soirée. Je l’avais suivie, non sans émettre quelques doutes pour finalement tomber sur une piscine dans un immeuble. L’endroit idéal. Je devais reconnaitre qu’elle avait bien joué sur ce coup. Je lui tirais mon chapeau, que je n’avais pas. C’est qu’elle avait de la ressource mine de rien. Je la laissais même se déshabiller sans rien faire d’autre que la regarder, pour ensuite la voir plonger dans l’eau. Je ne savais pas trop pourquoi, mais j’étais resté là à la regarder – ou plutôt à l’admirer – et à me perdre dans mes pensées. C’était dans ce genre de moment que je regrettais d’avoir oublié quatre-vingt dix pourcents de ma vie. Est-ce que nous avions l’habitude de faire ce genre d’escapade ? Est-ce qu’il m’arrivait de me perdre dans sa contemplation ? Est-ce que nous avions toujours été aussi proches ? J’avais tellement de questions en tête, des questions sans réponses malheureusement. J’en fus même surpris quand elle m’interpela. Mais je ne pus refuser son invitation à venir me déshabiller. Il faudrait être fou. Pourtant, je l’avais également mise en garde contre ma possible non obéissance. Il était fort probable que mes mains soient légèrement baladeuses. Quel genre de mec reste de marbre alors qu’une jolie fille, toute mouillée, lui enlève ses vêtements ? Certainement pas moi. Elle accepta mes conditions, dans un premier temps, en se rapprochant du bord, pour finalement me menacer de balancer mes affaires à la flotte si je ne me tenais pas tranquille. « Dans ce cas, je n’ai pas le choix. » Lançais-je en levant les mains en signe de capitulation, sans me départir pour autant de mon sourire en coin.

Elle s’approcha de moi et retira ma veste qui tomba sur le sol. Je me tenais tranquille, pour le moment, me contentant de la dévorer des yeux sans rien faire d’autre. Coopératif, je levais même les bras pour lui permettre de me retirer mon t-shirt sans aucune difficulté. La voilà qui se trouvait devant mon torse nu. Mon sourire s’agrandit. « Je suis sûr que ça te rappelle de bons souvenirs. » La taquinerie habituelle entre nous était de retour, pour mon plus grand plaisir. Elle finit par se baisser pour me retirer mon pantalon et là… des tas de pensées perverses se bousculaient dans ma tête. Voir une femme accroupie devant soi, ça a de quoi réveiller l’imagination. Et pas que… Les chaussures et les chaussettes en moins, elle s’attaqua à ma ceinture puis à mon pantalon. Evidemment que ça coinçait légèrement. Mes pensées tout sauf chastes ne m’aidaient en rien à contrôler mon entrejambe qui se réveillait aussi. Même ma respiration s’accélérait légèrement. Je n’avais pas daigné lever les pieds pour lui permettre de retirer complètement mon pantalon, l’avoir à mes pieds valait tout l’or du monde. Au sens propre, comme au figuré.

Elle finit par se redresser, tout en me frôlant. Une fois debout, son visage et son corps étaient si proches du mien que je pouvais sentir la chaleur qui en émanait. Je pouvais même sentir son souffle sur mon visage. C’était comme si le temps venait de s’arrêter. Elle posa ses mains sur mes épaules et se mordit la lèvre. Si elle continuait comme ça, j’allais rapidement atteindre le point de non retour, c’était certain. Mon regard se focalisa sur ses lèvres jusqu’à ce qu’elle se rapproche davantage. A ce moment-là, mes yeux plongèrent dans les siens et mes mains se posèrent sur ses hanches. Ses paroles rompirent cette ultime résistance que je m’imposais. Avait-elle conscience qu’en susurrant ce genre de mots, s’en était fini pour elle ? Pour moi ? Un sourire victorieux s’afficha sur mes lèvres. Je savais à cet instant précis que j’avais déjà gagné la partie. Elle ne pourrait plus faire marche arrière. « L’un n’empêche pas l’autre. » Chuchotais-je alors que je collais son corps au mien pour qu’elle puisse sentir que pour ma part, j’étais déjà prêt à passer aux choses sérieuses. J’étais bien réveillé. De partout. « Mais tu sais… Rien ne t’empêche d’abuser de moi, là, tout de suite. Parce que si tu ne le fais pas… Moi, j'abuserai de toi. » Susurrais-je dans un soupir avant de capturer ses lèvres pour un baiser passionné et enflammé. L’une de mes mains se positionna derrière sa nuque, pour être sûr qu’elle ne puisse pas s’éloigner et mon autre main glissa dans le bas de son dos.

Je ne sais pas combien de temps dura ce baiser, mais je finis par le rompre après quelques minutes, à bout de souffle pour venir l’embrasser dans son cou. « Si tu n’as jamais fait l’amour dans un piscine avec quelqu’un… C’est le moment idéal… » Faire l’amour. Je n’utilisais jamais cette expression. J’en avais tout un tas pour qualifier une partie de jambes en l’air, mais jamais ô grand jamais je n’employais celle-là. Parce que dans mon esprit, elle correspondait aux gens amoureux.

crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://australianlife.forumactif.org/t41-ezekiel-oublier-le-passe-vivre-le-present-construire-l-avenir

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Complice un jour, complice toujours. [Zeke]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Complice un jour, complice toujours. [Zeke]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Complice un jour, complice toujours. [Zeke]
» Chocolat un jour, Chocolat toujours | PV Alyss|
» Scout un jour, Scout toujours !
» Gaffeuse un jour, gaffeuse toujours ! (Libre)
» Neiges un jour, neige toujours. [Pv: Ledha]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Australian life :: 
Melbourne
 :: 
South Yarra
-