AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (HOT) [Villa#78] {Fliana#1} Notre amour est éternel...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
♦ L'amoureuse malchanceuse ♦

avatar

★ Célébrité : Nadine Leopold, cette blonde magnifique...
★ Date d'inscription : 21/09/2016
★ Pseudo : GekkuNeko
★ Messages : 599
★ Autres comptes : Pearl la rouquine anciennement fiancée et battue & Oliver le petit brun amoureux... Danny le brun en manque d'amour..


MessageSujet: (HOT) [Villa#78] {Fliana#1} Notre amour est éternel...   Sam 17 Juin - 14:09

Notre amour est éternel...
Ce matin je me suis à nouveau mutilé le bras, encore une douleur qui me permet d'évacuer mon mal-être intérieur. Encore une douleur qui peut paraître inutile et pathétique quand on sait que je suis mannequin et que je ne devrais pas faire ça.. Pourtant, cette douleur elle me permet de me sentir vivante, de ressentir au plus profond de mon être et de mon âme que je suis toujours vivante alors que j'ai l'impression d'être un cadavre ambulant depuis qu'il est partit... Oui depuis maintenant cinq mois j'ai l'impression d'avoir tout perdu en l'espace d'un instant, d'un battement de cils. Ce fût tellement rapide et radical, ce fût tellement horrible et brutal, encore aujourd'hui je ne sais que faire pour arranger la situation ou tout simplement retrouvé cette personne dont j'étais, suis et serai toujours follement amoureuse. Flynn. Flynn Kolgrim Griffith cet homme qui est pour moi l'amour de ma vie, cet homme a qui j'aurais dis oui a chacune de ses demandes. Cet homme pour qui je mourrais volontiers si jamais c'était nécessaire. Cet homme qui m'a tellement apporté mais également cet homme qui m'a tout enlevé en l'espace de quelques instants. Oui ce fût rapide, la fin de notre relation aura été rapide et brutale, comme ça en l'espace de quelques instants ce fût terminé. Il m'a quitté prétextant que j'étais une gamine et lui presque un quarantenaire et qu'il n'avait pas de temps à perdre avec une gamine. Brutal et efficace, je l'ai laissé partir alors que je n'aurais juste jamais dû et encore aujourd'hui je m'en mords les doigts. Je me dis que j'aurais dû me mettre à genoux devant lui pour qu'il reste auprès de moi, le supplier de ne pas m'abandonner. Mais non je n'en ai rien fais, je l'ai laissé partir, s'enfuir de ma vie sans laisser la moindre trace pour que je le retrouve. De ce fait je suis paralysé par la peur et par la tristesse à longueur de temps parce que j'ai perdu cette personne qui comptait et compte toujours tellement pour moi. C'est douloureux, je souffre, j'ai un mal intense et profond au fond de moi et je ne sais que faire pour que ça aille mieux pour moi. Mais aujourd'hui je souffre d'un autre mal, en effet je me suis réveillé avec une forte fièvre doublé de nausées absolument dérangeantes et je ne sais pas quoi faire pour arranger la situation. Je suis malade, je me rends malade pour lui parce que je l'ai perdu. Dans mon entourage tout le monde le hait, Ariel qui est comme une sœur pour moi, ma seule famille en fait, elle le hait désormais. Candice ma meilleure amie je pense que si elle le voyait elle le tuerait de ses propres mains tellement elle est remontée contre lui. Quant à Gabriel je ne sais pas il semble malheureux pour moi et en colère que j'ai pu me mettre avec un type qui, selon lui, est moche comme un poux. C'est vrai que mon amour n'a jamais été une figure de mode comparé à moi qui suis mannequin donc par conséquent une jolie fille. Néanmoins malgré qu'il ne soit pas le plus bel homme du monde aux yeux des autres pour moi il était la Huitième Merveille du Monde. Cette personne à côté de qui je voulais me réveiller chaque matin et m'endormir chaque soir, cette personne dont j'aurais voulu des enfants et une vie entière à ses côtés. Donc oui je me dis que si dans cette vie ce n'est plus possible entre nous et bien... Et bien soit j'aimerais que dans ma prochaine vie nous nous retrouvons tous les deux et que nous soyons ensemble pour toujours. C'est ça que je veux. C'est lui que je veux. Lui et pas un autre et c'est clair même si je dois mourir à cent ans ou plus ou même moins il n'y aura eu que lui. Oui, je veux que Flynn soit mon premier et unique amour au cours de ma vie. Ce n'est pourtant pas bien difficile à comprendre, je l'aime, je l'aime follement et désespérément et pour lui c'est sûr que je suis prête à tout même a passer le restant de ma vie toute seule s'il le faut.

Mais bien sûr encore aujourd'hui il m'arrive d'espérer ou de croire qu'un jour ou l'autre il reviendra, qu'il tapera à ma porte et me saluera chaleureusement comme deux anciens amants se salueraient. Il me saluerait, me dirait combien il est désolé pour tout le mal qu'il m'a fait et il m'embrasserait comme jamais il ne m'a embrassé auparavant. Il referait battre mon cœur comme il battait à chaque fois que je songeais à lui quand nous étions encore en couple ou quand j'étais avec lui. Oui il me reprendrait quoi, c'est ça que j'imagine parfois dans ma tête. Je l'imagine revenir, me balancer ces paroles dont je rêve tellement, ces paroles qui me hantent littéralement et enfin je serais à nouveau heureuse. Alors oui sans nul doute que je suis bien trop rêveuse et que je devrais garder les pieds sur terre et donc me dire qu'il est partit, qu'il a sans nul doute connu une femme plus âgée, plus belle et plus intelligente que moi, une femme plus intéressante qui lui convient plus. Nul doute que c'est ça la réalité, il m'a quitté pour rejoindre une autre femme. Moi en tout cas c'est ce que je me dis, je me dis qu'il a connu une autre femme et moi je suis passé à la trappe. Elle avait sans nul doute plus de choses à lui offrir que moi je n'aurais jamais pu lui offrir. Sans nul doute qu'elle le contente mieux sexuellement parlant que moi je le comblais. Je ne sais même pas s'il était heureux avec moi au lit, ce n'est pas un sujet dont nous parlions réellement. Pourtant, encore aujourd'hui je repense à cette journée de la fin du mois de Juillet où je suis allé avec lui chez Peter et Daisy Worthington, personnes que j'appelais fût un temps "papa" et "maman" désormais ce n'est plus le cas. Ces deux personnes nous ont rejetés Flynn et moi et m'ont imposés un choix, soit je reste avec lui, soit je garde ma famille. J'ai choisi mon homme parce que lui jamais il ne m'a imposé le moindre choix, sauf celui de vivre sans lui mais c'était bien après. Ce jour-là n'aura pas été aussi terrible que ça parce que je lui ai dis une fois dans la voiture que pour moi il était l'amour de ma vie et il a comblé mon cœur en parlant de mariage et en m'annonçant que je suis l'amour de sa vie à lui aussi. Bien sûr ça m'a comblé, j'étais heureuse et passionné et par conséquent je n'imaginais plus la vie sans lui. Néanmoins il est partit et aujourd'hui je suis malade et alors que je pense à tout ceci je tente de descendre les escaliers de chez moi pour me rendre jusqu'au salon et regarder des émissions de téléréalité ridicules. Oui c'est mon seul moyen de me sentir humaine et intelligente que de regarder de telles émissions. Depuis Flynn je me sens nulle, pathétique et inutile, je ne vois plus mon intérêt de rester vivante donc je regarde ça et je me sens mieux. Je vois la connerie humaine de cette personne pitoyables et je me dis que je vaux largement plus qu'eux. Sans aucun doute que c'est pathétique de ma part de me moquer comme ça de ces personnes mais c'est mon moyen a moi d'évacuer mon mal-être intérieur et c'est mon droit de tenter par tous les moyens de me sentir mieux.

Toutefois, je sais très bien qu'au fond la seule chose qui réussirait à me rendre heureuse c'est de le revoir lui. Alors, tandis que j'arrive en bas de mon escalier je marche avec difficulté jusqu'à mon canapé et je m'y installe puis j'attrape la télécommande et allume la télévision zappant sur la chaîne des émissions de téléréalité. Durant de longues minutes j'écoute ces gens blablater sur des sujets inutiles et même stupides comme la beauté, le sexe ou leurs éventuelles vies de rêve après cette émission. Ils croient déjà qu'une fois sorti de cette émission ils vont devenir des stars, ils se croient dans un rêve qui va devenir réalité alors qu'en fait ils vont juste retomber dans l'anonymat. C'est ça le Destin de toute personne allant dans une émission pareille. Ce sont des personnes inintéressantes et pathétiques qui n'ont pas eu le moindre diplôme à l'école, moi non plus cela dit, par conséquent ils sont stupides donc ils n'auront rien dans leurs vies rien mis à part la honte d'être allé dans une pareille émission et de passer pour de parfaits imbéciles. Au bout d'un moment je soupire blasé par une dispute inutile entre deux candidats puis je fixe mon chien installé sur le fauteuil non loin du canapé où je suis allongé, il me fixe l'air aussi blasé que moi puis pendant de longues minutes il me regarde d'une façon qui m'émeut au plus haut point. Il me regarde d'une façon tendre, tellement tendre et douce qu'il me fait comprendre par ce simple regard que je suis tout son monde, que je suis la seule qui compte autant pour lui et ça me touche au plus haut point parce que depuis cinq mois plus personne ne m'avait regardé comme ça. Avant c'était Flynn qui me regardait comme ça et maintenant c'est Caramel mon dalmatien et ça me fait du bien de voir un tel regard se poser sur ma personne.... « Je t'aime mon bébé. » Dis-je à l'attention de mon animal à quatre pattes qui représente toute ma vie désormais tandis que je tends la main vers lui et lui caresse le crâne... Oui maintenant j'ai lui, j'ai Candice, Gabriel et Ariel et c'est déjà très bien. Eux ils m'aiment, eux ils ne m'abandonnent pas pour ne jamais revenir. Pas comme l'amour de ma vie...
Flynn & Diana


Dernière édition par Diana E. Worthington le Mer 21 Juin - 13:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♠ Petit nouveau à Melbourne ♠

avatar

★ Célébrité : Dani Filth
★ Date d'inscription : 16/06/2017
★ Messages : 89


MessageSujet: Re: (HOT) [Villa#78] {Fliana#1} Notre amour est éternel...   Sam 17 Juin - 21:34

A match was lit,
and way too fast it hit my heart of gasoline
Notre amour est éternel
C'était pas l'idée du siècle. Déjà partir comme ça, ça l'avait pas été du tout. Mais là, c'était encore pire. Il était parti se traîner dans les rues de son quartier, suivi par l'odeur âcre de la clope et un parfum de culpabilité teintant sévèrement son haleine : boire pour oublier, c'est peut-être pas la solution, mais quand on est con, c'est pour la vie. Ça faisait combien de temps qu'il marchait là ? Combien de temps qu'il faisait le tour du quartier ? Bien avant l'aube déjà, il errait inlassablement à St Kilda. Il effectuait le même trajet, et fixait à chaque fois la même villa dès qu'il passait devant, ou à proximité : celle de Diana. Il avait fini par oublier le nombre de tours qu'il avait fait, dans le coin. Il savait même pas quelle heure il était. Et il hésitait encore. Est-ce qu'il devait vraiment aller la voir ? Dans la logique des choses, il n'aurait pas eu à revenir, censé s'en être détaché définitivement. Mais puisque d'un côté, il regrettait, et ne pensait pas sincèrement les saloperies qu'il avait pu lui balancer y'a cinq mois, peut-être qu'elle comprendrait. De toute façon, fallait qu'il fasse un truc. Ça le bouffait réellement de l'avoir laissée comme ça. Peut-être qu'elle s'était trouvée quelqu'un entre temps, et si telle était la situation, alors tant mieux pour elle, au contraire. Il se serait peut-être même senti mieux pour elle plutôt, qu'elle garde en tête l'image de l'ordure qu'il avait été ce jour-là. Finalement, il avait même fini par réellement le devenir. Et elle méritait mieux que ça, y'avait pas photo. Mieux que ce putain de déchet de Flynn ... Pourtant, l'imaginer avec quelqu'un d'autre le faisait grincer des dents : elle aurait été heureuse, mais il l'aimait trop pour la voir avec un autre homme, ou une autre femme s'il l'avait dégoûtée, ce qui était plausible aussi. Esprit de contradiction de merde.
Après s'être arrêté une énième fois devant la baraque où résidait la jeune femme hantant ses songes, il s'était décidé à avancer mollement par là-bas. Ça ne pouvait pas être pire ni pour lui, ni pour elle, pas vrai ? Puis qu'est-ce qu'il avait à perdre .. ? Plus rien. Elle non plus. Elle pourrait même le narguer et l'envoyer voir ailleurs avec force, si elle était parvenue à se reconstruire. Plutôt une bonne occasion de l'effacer une bonne fois pour toute de sa vie et souligner à quel point ses choix étaient mauvais. Mais il avait un pressentiment. Le pressentiment qu'il allait manquer une occasion de plus de se la fermer. C'était peut-être bien des conneries que de penser ça, mais ça aussi, cette visite, il la regretterait. Tout finissait par se payer. Pour l'instant, il était la seule origine des conséquences de ses actes sur lui, et elle aussi, mais il avait la sensation que l'avenir proche s'apprêtait à lui foutre une mandale monumentale dans la figure pour ce qu'il avait fait. Enfin, puisqu'il peut pas s'empêcher d'en redemander, y'avait plus qu'à espérer que ça serait la bonne.

Agité, il avait grillé une clope sans même la savourer pour essayer de s'arranger un peu. Et si il avait pu, il aurait descendu quelques verres pour se donner du courage. C'est fou l'état dans lequel il s'était mis pour cette gamine ... Ça, c'est la façon dont il aurait dû penser si il avait eu les yeux en face des trous. En homme déterminé et stupide qu'il avait été y'a cinq mois. Mais pour lui, ce qui lui arrivait actuellement était légitime ; on fout pas en l'air un lien aussi fort et unique.
Sans même attendre que la cigarette soit consumée jusqu'au bout, il pressa l'extrémité brûlante de cette dernière entre son index et son pouce pour l'éteindre, sans broncher, avant de ranger son mégot encore tiède dans une de ses poches pour ne pas laisser la moindre trace de son passage, ici. Il avait assez fait de dégâts dans la vie de la jeune femme, sans avoir besoin de laisser ses résidus ça et là.
Soufflant une ultime fois la fumée de sa clope en un lourd soupir, il ferma les yeux un bref moment, le temps de se reprendre. Résigné, il serra le poing ; puis ses phalanges vinrent enfin à la rencontre de la porte à trois reprises. À l'intérieur, il entendait déjà le chien aboyer ; le chien qui avait senti que quelqu'un était derrière la porte et qui prévenait sa maîtresse. Intérieurement, Flynn se voyait plus en train de gratter désespérément à sa porte, comme le sale cabot qu'il était, lui aussi, couinant pour obtenir une réponse ou un peu d'attention pour qu'elle lui ouvre. Ouais, voilà à quoi il en était réduit ; mentalement en tout cas. T'façon, il a toujours été plus ou moins altéré.
Déglutissant, les secondes lui parurent incroyablement longues. Il s'était même demandé si elles n'étaient pas devenues des minutes. Le regard baissé, il préférait fixer le sol plutôt que d'affronter les beaux yeux de Diana. Flynn avait une inexplicable et désagréable boule au ventre, à l'idée de la revoir. C'était pas le genre de choses qui se faisaient, d'aller voir son ex comme ça, en même temps …
Sans que le moindre sourire ne trône sur son visage aux traits tirés, il jouait nerveusement avec les bagues et chevalières qu'il portait, tournant et retournant ces dernières. S'il avait su que ça le perturberait à ce point, il aurait peut-être pas tenté. Mais si ça le dérangeait, c'est parce qu'il éprouvait encore des choses pour elle. Maintenant, fallait savoir ce qu'il se reprochait : les sentiments, ou sa disparition ? Qu'est-ce qu'il en savait … Il avait plus rien dans le crâne depuis qu'il avait décidé de partir. Ou quand tout était parti dans toutes les directions et finisse par lui filer entre les doigts … Un putain de désastre. Voilà ce que c'était. À trop jouer avec le feu, il a perdu le contrôle, lui qui pensait l'avoir sur à peu près tout, et là, il s'est sacrément brûlé. Pas que les ailes, en prime.

La poignée de la porte s'est tournée, et à peine la jeune femme eût-elle ouvert, qu'il tenta aussitôt maladroitement d'engager les choses plutôt que de laisser le malaise s'installer.

« … Euuh, bonjour, je suppose … Je voulais que tu saches que je suis désolé de ce que j'ai pu t'infliger. C'était une erreur, tu peux pas savoir combien je m'en veux, et je reviens pas vers toi pour que ça reprenne, parce que c'est terminé, je sais bien qu'on ne revient pas sur ses décisions ou en arrière … »

Prenant son courage à deux mains, il releva la tête pour affronter le regard de Diana tout en poursuivant son propos. Il tâchait de rester imperturbable, mais il voyait bien qu'elle n'allait pas bien. Du tout. C'était même pire que lui : elle avait une mine palote, et semblait défoncée par la fatigue, certainement la haine et l'abandon.

« … Mais voilà, je voulais que-... »

Posant les yeux ailleurs, il s'était instantanément stoppé en voyant les bras de la belle. La vision de ces bandages blancs maculés de tâches écarlates, ça l'avait glacé. Il n'était pas resté bouche bée, mais presque ; il avait une boule dans la gorge telle, qu'il était incapable de continuer. Ces scarifications … C'était à cause de lui .. ?… Quel abruti. Pas possible d'être aussi débile au point de bousiller une femme de la sorte. Là, il l'avait détruite complètement aussi bien moralement que physiquement, en plus d'avoir niqué son avenir dans le mannequinat. Et il ne savait pas tout encore, très certainement. En cinq mois, il avait dû s'en passer, des choses.
Avec un effroi contrôlé, il contempla l'étendue des dégâts qu'il avait causé sur elle. Il hésitait à lui demander ce que c'était, puisqu'il le savait. Il hésitait aussi à la prendre dans ses bras, parce que le refus était plus probable que l'acceptation. Puis ce genre de gestes-là, ça ne devait plus trop se faire entre eux, techniquement. Il ne s'autoriserait pas à le faire, puisqu'il ignorait si il avait vraisemblablement le droit. Et qui sait, si lui il était encore épris d'elle, c'était peut-être plus le cas pour la belle et peut-être qu'aujourd'hui, il n'était rien de plus qu'un type répugnant à ses yeux ... Qui pouvait savoir ce qu'elle avait dans la tête .. ?
Désormais, il sait d'où proviennent les pleurs qui le cernent et qu'il croit entendre parfois, la nuit venue. Ces sanglots irréels qui l'empêchent de dormir sereinement et provoquent ses éprouvantes insomnies. Maintenant, il peut leur attribuer un visage.

« .. T'as essayé de te foutre en l'air combien de fois, avant d'en venir à ça ? »

Avec bien plus d'aplomb dans la voix et une mine concernée, il attrapa l'un des poignets de la jeune femme, pour observer ses mutilations, avant de la regarder en fronçant les sourcils, sans pour autant le lui reprocher. C'était de sa faute à lui. Pas la sienne.
© 2981 12289 0


Dernière édition par Flynn K. Griffith le Dim 18 Juin - 9:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://australianlife.forumactif.org/t3429-there-s-always-somewh En ligne
♦ L'amoureuse malchanceuse ♦

avatar

★ Célébrité : Nadine Leopold, cette blonde magnifique...
★ Date d'inscription : 21/09/2016
★ Pseudo : GekkuNeko
★ Messages : 599
★ Autres comptes : Pearl la rouquine anciennement fiancée et battue & Oliver le petit brun amoureux... Danny le brun en manque d'amour..


MessageSujet: Re: (HOT) [Villa#78] {Fliana#1} Notre amour est éternel...   Sam 17 Juin - 22:06

Notre amour est éternel...
Si j'avais été croyante j'aurais sans aucun doute prié pour qu'il me revienne, j'aurais prié un Dieu ou une entité enfin quelqu'un ou quelque chose pour que l'amour éternel de ma vie me revienne. Mais je suis athée, je n'ai jamais cru en ces choses-là déjà parce que j'ai toujours trouvé ces choses-là ridicules mais aussi parce que je ne m'y suis jamais suffisamment intéressé pour m'y attacher ensuite. Néanmoins, je dois bien avouer que pour l'heure je n'attends plus rien, j'aimerais qu'il revienne je conteste pas, c'est même mon souhait le plus cher au monde mais je ne m'attends pas à ce qu'il vienne taper à ma porte et me dire tout un tas de belles paroles comme qu'il m'aime et qu'il veut faire sa vie avec moi, que je suis l'amour de sa vie. A mes yeux s'il est partit c'est parce qu'il a rencontré quelqu'un, soit une femme plus âgée qui le comble davantage sexuellement parlant comme dans la vie de tous les jours. Ou alors il s'est éprit d'une autre fille, plus jeune cette fois-ci, dans les mêmes âges que moi et il m'a quitté pour se mettre librement avec elle. Néanmoins ce que je n'explique pas c'est ce déménagement soudain, il a disparu de la circulation du jour au lendemain, il est partit, sa maison elle n'était pas à vendre de ce que j'en sais mais en tout cas elle était vide. Combien de fois suis-je venue devant sa maison en tapant à sa porte à maintes reprises en attendant désespérément pendant parfois de longues minutes tout en m'osant à croire qu'il finirait par m'ouvrir. Il ne m'a pourtant jamais ouvert mais j'ai toujours gardé cet espoir qu'un jour il finirait par me revenir. Mais maintenant alors que je vois que les mois passent à toute allure je me dis que conserver de l'espoir quand il s'agit de lui ça ne sert pas à grand chose. Flynn n'est pas du genre à changer d'avis et s'il a décidé de déménager clairement il ne reviendra pas et ça il faudrait vraiment que je me décide à me l'enfoncer profondément dans le crâne parce que croire qu'il reviendra ce n'est pas une bonne chose. Malgré tout cela il n'en reste pas moins que Flynn je l'aime et je ne suis pas prête de l'oublier, il me manque à chaque instant. Chaque jour je pense à lui, je songe à sa personne, à tout ce que nous avions vécu ensemble et je me rappelle avec terreur qu'il m'a quitté alors qu'il disait pourtant que j'étais la bonne. Quand on dit à une personne qu'elle est la bonne personne ça veut donc dire qu'on ne la quittera jamais, non ? Il l'a fait pourtant, il est partit, il s'est enfui loin de moi, loin de tout et je me sens tellement seule, tellement abandonnée depuis ce qu'il s'est passé entre nous.

La peur me ronge quand j'y songe, j'ai peur de me dire que je ne le reverrais jamais, qu'il a refait sa vie avec je ne sais qui et qu'il m'a oublié. J'ai peur de ça, j'ai peur de l'oubli et de l'abandon et lui justement il m'a clairement abandonné et ça me fou les boules. Tout ceci, toute cette vie sans lui est insupportable, j'ai besoin qu'il me revienne, qu'il me parle, qu'il s'excuse pour tout ça, franchement si ça venait à arriver je lui accorderais une nouvelle chance parce que cette vie sans lui est bien trop horrible pour que j'en arrive à l'envoyer bouler. Je l'aime tout simplement et j'ai besoin de lui. Alors, tandis que je soupire à cette pensée devant mon émission pathétique j'entends qu'on tape à ma porte à trois reprises, aussitôt Caramel se lève et s'approche de la porte en aboyant, je grimace me demandant de qui il s'agit. Serait-ce Gabriel qui s'inquiète une nouvelle fois pour mes poignets et mes scarifications plus que régulière ? Ou alors est-ce qu'il s'agit de ma meilleure amie qui veut passer un moment avec moi ? Pour tout dire il m'est difficile de deviner là comme ça je me lève donc tout en essayant de calmer les aboiements de Caramel et après quoi j'ouvre la porte. Bien sûr en découvrant en face de moi la personne qui hante mon crâne depuis cinq mois je suis surprise mais pas seulement, je suis émue et ça doit se voir sur ma gueule parce que je sens les larmes couler le long de mes joues. Néanmoins avant même que j'ai le temps de dire quoi que ce soit il prend la parole prétextant que ce qu'il m'a fait était une erreur, qu'il ne revient pas pour qu'on recommence tous les deux parce qu'il assume ses faits et gestes. Je grimace déçue d'apprendre qu'il ne revient pas pour me récupérer néanmoins j'acquiesce et le scrute longuement. « Flynn... » Dis-je simplement tout en essuyant mes yeux ainsi que mes joues des larmes qui coulaient encore précédemment. Après quoi je vois que son regard se pose sur mes poignets recouverts de bandages blancs maculés de sang, je grimace tandis qu'il reste planté de moi tel une statue de pierre a fixer mes bandages. La honte me prend alors, je sais, je sais qu'il va hurler en comprenant que j'ai fais ça à cause de lui, je sais qu'il va être en colère et je peux le comprendre, mais j'ai fais ça par rapport à lui et il va sans doute se sentir mal face à ce fait. Je ne dis rien alors restant planté devant lui sans rien dire, telle une statue de pierre moi aussi, je le fixe simplement attendant bien patiemment qu'il dise quelque chose ou qu'il hurle. Après un moment qui m'a paru être une éternité il finit par reprendre la parole et me questionne au sujet de mes scarifications. « Beaucoup trop de fois pour que je puisse encore compter. Depuis ton départ en fait. » Avouais-je simplement tout en me mordillant la lèvre inférieure me disant qu'il va sûrement péter un câble. Après quoi je fais la première chose qui me semble la plus logique et normale qui soit à savoir m'éloigner de la porte pénétrant dans ma maison tout en lui lançant un regard en lui faisant comprendre qu'il peut et doit rentrer...
Flynn & Diana
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♠ Petit nouveau à Melbourne ♠

avatar

★ Célébrité : Dani Filth
★ Date d'inscription : 16/06/2017
★ Messages : 89


MessageSujet: Re: (HOT) [Villa#78] {Fliana#1} Notre amour est éternel...   Dim 18 Juin - 0:10

A match was lit,
and way too fast it hit my heart of gasoline
Notre amour est éternel
Il n'avait pas prétendu revenir parce qu'il voulait continuer de la revoir, non. Parce qu'elle avait peut-être pas envie de subir ça une seconde fois, et ça se comprenait complètement ; pourquoi il lui imposerait .. ? Il venait à peine de commencer à causer qu'elle pleurait déjà à torrent. Y'avait l'émotion, certainement. L'espoir aussi. Mais c'était pas les seules choses. Alors certes, il avait freiné, voire même cassé l'ambiance avec sa mise au point, mais il avait besoin qu'elle sache. Qu'elle sache combien il était désolé. Il voulait qu'elle le pardonne. Mais un pardon, ça se lâche pas ou ça s'acquiert pas comme ça. Et il voulait aussi qu'elle prenne conscience qu'il n'était pas sa seule option ; Diana ferait mieux de se trouver quelqu'un d'autre de plus honnête que la vieille crapule qu'il était. Quelqu'un de mieux. Non seulement elle aurait moins de problèmes à le présenter à ses proches, mais en plus il lui causerait moins de tort et moins de chagrin. Elle y gagnerait sûrement plus qu'avec lui. Même encore aujourd'hui, il réussissait à la décevoir rien qu'en ayant croisé son regard et en essayant d'être intègre. Du dos de la main, la jeune femme avait balayé d'elle-même les larmes qui mouillaient ses joues : lui, il avait été trop idiot pour ne pas tenter de le faire.
Elle avait toutes les raisons du monde de lui en vouloir, et c'est bien pour ça qu'il attendait que la sentence soit prononcée, qu'elle tombe et qu'il en finisse une bonne fois pour toute avec ça, plutôt que de rester dans le vague tout comme elle. Parce que Diana n'était pas la seule à être sérieusement atteinte de l'échec de leur relation. La tournure et les proportions que ça avait pris n'étaient pas aussi anodines que dans un couple ordinaire : dans une rupture, il y a la dispute, les pleurs, puis le passage à autre chose. Eux, ils sont restés coincés à la transition entre le second et dernier stade : ils n'acceptent pas, alors ils s'autodétruisent. Elle en se scarifiant, en espérant un jour se supprimer après avoir taillé assez profondément. Et lui, il utilise plusieurs moyens dans le même but, sans avoir à s'amocher la chair. Pourquoi poursuivaient-ils sur une telle voie, si tout ce qui les attendait, c'était la solitude et la peine ? Le jeu en valait peut-être la chandelle pour elle, mais pour lui … C'était autre chose. Il fallait arrêter de fuir son destin et l'affronter. L'acharnement était inutile. Puisque ce qu'ils avaient commencé à construire ensemble s'était écroulé, il ne resterait pas prisonnier des décombres, contrairement à la jeune femme blonde : ça ne mènerait plus à rien. Ce vaurien de Flynn n'avait rien à faire avec une telle perle. Plutôt que de s'accrocher, elle ferait peut-être mieux de lâcher prise comme lui … Dans leur cas, y'a plus grand chose à espérer. Enfin, c'est comme ça qu'il voyait les choses, mais peut-être qu'elles pouvaient en être autrement, au fond.

À la vue des bandages, Flynn échappa un profond soupir, serrant des dents tout en détournant le regard, pour ne pas l'engueuler : pas besoin d'en rajouter une couche et de l'enfoncer plus, y'avait qu'à voir l'état dans lequel il l'avait laissée pour comprendre. Ainsi, sa main tenait toujours le poignet de la belle qui se trouvait là, honteuse, gênée qu'il ait remarqué ses scarifications. Flynn attendait une réponse, les yeux posés sur la jeune femme blonde, s'abstenant de lui balancer un « Y'a des claques qui se perdent », ou un regard dans le genre. Cela dit, c'est pas pour autant que son expression avait changée : il s'inquiétait toujours. De plus en plus même. Au même titre que la tension montait. Puis il a obtenu la réponse à sa question : c'était pas un soulagement. Ça a même empiré les choses. Sa sensation de culpabilité s'est accentuée instantanément : si ce n'était qu'un début de mal-être en la présence de la belle blonde, maintenant il avait l'impression qu'on venait de le poignarder en plein cœur. Mais comment en vouloir à sa belle .. ? Elle avait pris les événements comme ils venaient … Pourtant il ne pensait pas que son départ aurait des conséquences aussi désastreuses sur elle … Certes quand il l'avait connu, c'était une femme douce, timide … Cependant, elle avait commencé à s'imprégner de certaines choses, notamment cette force et cette volonté de vivre … Tout ça avait disparu. Il n'en restait que des ruines, à l'image de l'esprit tourmenté de Diana, actuellement.
La douleur morale était si cuisante pour lui, qu'elle en devenait presque physique. L'amertume le gagnait, peu à peu. Si bien, qu'il n'avait rien trouvé à répondre à la jeune femme. Il connaissait d'avance ce qu'elle allait rétorquer, s'il disait qu'il ne fallait pas se mettre dans un état pareil pour le type qu'il était … Surtout lui en fait. Et avant qu'il n'enchaîne sur quoi que ce soit, le poignet fin de la blonde glissa de sa main qui ne la retint pas : elle avait filé. Elle s'était réfugiée chez elle, à l'intérieur. Au moins, elle ne lui avait pas claqué la porte au nez … Elle était ouverte à la discussion. Pour autant, l'invitation silencieuse qu'elle lui fit parvenir eut du mal à le convaincre. Est-ce qu'il devait réellement remettre les pieds dans sa villa ? Alors qu'il était censé couper les ponts et lui foutre la paix définitivement, maintenant qu'il avait assez bousillé sa vie .. ? Il n'en savait rien, à vrai dire.

Après une énième hésitation, il fit quelques pas pour pénétrer à l'intérieur de cette demeure en fermant la porte derrière lui. Demeure devenue normalement un territoire hostile : il savait qu'il n'en serait rien, compte tenu du caractère de la jeune femme. Mais il n'avait quand même plus rien à faire ici. Flynn devrait, techniquement, être redevenu un étranger pour elle. Pour avoir dit qu'elle n'était qu'une gamine, qu'elle ne représentait absolument rien à ses yeux, ouais. Là, il avait foutu plusieurs coups de marteau sur quelque chose de fragile pour que ça se brise. Et il avait réussi. C'était plus des morceaux, mais des miettes qu'il restait, alors pour essayer de reconstituer c'était un peu foutu. Putain, qu'est-ce qu'il regrettait …
Dommage qu'elle ait pu le croire. Et qu'elle puisse croire qu'il se soit trouvé quelqu'un entre temps : pas possible. Flynn disait avoir fait une croix sur Diana mais c'était faux. Il en était incapable … Tout comme il avait été incapable de la garder pour lui. L'erreur est humaine. Ici elle est de taille et il est même pas certain de pouvoir rattraper le coup, avec toute la volonté du monde.

« … Je voulais pas te foutre mal, encore moins à ce point. C'était pas mon intention. Je voulais juste .. Que tu m'oublies. Que tu passes à autre chose … Faut pas que tu en restes à un type comme moi, j't'assure. Tu mérites mieux que ça. »

Continua-t-il, sur un ton embarrassé. Même si l'admettre était difficile, et que ça lui faisait mal, il n'avait pas le droit de penser égoïstement. Bras croisés, il fixa un instant le sol, puis le clebs qui leur tournait autour. Il était loin d'être à l'aise et rares étaient les fois où il faisait profil bas, comme ça. Peut-être même que Diana devait être la seule à le voir ainsi, sans hargne, sans volonté de gueuler. Juste là, à essayer de rattraper ses fautes, cherchant un pardon qu'il n'obtiendrait certainement pas, même si il était prêt à tendre indéfiniment l'autre joue, quitte à essuyer encore et encore ses refus.

« Je suis sincèrement désolé, pour tout ça. »

Il planta son regard dans celui de la jeune femme, sans s'attendre à sa clémence ni à sa compréhension. Il avait tout de même tenté d'effleurer la joue de cette dernière du bout des doigts, sans s'autoriser à y aller plus franchement. Il guettait simplement ses réactions, sans oser quoi que ce soit. Même élever la voix sur elle, il ne l'avait pas tenté de peur de la brusquer. Pourtant il s'en faisait pour elle. Bien plus encore qu'avant d'aller à sa rencontre.
© 2981 12289 0


Dernière édition par Flynn K. Griffith le Dim 18 Juin - 9:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://australianlife.forumactif.org/t3429-there-s-always-somewh En ligne
♦ L'amoureuse malchanceuse ♦

avatar

★ Célébrité : Nadine Leopold, cette blonde magnifique...
★ Date d'inscription : 21/09/2016
★ Pseudo : GekkuNeko
★ Messages : 599
★ Autres comptes : Pearl la rouquine anciennement fiancée et battue & Oliver le petit brun amoureux... Danny le brun en manque d'amour..


MessageSujet: Re: (HOT) [Villa#78] {Fliana#1} Notre amour est éternel...   Dim 18 Juin - 0:53

Notre amour est éternel...
Pour moi, la scarification fût ma seule arme de défense face à ce chaos sinistre dans lequel je vis depuis cinq mois. Le perdre c'est dur et je me suis toujours dis que le revoir ça me ferait du bien, que je me sentirais épanouie et heureuse, complète en fait, comme lorsque nous étions encore ensemble. Et pourtant, alors qu'il est juste devant je dois bien admettre que ce n'est pas vraiment le cas. Autant je suis heureuse de le voir et de constater qu'il est en vie et visiblement en bonne santé, autant, j'ai mal parce que je me rappelle que nous ne sommes plus ensemble, plus un couple et cette simple idée me rend malade encore plus que je ne le suis. Malade parce que je souffre de dépression et de tendance suicidaire mais aussi malade parce que j'ai une grosse fièvre ainsi que des nausées depuis ce matin. Donc d'une façon ou d'une autre je me sens ridicule et inutile et ce, plus que d'habitude. Si on m'avait dit qu'un jour je me sentirais comme ça je ne l'aurais pas cru tant cette perspective est inenvisageable. On ne souhaite ça à personne de se sentir aussi mal, d'avoir comme un petit Diable sur l'épaule qui nous incite à nous suicider à longueur de journée. C'est absurde et même désastreux parce qu'en fin de compte je ne sais jamais si je dois réellement aller jusqu'au bout de mes idées et pensées ou alors si je dois continuer à luter contre moi-même et contre cette merde sur mon épaule qui m'ordonne de me tuer. Vivre comme ça clairement c'est dur. Oui vivre sans lui et me rappeler chaque jour quand je me réveille qu'il m'a quitté, que je suis une gamine et qu'il est sans doute heureux dans les bras d'une autre ça me rend folle de jalousie. Je suis égoïste je l'admets que pour le coup je ne veux pas le voir dans les bras d'une autre. A mes yeux c'est moi ou personne d'autre. C'est moche à dire mais oui mon amour pour lui m'a rendu comme ça, aussi folle de jalousie, aussi accroc, aussi amoureuse et surtout folle d'amour. Donc d'un certain point de vue c'est très bien parce que ça prouve que je l'aime vraiment, ce dont je n'ai jamais vraiment douté, mais d'un autre point de vue c'est destructeur parce que là oui je sais très bien que s'il m'a quitté c'est pour une autre. Soit une minette soit une femme plus âgée. Et ça me rend malade.

Au bout du compte je finis par pénétrer dans ma demeure lui faisant clairement comprendre que je veux qu'il rentre. Il se pose non loin de moi tandis que j'éteins la télévision ne souhaitant plus écouter ces sous merdes de la téléréalité dire des conneries ou se gueuler dessus pour x ou y raisons. Après quoi je l'entends s'adresser à moi et le scrute longuement de mes yeux verts. « Pendant ton absence je t'ai écris tout un tas de lettre mais... Je n'avais pas d'adresse où les envoyer vu que tu avais déménagé de Melbourne, je les écrivais te parlant de mon amour pour toi qui restait inchangé malgré tes mots durs à mon égard. Je t'aimais toujours et c'est encore le cas aujourd'hui. Bien sûr j'ai mal c'est pourquoi mes bras sont en piteux état mais quelle importance ? C'était mon seul moyen d'évacuer ma peine. J'avais ce besoin de le faire au même titre que toi tu es parti du jour au lendemain de ma vie me laissant toute seule alors que j'avais quitté tout pour toi comme Daisy et Peter ainsi que Alex des mois auparavant. » Répondis-je tout en soupirant de lassitude, pas contre lui ma lassitude, plutôt contre moi-même parce que j'ai été faible et je le suis toujours. Je suis faible parce que je me scarifie, c'est la solution de facilité que de faire ça et d'habitude je ne cherche pas une issue de secours, en général j'affronte les problèmes en face à face là non et ça ne me ressemble pas. « Tu peux être désolé pour ce que tu as fais Flynn, tu peux t'en vouloir, te dire que merde t'as fais le con et tout mais... J'aimerais comprendre ce qui n'allait pas chez moi. J'aimerais avoir des réponses, comprendre ce que j'ai fais de travers pour que tu décides subitement que j'étais trop jeune alors qu'en Septembre de l'année dernière quand on est allé voir Peter et Daisy et qu'ils m'ont rejeté moi ainsi que notre relation tu m'avais dis textuellement que j'étais l'amour de ta vie, que tu commençais à parler mariage. Donc oui j'aimerais comprendre comment tu as pu changer d'avis sur l'importance que j'avais pour toi en l'espace de si peu de temps. C'est vrai de Septembre jusqu'à Janvier il n'y a que quatre mois. Comment ça a pu changer aussi radicalement ? Qu'ai-je fais pour mériter que tu me quittes ? » Lançais-je malheureuse tandis qu'il passe sa main sur mon visage effleurant légèrement ma joue, je le scrute alors plongeant mon regard vert dans ses yeux cachés par des lentilles avec toujours une aussi drôle de douleur. Après un moment je baisse la tête découvrant mon chien assit par terre juste à côté de Flynn qui le scrute longuement, je me mordille la lèvre comprenant que Caramel aussi a comprit que je souffrais à cause de lui donc d'un geste je passe ma main sur le crâne de mon chien comme pour le rassurer et donc qu'il ne s'attaque pas à l'homme que j'aime, il en serait bien capable. « C'est vrai quoi... J'étais un mauvais coup ? Ou alors je ne te suffisais pas au lit donc tu as rencontré une femme plus âgée que moi et par conséquent plus expérimentée et elle te satisfait plus sur le plan personnel comme sexuel ? Ou tout simplement tu ne m'aimais plus ? J'ai dis quelque chose de travers ? » Questionnais-je souhaitant savoir réellement ce que j'ai bien pu faire pour qu'on en arrive à une situation aussi alarmante qu'à été notre rupture. Au bout du compte je finis par hocher la tête négativement et le scruter longuement. « Je vais te montrer quelque chose. Attends moi ici. » Informais-je tandis que je le quitte et me dirige lentement et avec difficulté jusqu'à l'escalier que je gravis aussi bien que possible. Une fois à l'étage je file jusqu'à ma chambre et attrape dans mon armoire murale la boîte à chaussure dans laquelle j'ai mis les nombreuses lettres que j'ai écrite pour lui depuis son absence. Des lettres dans lesquelles je lui parle de mon détresse, des lettres dans lesquelles je lui parle de mon amour pour lui ou encore de mes journées, de mon état d'esprit de mon diagnostic de dépressive... Enfin je lui confie tout et justement vu qu'il est là je décide donc de lui donner les lettres parce qu'elles étaient pour lui à la base. Je redescends alors non sans mal jusqu'au salon et le rejoins puis je lui tends la boîte à chaussure. « Il y a toutes les lettres que je t'ai écrite là-dedans. Une bonne soixantaine certainement plus, je ne me suis pas amusé à les compter. Avec ces lettres tu sauras comprendre pourquoi j'en suis arrivé à me taillader les veines depuis tout ce temps. Tu sauras également que malgré tout ça j'ai continué à t'aimer. Tu sais très bien que l'écriture et la lecture ont toujours été des choses que j'appréciais donc je t'ai écris en faisant parler mon cœur et mes sentiments. » Expliquais-je en attendant qu'il se décide à accepter ou bien a refuser mes lettres, c'est son choix, s'il veut les lire il peut le faire même devant moi maintenant ça ne me dérange pas. Au même titre qu'il peut refuser de voir l'état dans lequel il m'a plongé je peux le comprendre également...
Flynn & Diana
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♠ Petit nouveau à Melbourne ♠

avatar

★ Célébrité : Dani Filth
★ Date d'inscription : 16/06/2017
★ Messages : 89


MessageSujet: Re: (HOT) [Villa#78] {Fliana#1} Notre amour est éternel...   Dim 18 Juin - 3:30

A match was lit,
and way too fast it hit my heart of gasoline
Notre amour est éternel
C'était aussi ça qu'il se reprochait et qu'il lui reprochait sans même en avoir conscience … La prise de contact. Quand on veut, on peut. Il ne l'a pas fait. Elle non plus malheureusement. Cela dit, elle est plus excusable que lui, parce que le retrouver là où il était parti était quand même déjà un peu plus pointu que d'ordinaire. Quand elle a commencé à parler de courrier écrit, ça l'a fait plonger un peu plus. Ce qu'il avait dit avait eu l'effet inverse de celui qui était escompté de base : elle s'était accrochée plutôt que de s'en décrocher. Quel cauchemar. Quel bordel. Comment est-ce qu'il avait pu penser que ça marcherait une seule seconde ? Fallait être con. Et le réflexe qu'il a eu, en entendant qu'elle l'aimait encore éperdument, c'était de se passer une main sur la figure. Savoir ça, ça l'aidait pas trop lui. Ça l'encourageait à foncer dans le mauvais sens. Mais là, c'était une impasse, et à moins d'aller droit dans le mur en espérant l'exploser, ça paraissait compliqué de passer outre. Il se voyait mal revenir comme une fleur et lui répondre un « Moi aussi je t'aime » puis s'en tirer comme ça. Nan, ça serait bien trop facile … Puis il savait bien que son retour à Melbourne, il finirait par le regretter, aussi. En restant en Norvège, il se serait épargné un tas d'emmerdes. Enfin, il aura vécu pire que ça, c'est certain, il y survivra, n'empêche que c'est jamais agréable comme situation. Surtout quand les sentiments subsistent des deux côtés. Là, il savait vraiment pas quoi faire et ça le torturait.

« Diana … Ce n'est pas de toi que ça vient. C'est moi le problème, c'est tout. Ça va te paraître facile que je dise ça, mais j'avais des obligations sur un tout autre plan. Ça non plus, j'ai jamais osé te le dire, que je marchais dans des trucs pas très légaux et j'ai suivi le mouvement comme un abruti, mais c'est terminé. J'en ai assez d'avaler des couleuvres … Par contre toi, t'as rien à te reprocher, t'es la femme parfaite. Tu méritais pas ce qui t'es arrivé. Mais bon, quitte à partir, puisque je ne savais pas si j'en reviendrais … J'ai préféré te faire de la peine une fois plutôt que deux, si jamais. Si j'y avais laissé ma peau, t'aurais pas eu de soucis à te détacher de ce connard avec lequel t'étais, t'aurais p't'être jubilé, tout au moins, c'est ce que je pensais, mais au final, je t'ai juste détruite. »

J'aurais mieux fait de me tirer et rien dire, ça aurait été la même chose, en moins éprouvant, p't'être.  J'en sais rien. J'aurais mieux fait de m'en tenir à ma petite vie tranquille ici … C'était ce qu'il pensait. Mais à quoi bon l'exprimer ? C'était ridicule. Maintenant, il avait juste à se la fermer, et à assumer ce qu'il avait fait, point. Sa chance, il l'avait tenté.

« Non, du tout, ça n'avait rien à voir avec une histoire de satisfaction sexuelle ou quoi que ce soit d'autre, je te dis … Et même en supposant que ça soit ça, pourquoi je serais parti aussi loin ? Des prostituées, y'en a ici aussi, tu sais. Alors non, c'est pas ça. C'est pas toi, je te dis. Si ça peut te rassurer, j'ai rencontré personne et j'ai pas cherché à rencontrer qui que ce soit, j'en avais pas besoin. Enfin, si, j'avais besoin de quelqu'un. Mais je savais que cette personne, je ne la retrouverais plus, là où j'étais et où j'allais. De toute évidence, on peut pas refouler l'amour qu'on éprouve pour quelqu'un. Pas lorsque c'est si fort ... »

Il cessa d'épier la belle blonde quelques secondes, détournant le regard, encore. Plus la conversation avançait, et plus il s'en voulait. Pour autant, il n'osait pas tenter quoi que ce soit. Il ne voulait pas que la belle jeune femme se renferme sur elle-même définitivement après un geste maladroit de sa part. Flynn était coincé, dos au mur, sans pouvoir faire quoi que ce soit. Et Diana lui offrait un bref temps de réflexion, en lui demandant d'attendre ici qu'elle revienne : elle avait quelque chose à lui montrer. Quelque chose à lui donner. Les lettres. Il n'arrêta de la regarder une fois qu'elle quitta son champ de vision. En la voyant vacillante, faible, plus amaigrie que d'ordinaire et blessée à tous les niveaux, il n'avait pas pu s'empêcher de penser au monstre qu'il était, de lui avoir fait ça.
L'envie d'allumer une clope pour mieux supporter ce qui se tramait le titillait et il se retenait de sauter sur son briquet. Ça l'aurait p't'être détendu mais par respect, il le ferait pas. Puis elle avait pas besoin de savoir qu'il avait replongé là-dedans aussi. Diana n'avait pas besoin de savoir qu'il avait replongé tout court, et qu'il se noyait dans ses travers, sans elle. Ça le perdrait très certainement, mais c'était tout ce qu'il méritait, lui. Au moins, il en avait conscience.

En voyant la jeune femme redescendre avec la boîte à chaussures remplie de ce qu'elle avait écrit pendant ces cinq longs mois, il l'observa de nouveau revenir, avant de saisir la boîte, écoutant ce qu'elle avait à dire à propos de cette dernière cependant. Flynn acquiesça à cette brève explication. Il comprenait qu'elle en soit arrivée à ça, si elle l'aimait toujours malheureusement. Mais si leur amour était une paie béante, peut-être aurait-il mieux valu la cautériser avant qu'elle ne finisse par se gangrener .. ?

« Je les lirais toutes dès que je rentrerai chez moi. »

Continua-t-il, ouvrant la boîte pour prendre l'un des papiers, sur lequel elle avait griffonné. Ses yeux scrutaient les lignes dont l'écriture se dégradait d'une lettre à une autre. Il aurait l'occasion de constater tout le mal qu'il lui avait fait, en compagnie d'une bonne bouteille ce soir. Les quelques mots angoissants qu'il avait lu à la volée le consternèrent. Lire qu'elle l'aimait encore était une chose. Qu'elle ait subi autant cet amour en était une autre. Elle en était plus affligée qu'elle n'en profitait. C'était pas ça, le but de l'amour. C'était même pas ça le but initial de la stratégie de Flynn.
L'air grave, il referma cette boîte tout en la reposant ensuite sur la table basse, espérant fermer par la même occasion la boîte de Pandore qu'il avait ouverte, laissant bien des malheurs s'en échapper, et frapper celle qu'il avait aimé et aimait encore.

« … Pardonnes-moi, je t'en prie. »

Prononça-t-il, la gorge serrée, un air navré figé sur le visage. L'une de ses mains s'en était allée prendre doucement l'une de celle de la frêle jeune femme. Son pouce caressait cette dernière à un rythme régulier alors qu'il continuait de regarder la belle blonde.

« Je m'en veux du mal que je t'ai fait, et que je te fais encore, tu n'imagines pas à quel point. »

Quitte à ce qu'elle le gifle ou qu'elle le repousse, il tenta de serrer affectueusement la jeune femme affaiblie dans ses bras, déposant ses lèvres dans la chevelure dorée et presque ternie de la belle. Les larmes commencèrent à piquer ses yeux vitreux. Comme c'était douloureux ... Il ne pensait pas en souffrir ainsi, lui non plus. Mais il lui vouait un amour sincère et la voir ainsi endolorie, par sa faute en plus, ne faisait que frotter du sel à la balafre encore fraîche que leur précédente relation avait laissé. Qu'est-ce qu'il aurait voulu revenir en arrière pour empêcher cela. Pour l'empêcher de se tailler les veines. L'empêcher de se rendre malade. Être encore avec elle ... Jamais il n'aurait dû partir. Il donnerait tout, pour avoir droit à cette dernière chance, de l'avoir à ses côtés. C'était peut-être terminé pour de bon. Peut-être. Flynn ne pouvait pas s'empêcher d'espérer. Tout comme elle ces cinq derniers mois. Être loin d'elle ne l'a pas empêché de ressentir ce manque, l'absence de cette présence avec lui. La seule femme capable de le comprendre ; Diana. Celle qui était faite pour elle et qu'il avait pourtant repoussée. Putain de business.

Bien qu'il ait essayé jusque-là de rester le plus impassible possible, il avait fini par cesser. Il n'ignorait pas le calvaire qu'elle endurait. Si elle en doutait maintenant, il venait très certainement de dissiper ses doutes.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://australianlife.forumactif.org/t3429-there-s-always-somewh En ligne
♦ L'amoureuse malchanceuse ♦

avatar

★ Célébrité : Nadine Leopold, cette blonde magnifique...
★ Date d'inscription : 21/09/2016
★ Pseudo : GekkuNeko
★ Messages : 599
★ Autres comptes : Pearl la rouquine anciennement fiancée et battue & Oliver le petit brun amoureux... Danny le brun en manque d'amour..


MessageSujet: Re: (HOT) [Villa#78] {Fliana#1} Notre amour est éternel...   Dim 18 Juin - 11:38

Notre amour est éternel...
La scarification, c'est une méthode honteuse et vraiment douloureuse mais... Maintenant qu'il est revenu je sais que je n'en ai plus besoin. Après tout, peut-être que la vie me montrera que nous avons tous droit à une seconde chance et donc peut-être que la vie nous offrira à tous les deux une seconde chance et que donc cette fois-ci sera la bonne. En tout cas je l'espère de tout cœur parce qu'en fin de compte le fait est de le voir là devant moi c'est sûr que ça me cause un profond bien-être même si malgré tout ça ranime les vieux souvenirs de lorsqu'il m'a quitté et du mal que ça m'a fait et que ça me fait encore. Néanmoins malgré tout ça je sais qu'au fond de moi je suis prête à le pardonner mais uniquement s'il me promet en retour de ne plus repartir et ne plus me quitter. Je vois à sa façon de me regarder qu'il y a de nombreuses choses qu'il voudrait me dire mais qu'il ne fait pas. C'est comme ça, je le connais, je sais comment il est et ce même s'il est partit pendant plus de cinq mois je continue à le connaître plus que bien. Après tout c'est l'homme qui m'a donné mon premier baiser et quelques temps après qui a fait de moi une femme, qui m'a retiré ma virginité. Je lui ai tout donné par conséquent oui je le connais plutôt bien. Cependant, lorsque l'homme de ma vie reprend la parole pour me dire que ce n'est pas moi le problème mais bien lui je grimace pas spécialement emballé de l'entendre me dire ça, il poursuit alors expliquant que je suis la femme parfaite et qu'il baigne dans des affaires illégales ce qui m'étonne parce qu'effectivement je n'ai jamais entendu parler de tout ça. Après quoi il se rabaisse disant de lui qu'il est un connard et ça ne me plaît pas. « Tout d'abord... De quelles affaires illégales tu parles ? Qu'est-ce que tu fais au juste ? » Commençais-je tout en le scrutant longuement, je veux des réponses, des explications, qu'il me donne les informations nécessaires pour comprendre ce dont il me parle. « Ensuite je ne suis pas la femme parfaite, je ne pense vraiment pas. Si ç'avait été le cas tu serais resté avec moi, tu ne serais pas allé dans tes affaires illégales vu que j'étais parfaite donc tu savais ce que tu perdais donc tu n'aurais pas fais une telle erreur parce que tu es loin d'être stupide. Donc parfaite non je ne le suis pas déjà parce que ça n'existe pas et en plus parce que j'ai de nombreux défauts. » Continuais-je en grimaçant tandis que je le scrute longuement de mes yeux verts. « Et pour finir un connard, vraiment ? Des connards toi et moi on en a connu dans notre vie, Alex par exemple ou encore les enfoirés qui nous ont jugés ou ont jugés notre couple par exemple... Peter et Daisy. T'es loin d'être un connard. Je peux avoir souffert mais je n'en suis jamais arrivé au stade de la colère face à ton abandon. J'en suis toujours resté au stade de la tristesse que l'on ressent après s'être fait larguer. Donc non à mes yeux tu n'en pas un, quand je vois Alex par exemple là oui c'est un connard toi non. » Concluais-je tout en le fixant longuement en attendant qu'il dise quelque chose, enfin s'il en est véritablement capable. Après quoi il me répond que non je ne suis pas un mauvais coup, qu'il n'a rencontré personne et qu'il ne veut rencontrer personne, je souris pour la première fois sincèrement heureuse d'apprendre que personne d'autre que moi ne l'intéresse et que donc il m'aime encore. Après quoi il me fait clairement comprendre que les sentiments sont toujours là et que, même s'il était loin ça n'a rien changé. « C'est pareil pour moi tout ça tu sais... Tout ce que tu dis, tout ce que tu ressens je vivais la même chose au quotidien ici avec Caramel et mes amis. Ne plus te voir c'était terrible et me rappeler que je ne savais pas où tu y étais ou encore si tu étais vivant ou tout simplement en bonne santé ça me déchirait. Mais maintenant que tu es là je suis rassuré, je me sens mieux. » Répondis-je en me mordillant la lèvre inférieure, je pense qu'il comprendra à travers ces simples mots que je lui fais comprendre que je l'aime toujours du moins j'espère que ce fût suffisant pour lui.

Après quoi je m'éloigne et monte dans ma chambre chercher la boîte à chaussures dans laquelle j'ai rangé les quelques lettres que je lui ai écris par le passé lorsqu'il était encore loin de moi et que j'étais rongé par la tristesse. Finalement je redescends dans le salon et lui donne la boîte qu'il accepte visiblement sans trop de soucis et je le scrute longuement de mes yeux verts heureuse qu'il accepte de lire tout ceci même si ça risque très certainement de lui faire du mal. Parfois dans mes lettres j'ai pu être assez dure dans mes mots, je me suis rabaissé, je me suis insulté, je me suis remise en question et je sais qu'il n'a jamais aimé que je fasse ça donc d'une façon ou d'une autre ça l'énervera et lui fera du mal certaines choses que j'ai pu écrire. Il prend alors la parole m'annonçant qu'il lira les lettres quand il sera chez lui j'acquiesce alors. « Très bien. » Dis-je simplement tandis qu'il se rapproche de moi et me demande de le pardonner je grimace me demandant bien ce que je dois faire ou dire parce qu'en fin de compte oui le pardon ça peut se donner mais oublier ce qu'il a fait ça je ne peux pas, j'ai trop souffert pour oublier. « Te pardonner ça je le peux... Avec ce que je ressens je pourrais te donner la Lune... Mais si je te pardonne tu dois me promettre de ne plus repartir et de ne plus me laisser tomber. Parce que ton absence c'est ce qu'il y a de pire pour moi. » Répondis-je tout en le scrutant longuement de mes yeux clairs en attendant qu'il promette ou alors qu'il refuse. J'ai besoin de pouvoir lui refaire confiance et par conséquent j'ai également besoin qu'il me promette de ne plus repartir parce que ce mal-être que j'ai ressentis ça je ne veux plus le ressentir, jamais plus. Mais il finit par rouvrir la bouche m'avouant qu'il s'en veut pour tout le mal qu'il m'a fait j'acquiesce alors. « Tu sais... Le fait est que tu sois revenu et que tu te sois rappelé le chemin vers ma villa est le plus beau cadeau que tu as pu me faire... Parce que j'avais juste besoin de tout ça. » Avouais-je au brun que je scrute longuement de mes yeux verts tout en affichant un petit sourire sur mes lèvres. Oui je me sens mieux maintenant et vraiment complète parce qu'il est là justement, parce qu'il est revenu et pour moi c'est précisément tout ce qui compte. Après quoi il me serre contre lui tout en embrassant mes cheveux, je le garde contre moi tout en passant mes mains dans son dos et dans ses cheveux appréciant ce contact en me disant que ce sera peut-être la dernière fois qu'il le fera. Après tout on ne profite jamais de petits instants comme ça, on s'y habitue a ce genre de choses comme les câlins alors qu'en fait c'est sacré, c'est vraiment vital alors qu'ils pourraient très bien être les derniers. Désormais je vivrais chaque instant que je vivrais avec lui comme s'ils pouvaient être les derniers parce que les secondes, minutes ou heures que je passe avec lui sont précieuses et que justement il m'est tout autant précieux. Je l'aime. « Tu m'as tellement manqué... » Dis-je tandis que je garde ma tête dans ses cheveux tout en embrassant son cou comme je le faisais avant lorsque nous étions ensemble...
Flynn & Diana
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♠ Petit nouveau à Melbourne ♠

avatar

★ Célébrité : Dani Filth
★ Date d'inscription : 16/06/2017
★ Messages : 89


MessageSujet: Re: (HOT) [Villa#78] {Fliana#1} Notre amour est éternel...   Dim 18 Juin - 20:52

A match was lit,
and way too fast it hit my heart of gasoline
Notre amour est éternel
Des choses à lui dire, ça, il en avait plein. Sitôt qu'il en prononçait, les autres non-dits s'exprimaient par son regard, ou sa gestuelle. La jeune femme blonde était certainement la seule et la mieux placée pour décrypter tout ça chez lui, tout comme c'était le cas pour lui avec elle. Ils avaient partagé tant de choses ensemble. C'était lui son premier à tous les niveaux, maintenant. Son premier homme, sa première fois, mais sa première désillusion aussi, malheureusement. Pour ce qu'il avait pu lui dire, il s'était senti mal, et se sentait encore mal aujourd'hui : parce qu'il s'était taillé comme un voleur ensuite, comme s'il confirmait vraisemblablement ses dires. D'ailleurs, Flynn avait remarqué que ce qu'il avait pu dire de lui n'avait pas plu à Diana. Pourtant c'était juste la vérité : il n'était rien de plus qu'un ignoble bonhomme pour avoir pu se tirer de la sorte, pour des affaires à régler, ça et là, en laissant derrière lui le plus important.

« Trafic en tout genre. Enfin c'est terminé, je te l'ai dit, mais ça, j't'expliquerai en détails plus tard, j'ai pas la foi pour le moment ... Et sinon j'en suis resté aux stupéfiants, de façon indépendante. 'Fin je troque de façon occasionnelle, je consomme plus que je ne marchande. »

Répondit-il, peu fier de tout cela. Si elle savait le nombre d'horreurs qu'il avait pu commettre, l'argent qu'il avait pu brasser fut un temps … C'était impardonnable. C'était peut-être même elle qui risquait de l'engueuler, cette fois. Pas pour ce qu'il avait pu faire, mais pour ce qu'il faisait. Et encore, il avait pas tout dit .. Comme la fréquence à laquelle il consommait, ni les saloperies qu'il pouvait s'envoyer dans les veines, dans le nez ou les poumons. Sans parler de l'alcool, son autre putain de Démon. Contrairement à ce que beaucoup de gens pourraient penser, il ne s'en était pas si bien sorti non plus. Sauf que des répercussions s'imposaient; surtout pour lui. C'était le destin.

« Dis pas de conneries. Moi, les affaires illégales, ça fait des années et des années je baigne là-dedans, déjà bien avant que j'arrive en Australie. J'sais pas ce qui m'est passé par la tête. Si j'avais eu un minimum de jugeote j'serais resté. Mais j'suis parti, putain. J'ai un problème, j'pense. Et je dis ça sérieusement, c'est pas des paroles en l'air. »

En l'entendant continuer, il serra des dents. C'était manifestement elle qui ne se rendait pas compte de l'état actuel de la situation.

« C'est pas uniquement une question de colère. T'as vu la souffrance que je t'ai infligé ? T'as vu l'état dans lequel t'es, là ? T'as les bras criblés de cicatrices et de plaies à cause de moi, bordel. Si j'étais pas revenu, p't'être que demain ça aurait été la bonne pour toi, et alors j't'aurais tuée indirectement. J'ai même commencé à te tuer à petit feu quelque part, et ce matin, t'es encore à l'agonie. Tout ça à cause de moi. C'est tout ce que je vois. Alors si, je t'assure que je peux rejoindre aisément le panthéon des connards, et des salauds. »


Il avait peut-être été un peu bourru, mais il fallait bien qu'elle comprenne. C'était pas rien, ce qu'il lui avait fait. Pourtant, elle, elle avait déjà l'air d'être passée à autre chose, aveuglée par l'amour. Elle en avait rien à foutre, de l'état dans lequel elle était, maintenant qu'il était revenu. Et ça, c'était lui que c'était en train de démolir. Elle avait ruiné sa santé pour lui, après le coup dur qu'elle avait essuyé et les mots dégueulasses de sa part. Il s'était pas acharné comme Alex l'avait fait et heureusement, parce que ça aurait été pire de telles paroles venant de lui. Mais il avait fait court et efficace : du grand Flynn, verbalement. Bâfré par les remords, là, le fardeau qu'il avait sur les épaules devenait plus lourd. D'abord ses regrets initiaux … Puis la rencontre avec Diana et tout ce qu'il avait commencé à découvrir non plus, ça l'avait pas aidé. Enfin, ça l'aiderait peut-être à pas agir de la même façon à l'avenir, vu ce qu'il avait perdu et provoqué.
Y'a plus rien de récupérable, chez une vermine telle que lui. Y'aurait plus qu'à le supprimer, tout le monde aurait la conscience tranquille comme ça.

Le temps qu'elle s'en aille, il avait songé à ce qu'elle avait dit, sans ajouter quoi que ce soit : il avait pas eu le temps vu la vitesse à laquelle elle avait filé cherché la boîte. Mais si il avait la confirmation qu'elle l'aimait toujours, est-ce qu'il était prêt à se pardonner lui, et s'autoriser à l'aimer encore .. ? Elle aurait probablement mérité mieux, c'est vrai, mais s'il refusait, non seulement il allait se couler plus encore, mais alors elle, elle serait éternellement inconsolable. Et il serait pas mieux ...
Sa raison lui dictait de refuser, mais son cœur lui criait de rattraper sa moitié tant qu'il le pouvait encore. Avant qu'il ne soit définitivement trop tard. La brève lecture qu'il avait fait l'avait conforté dans son idée : il ne pouvait pas ni la laisser seule, ni la laisser à quelqu'un d'autre. Il l'avait peut-être temporairement délaissée, mais ça ne l'avait pas laissé insensible. Elle restait et resterait sienne, tout comme il ne serait qu'à elle. C'était de l'égoïsme, mais il était possessif, et surtout incroyablement attaché à elle malgré tout. Lorsqu'il s'était finalement lancé à lui demander pardon, la suppliant du regard, il avait été soulagé qu'elle considère ce qu'il avait dit, et réponde à son tour.

« Je m'y engage … Dans tous les cas, j'ai pas l'intention de quitter l'Australie. Ces derniers mois sans toi m'ont fait prendre conscience que tu m'étais indispensable. »

Le regard planté dans le sien, il n'avait pas hésité une seule seconde. Il ne lui demandait pas d'effacer cet épisode de sa mémoire. Elle pourrait lui balancer dans les dents autant de fois qu'elle le voudrait à l'avenir, si elle voulait. Il l'aurait cherché. Pour le moment, il ne souhaitait que son pardon. C'était pas rien, déjà. Quoi qu'il advienne, Flynn savait qu'elle ne lui pardonnerait jamais vraiment, au fond. C'est pas quelque chose qu'on n'oublie. Ni quelque chose qu'on pardonne, en temps normal.

« Si tu le dis ... »

Il n'était pas persuadé qu'il s'agisse trop d'un cadeau, ce retour : enfin tant qu'elle allait mieux, il n'allait pas s'en plaindre, c'était tout ce qu'il voulait. Il préférait que tout s'arrange, plutôt que ça ne remue le couteau dans la plaie. Tous deux ne pourraient que s'en porter mieux. Ils se serraient déjà dans les bras, comme avant. Flynn s'accrochait peut-être davantage à elle, cependant. Elle était la dernière personne qui lui restait, d'une certaine manière. Et il ne voulait pas qu'elle lui échappe une nouvelle fois. Il ne voulait pas la lâcher de peur de s'en éloigner encore, lui aussi. Ces retrouvailles étaient aussi nécessaires que bénéfiques. Ils en avaient eu besoin. Heureusement, tout s'était bien terminé pour eux ou presque : la rencontre qu'il pensait s'annoncer désastreuse avait viré à une réconciliation inespérée. Une remise en route implicite de leur relation. Car même s'ils ne se l'étaient pas dit clairement, ils s'étaient compris : ils s'aimaient toujours du même amour qu'ils avaient partagé au début, qu'ils partageaient et partageraient encore.

« Toi aussi mon cœur, tu n'as pas idée.. »


L'un à l'égard de l'autre, leurs gestes de tendresse se multipliaient. Les caresses réconfortantes dans le dos, qui signifiaient que le chagrin s'en était allé, pour eux. Ou presque en tout cas, il y aurait encore des séquelles à faire disparaître, mais le plus gros de leur soucis s'en irait, et ils s'en verraient apaisés. C'était même déjà le cas. Rien que cette étreinte avait eu un effet sédatif : ça l'avait calmé. Il ignorait s'il en était de même pour la jeune femme. Il l'espérait.
Que c'était bon de la retrouver. De pouvoir la tenir contre lui, dans ses bras. Il aurait pu rester longtemps comme ça. Sentir qu'elle nichait sa tête au creux de son cou, en y déposant un baiser, retrouvant peut-être certains sentiments qu'elle avait attendu tous ces longs mois passés l'un sans l'autre. Encore maintenant, il était désolé.

« Dis-moi, est-ce que tu m'autoriserais à passer les jours suivants avec toi, ici .. ? Je m'inquiète sérieusement de ton état, alors … J'aurais bien voulu garder un œil sur toi, mais si tu ne veux pas, je comprendrais. »

Il tenait toujours sa belle dans ses bras, mais avait cherché ses beaux yeux verts, attendant l'approbation de cette dernière ou son refus, déposant une fois ses lèvres aux coins de celles de la belle blonde, très brièvement. Un léger sourire était dessiné sur les lèvres de Flynn, mais ça ne lui avait pas ôté son expression navrée pour autant. Il ne l'avait pas embrassée franchement, pour non seulement de la brusquer en y allant précipitamment, mais également pour lui épargner la dure réalité de son haleine portant encore les arômes de l'alcool et du tabac.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://australianlife.forumactif.org/t3429-there-s-always-somewh En ligne
♦ L'amoureuse malchanceuse ♦

avatar

★ Célébrité : Nadine Leopold, cette blonde magnifique...
★ Date d'inscription : 21/09/2016
★ Pseudo : GekkuNeko
★ Messages : 599
★ Autres comptes : Pearl la rouquine anciennement fiancée et battue & Oliver le petit brun amoureux... Danny le brun en manque d'amour..


MessageSujet: Re: (HOT) [Villa#78] {Fliana#1} Notre amour est éternel...   Dim 18 Juin - 21:45

Notre amour est éternel...
C'est sûr, le pardon s'offre avec le temps et une certaine expérience, une certitude que la personne qui nous a causé du tord, du chagrin ou que sais-je encore ne recommencera pas à nous faire du mal. Moi, le fait est de le revoir ça me fait du bien et je me dis que peut-être, juste peut-être, notre amour brillera à nouveau telle une étoile protectrice comme auparavant. Bien évidemment je ne suis pas sans savoir qu'il est mauvais que je pense ainsi après tout le mal qu'il m'a fait mais que voulez vous, je suis jeune et je l'aime, c'est sûrement stupide et même naïf d'agir de la sorte, de pardonner sans même réfléchir plus longuement mais je m'en fou. La seule chose que je sais pour l'instant présent c'est que je l'aime, que je suis accroc à lui et que j'ai besoin de lui comme j'ai besoin de boire et de manger de la nourriture tous les jours. C'est comme ça. Au quotidien j'ai besoin de ma dose de Flynn au même titre que j'ai besoin de boire et de manger sinon je ne suis pas comblé et heureuse dans ma vie. On peut dire qu'à ce moment précis heureuse et comblé je le suis parce que justement il est là. Alors oui encore une fois c'est sans doute débile et naïf de ma part après tout le mal qu'il m'a causé mais je l'aime et c'est tout ce qui compte pour moi. Alors lorsque je vins à l'entendre me donner des explications sur ses affaires illégales je fais les gros yeux surprise de constater qu'il se shoote et que vraisemblablement il deale de la drogue. « Attends... J'aimerais être sûre que ce que j'ai compris est bien ce que je devais comprendre.... » Dis-je dans un premier temps en me mordillant la lèvre inférieure un peu gêné de parler d'un tel sujet avec lui. « Si j'ai bien compris tu... Tu te drogues et tu vends de la drogue ? C'est ça ? » Demandais-je confuse pour le coup tandis que je baisse la tête un peu mal à l'aise et c'est assez normal vu ce dont nous parlons. La drogue c'est quelque chose de mal et de dangereux non seulement parce que c'est illégal et donc que les risques d'aller en prison sont grands mais en plus parce que c'est mauvais pour la santé. Bon après je suis fumeuse je peux mourir d'un cancer quelconque à n'importe quel moment mais ça reste légal la clope... Après quoi je lui fais un commentaire sur le fait est que je ne me considère pas parfaite et quand j'entends sa réponse ça me glace le sang. « Pourquoi ne pas m'en avoir parlé auparavant ? Tu ne me faisais pas confiance ? » Questionnais-je curieuse de savoir pourquoi je ne méritais pas de connaître son passé et ses affaires louches. Peu après je lui fais part de mon ressentit quant au fait qu'il se considère comme un enfoiré mais il n'est pas d'accord et se considère comme une mauvaise personne parce qu'il m'a fait du mal, je grimace pas spécialement emballé qu'il puisse employer de tels mots pour se qualifier. « Tu sais du mal beaucoup de personnes m'en ont causé dans la vie. Il y a eu d'abord Alessio donc mon père biologique, il y a eu Daisy et Peter, Alex également, toi, des amis en tout genre. C'est pas pour autant que toutes ces personnes sont forcément des enfoirés, autant Alessio, Daisy, Peter et Alex là oui clairement mais toi comme les éventuels amis là non je ne vous considère pas comme des mauvaises personnes juste parce que j'ai été triste ou bousillé durant un temps. Après oui la rupture m'a mise dans un état lamentable je conteste pas tout ça et je me considère pathétique d'avoir sombré à ce point mais faut non plus te considérer comme la dernière des merdes juste pour ça. En faisant ça j'évacuais mon mal-être intérieur pour ressentir quelque chose physiquement. Parfois j'ai sérieusement pensé à mourir ça aussi je conteste pas mais je ne suis jamais allé jusqu'au bout comme tu peux t'en douter. Je suis faible, voilà la réalité. » Dis-je à mon brun que je scrute longuement de mes yeux verts tout en soupirant de lassitude parce qu'en fin de compte dire tout ça, prendre conscience de ma réelle faiblesse c'est dur mais j'assume mes faits et gestes. Oui il m'arrive d'agir d'être excessivement et là oui depuis cinq mois je réagis très excessivement en me tailladant les bras, c'est comme ça...

Quoi qu'il en soit qu'importe mes faiblesses ou mes excès ce qui compte là c'est le moment que je partage avec lui qui est tout simplement radieux et désirable, du moins, de mon point de vue. Le revoir me fait pousser des ailes, j'ai l'impression de revivre, de me sentir véritablement complète et heureuse, ça fait tellement longtemps que je ne me suis pas sentie comme ça. En fait depuis qu'il est partit j'avais ce sentiment d'être en train de me noyer dans un océan de douleur et là il est revenu, il a attrapé mon bras et m'a empêché de me noyer. C'est comme ça que je vois le truc et ça me fait du bien parce que oui une nouvelle fois il m'a empêché de me laisser emporter par le courant de terreur comme à l'époque où Alex avait apprit mes sentiments à son égard. Lorsqu'il me demande mon pardon je lui réponds simplement qu'il l'aura s'il me promet de ne plus repartir, je souris alors en l'entendant me dire qu'il s'engage à cette promesse et que je lui ai manqué, que je suis indispensable pour lui, c'est le genre de mots qui font plaisir. « Oh tant mieux... » Dis-je simplement plutôt émue face à tout ceci tandis qu'il me serre contre lui et moi de mon côté je le garde contre moi et caresse ses cheveux tout en embrassant son cou. Quand je lui annonce alors qu'il m'a profondément manqué je souris de nouveau en l'entendant me dire que c'est pareil pour lui tout en me donnant un petit nom affectif, ça fait tellement longtemps... Oui tellement longtemps que je rêve qu'il me redonne un nom comme celui-ci que du coup ça me fait du bien. « Je t'aime. » Lâchais-je toujours aussi émue tandis que je reste contre lui tout en le scrutant longuement de mes yeux clairs. Il dépose alors un rapide baiser sur le coin de mes lèvres et après quoi il me fait une demande qui m'étonne pour le coup soit de rester chez moi quelques temps, puis lorsqu'il s'explique sur le fait est qu'il veut veiller sur moi je comprends et acquiesce. « D'accord. Tu peux... Si ça peut te permettre d'être pleinement rassuré ça ne me pose pas de soucis et puis ça nous permettra également de nous retrouver pleinement. » Dis-je tendrement tandis que je le scrute longuement de mes yeux clairs tout en affichant un petit sourire sur mes lèvres...
Flynn & Diana
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♠ Petit nouveau à Melbourne ♠

avatar

★ Célébrité : Dani Filth
★ Date d'inscription : 16/06/2017
★ Messages : 89


MessageSujet: Re: (HOT) [Villa#78] {Fliana#1} Notre amour est éternel...   Lun 19 Juin - 2:07

A match was lit,
and way too fast it hit my heart of gasoline
Notre amour est éternel
Il n'avait pas répondu à ses questions : en fait, il avait maintenu, et réitéré le « J't'expliquerai ». C'était long et ils étaient occupés à régler autre chose. Enfin, toujours est-il que devoir lui confirmer qu'il se droguait, ça resterait pas spécialement agréable. Tant pis. Ça faisait partie des trucs qu'elle aurait le droit de savoir, et une fois qu'ils auraient terminé de mettre les choses au point, il lui dirait. Il essaierait de tout lui dire, de prendre son courage à deux mains pour assumer son statut de scélérat. Ça serait peut-être plus facile à penser qu'à dire, mais tant pis. Maintenant, il lui cacherait plus rien. Ça, c'était une certitude. Il l'avait réalisé en la saisissant dans ses bras. Il ne la lâcherait plus cette fois. Le moment n'était peut-être pas à l'euphorie, mais ça ne l'empêchait pas de ressentir un apaisement puissant, une joie si forte de l'avoir retrouvée. Joie bridée par d'autres ressentiments. Pas après elle. Il n'en avait qu'après lui-même. Comme beaucoup de monde à Melbourne. Mais les caresses de sa belle lui faisaient oublier. Comme avant, il se laissait succomber à son charme, à cette douceur spontanée qui émanait de sa personne. Il se laissa apaiser par ses gestes, puis par sa voix qui exprima les quelques mots qui lui apportèrent satisfaction. Flynn avait murmuré la même chose à l'oreille de la jeune femme ; elle le savait peut-être, mais elle avait le droit de l'entendre aussi, ce « Moi aussi, je t'aime ». C'est fou, la façon dont elle pouvait le tranquilliser, rien que par sa présence. Et il était heureux de constater qu'il en soit de même pour elle. C'est tout ce qu'il voulait. L'émotion de l'instant symbolisait beaucoup de choses : la sincérité de leur amour, le renouveau de leur relation, et il espérait pour Diana, la fin de la dépression qui la dévorait, aussi. Il ne voulait plus la voir aussi mal. Il ferait tout pour qu'elle cesse de se mutiler. Qu'elle se soigne aussi. Et lorsqu'il l'apprendrait pour la clope, qu'elle arrête ça aussi. Il était pas un modèle, il était même pire c'est sûr, mais lui contrairement à elle, il avait le droit de se ruiner la santé. En plus de ne plus en être à ça près, il avait plus la chance d'avoir vingt ans.

« Merci. T'auras la paix pendant une petite demie-heure tout à l'heure, le temps que j'aille chercher quelques affaires, et que je m'occupe de mes deux affreux jojo. »

Disons que ces quelques jours leur permettront de rétablir ce lien de confiance abîmé. Ranimer cette complicité qui n'a jamais vraiment disparu, au fond. On aurait pu le penser ainsi, en les voyant maintenant, malgré leurs états respectifs. Quant à lui, il regardait la jeune femme, caressant l'une des joues du visage harassé de cette dernière. S'il n'avait rien eu à lui dire, il l'aurait obligée à s'allonger et se reposer, mais puisqu'elle voulait savoir plus de détails quant à son départ et ses problèmes. Il lui devait la vérité. Baissant le regard quelques secondes, il n'avait pas perdu son sourire, qui était néanmoins un peu moins rayonnant : y'avait rien de flatteur ou de valorisant à ce qu'il allait raconter ou avouer là.

« Maintenant, puisque tu voulais qu'on en parle, je vais répondre à tes questions. Comme ça, tu pourras aller te reposer. Tranquille ou non, j'en sais rien mais t'auras aucune raison de ne pas le faire : t'en as besoin, en plus. »

Il embrassa la jeune femme sur le front, avant de relâcher l'étreinte, cherchant dans ses poches ses clopes et son briquet : ça le titillait trop, et il y tenait plus. Fallait qu'il s'en allume une.

« Premièrement, bingo, je deale et je me drogue, aussi horrible que cela puisse paraître. »

Puis il regarda le paquet de cigarettes, avant de fixer la blonde : si il bougeait vers la fenêtre, elle allait peut-être essayer de le suivre, mais compte tenu de l'état pitoyable dans lequel elle était … Il pouvait pas se permettre de faire ça. Alors même si ça lui manquait, il avait reposé son attirail pour l'entretien de son futur cancer, sur la table basse. Ça attendrait un peu. Même si ça constituait une addiction en soi, ça serait jamais pire que le manque qu'il pouvait éprouver après ne pas avoir consommé ou bu pendant un certain temps. Ça, il voulait pas qu'elle le voit sur les dents, alors il avait intérêt à trouver une stratégie ou pour satisfaire ses besoins de toxico en douce, ou pour se maîtriser. Enfin, en soi, il lui ferait pas de mal, il serait p't'être un peu incisif ou sec, rien de grave, en comparaison de son départ d'il y a cinq mois. Quoi que.

« Ensuite, je t'en ai pas parlé parce qu'il y a cinq mois, ça faisait quelques années que je ne m'étais pas drogué et que je n'y touchais plus, pour commencer. Si c'est du business dont tu parles, je t'en ai pas parlé parce que ça comprenait trafic en tout genre et pas uniquement de stupéfiants. Je voulais pas que tu sois mêlée à ça. J'voulais pas bousiller ton avenir non plus. Ni toi d'ailleurs. Y'a des gens pas très nets dans un tel milieu, tu sais. Si on extrapole, il aurait suffit que je fasse une connerie, un faux pas pour qu'il t'arrive des bricoles. C'était pas une histoire de confiance, je savais que tu tiendrais ta langue. Mais même si je t'en avais parlé, imagines une seconde que je me sois fait coincer par la loi. Si t'avais rien su, t'aurais été plus excusable que si t'avais été au courant. »

C'est vrai qu'à la base, c'était pour la protéger qu'il ne lui en avait pas parlé, de ce putain de réseau de trafic. Si jamais il lui était arrivé malheur par sa faute, il s'en serait voulu plus mortellement qu'aujourd'hui. C'est dire, parce qu'il s'en voulait déjà pas mal, encore actuellement.

« Mais tout ça ,c'est fini maintenant. Voilààà c'est tout pour la p'tite histoire. T'es disposée à aller te reposer maintenant, ma Diana ? »

Nan, il voulait pas trop en parler, de ce sujet. Ni s'y attarder. Tout ce qui avait été dit était suffisant. Bon, si elle avait d'autres questions, il allait pas les ignorer en lui imposant de façon despotique d'aller pioncer mais il aurait quand même préféré la voir endormie paisiblement, que réveillée et crevée sur le canapé. C'était assez logique en soi. Même s'il savait que ça ne détournerait pas la ravissante blonde de leur sujet, il l'attrapa, glissant un bras sous les genoux de cette dernière et l'autre dans son dos pour la soulever, pour la mettre temporairement sur ses genoux à lui. Parce qu'il prévoyait quand même réellement de se lever et l'emmener au pieu pour la coucher, s'il le fallait. C'était pour son bien, et il ferait en sorte de prendre soin d'elle le temps qu'il serait là. Pis c'était le matin,
elle pouvait bien s'offrir une grasse matinée.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://australianlife.forumactif.org/t3429-there-s-always-somewh En ligne
♦ L'amoureuse malchanceuse ♦

avatar

★ Célébrité : Nadine Leopold, cette blonde magnifique...
★ Date d'inscription : 21/09/2016
★ Pseudo : GekkuNeko
★ Messages : 599
★ Autres comptes : Pearl la rouquine anciennement fiancée et battue & Oliver le petit brun amoureux... Danny le brun en manque d'amour..


MessageSujet: Re: (HOT) [Villa#78] {Fliana#1} Notre amour est éternel...   Lun 19 Juin - 11:07

Notre amour est éternel...
Apprendre qu'il a été dans l'illégalité pendant un certain temps c'est sûr que ça me fait très bizarre parce qu'en fin de compte je ne m'y attendais pas. Je le pensais tout à fait normal, pas que je le vois différemment maintenant c'est faux il est toujours le même pour moi, mais j'aimerais comprendre ce qui a fait qu'il tombe dans un merdier aussi fou que celui-ci. L'illégalité, la drogue, tout ça, comment peut on en arriver à stade aussi élevé que celui-ci ? Oui je me pose la question parce que la drogue moi je n'en ai jamais pris pas même un petit joint ou quelque chose dans le genre, rien de bien grave en soit mais même ça je n'en ai jamais fumé. Moi je me suis toujours arrêté à mes clopes mentholées et ça me convient parfaitement, voilà pourquoi je suis autant surprise qu'il puisse en être arrivé à tomber dans un merdier pareil mais je suppose que maintenant qu'il a commencé à m'en parler et bien il poursuivra sur sa lancée et me dira bien tout cette fois ? En tout cas je l'espère très sincèrement parce que je ne suis pas prête à être face à des interrogations supplémentaires. Alors lorsque je lui demande s'il se shoote et deal il ne me répond pas me disant simplement qu'il m'expliquera, je fronce les sourcils pas spécialement emballé qu'il me laisse comme ça sans réponse concrète mais je ne réponds rien. Je me contente simplement de rester dans ses bras et de profiter de ce moment agréable et doux même si je reste quand même assez impatiente face à l'idée d'en savoir plus. Il me répond alors qu'il m'aime également et l'entendre me dire ces petits mots me font un effet tellement positif que je souris comme une imbécile et le serre davantage contre moi, heureuse de pouvoir l'entendre à nouveau me dire ça. J'ai rêvé pendant tellement longtemps qu'il me redise ça que du coup ça me fait du bien. Puis il me demande s'il peut passer quelques jours chez moi j'accepte considérant que ça nous permettra de nous retrouver pleinement et ça j'en ai besoin il me remercie alors en me disant que je vais être tranquille une demi-heure le temps qu'il aille chercher des affaires j'acquiesce. « Tu as toujours ta maison ici ? Fin dans le même quartier que moi ? » Questionnais-je curieuse d'en savoir plus à ce sujet parce qu'en fin de compte je ne sais pas grand chose, je ne sais pas s'il a mit la maison en vente avant de partir ou s'il l'a simplement gardée donc oui ça m'intéresse. Je le scrute longuement de mes yeux clairs tandis qu'il caresse ma joue tendrement et je le supplie du regard de s'expliquer face à tout ceci mais il ne le fait pas immédiatement. Il me fait tout un commentaire sur le fait est qu'il va s'expliquer et qu'ensuite je pourrais aller me coucher en étant tranquille ou non, je grimace pas spécialement sûre d'être prête à recevoir la bombe et justement lorsque le bombe explose et qu'il m'avoue qu'il se drogue et qu'il deale je m'appuie à ses bras pour ne pas me casser la gueule tant cette révélation est énorme pour moi.

Oui l'avoir entendu me dire ça clairement ça me choque au plus haut point mais je n'en dis rien étant donné qu'il s'explique ensuite sur le fait est que ce n'était pas un manque de confiance qu'il ne m'a rien dit plutôt parce qu'il voulait me protéger j'acquiesce alors comme pour lui faire comprendre que je l'écoute et que donc j'accuse réception de ses mots. Une fois qu'il eut terminé je retiens mon souffle quelques secondes parce que surprise par tout ceci. « OK... Bon c'est pas joyeux du tout, tout ce que tu viens de me dire mais j'ai quelques questions... » Dis-je dans un premier temps un peu mal à l'aise face à tout ce qu'il vient de me dire. « C'est par rapport à la drogue que tu as connu Alex je présume ? Tu n'es pas sans savoir qu'il se shoote et pas qu'un peu ? » Questionnais-je curieuse de connaître enfin la nature de leur rencontre parce qu'en fin de compte je n'en ai jamais rien su. « Ensuite... Comment t'es tombé dans la drogue et la vente la première fois ? Et comment tu as fais pour retomber là-dedans une seconde fois ? Tu savais que c'était dangereux et mal pourquoi recommencer ? » Interrogeais-je voulant absolument savoir comment il a pu tomber aussi bas à deux reprises. Maintenant je l'accepte comme il est mais bon c'est sûr qu'être amoureuse d'un dealeur et un junky ce n'est pas vraiment quelque chose que je pensais possible même si j'ai été amoureuse de Alex pendant longtemps et que je savais parfaitement qu'il se shootait très souvent à diverses drogues plus ou moins lourdes. Il m'annonce alors que c'est terminé désormais et me demande si je suis prête à aller me coucher, je grimace. « Après ce que tu viens de me dire j'avoue que je n'en sais rien. C'est vrai quoi mets toi à ma place. Comment réagirais-tu si je t'apprenais que pendant tout le temps où tu es partis j'ai vendu mon corps ? Ou que j'ai été filmé pour des films pornographiques ? » Lançais-je voulant avoir son avis sur tout ceci parce qu'en fin de compte j'ai besoin qu'il se mette à ma place et que donc qu'il comprenne que ce n'est pas facile mais il ne me laisse pas trop le choix et me soulève me prenant contre lui je le fixe alors. « OK j'ai donc pas le choix. » Constatais-je en soupirant comme pour lui faire comprendre que je n'ai définitivement pas envie de dormir mais bon quand il sera partit je pourrais toujours redescendre les escaliers et me poser devant la télévision devant une série ou je ne sais quoi encore...
Flynn & Diana
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♠ Petit nouveau à Melbourne ♠

avatar

★ Célébrité : Dani Filth
★ Date d'inscription : 16/06/2017
★ Messages : 89


MessageSujet: Re: (HOT) [Villa#78] {Fliana#1} Notre amour est éternel...   Lun 19 Juin - 12:31

A match was lit,
and way too fast it hit my heart of gasoline
Notre amour est éternel
Bon. Bah elle voulait pas se reposer. Ça le chagrinait un peu, mais elle avait le droit, il allait pas lui imposer : elle était plus une gamine après tout. C'était une adulte. Jeune, mais une adulte. Alors, en l'écoutant, il échappa un soupir à son tour, levant les yeux au ciel, avant de regarder la belle blonde qu'il cala un peu mieux contre lui, puisque visiblement, ils allaient rester à en discuter plus longtemps que prévu.

« … Roh, boude pas, je t'y obligerai pas, si tu veux pas. »

Enfin, ça se comprenait complètement et l'exemple qu'elle avait utilisé en retour était cohérent : si elle avait vendu son corps, ou tourné dans des films pornographiques, nul doute que Flynn aurait pété les plombs. Mais après, en dehors de la façon d'être de la jeune femme, sa douceur, et le fait qu'il supposait qu'elle ne soit pas comme ça, qu'est-ce qui pouvait lui prouver que ça n'était jamais arrivé ? Il était parti pendant cinq mois quand même. Si ça se trouve, elle avait pu fricoter avec quelqu'un qu'il le saurait pas, si elle ne voulait pas lui dire. Il finirait par l'apprendre un jour. Tout se sait un jour.

« J'suis parti, et j'espérais pas revenir, mais j'ai pas vendu ma maison pour autant, j'suis toujours au même endroit, dans le même quartier. »

C'était pas un départ sur un coup de tête. C'était plutôt le type de départ du genre « bon bah si j'y laisse ma peau tant pis, mais sinon tant mieux ». Il n'avait pas déménagé. C'était pas dans ses plans.

« C'est comme ça que j'ai connu Alex à la base, ouais, donc je connaissais ses sales habitudes aussi. Puis ensuite, on a sympathisé. Et v'là le résultat. »

En même temps, à quoi est-ce qu'elle s'attendait .. ? Aucun pote d'Alex n'était très net : y'avait qu'à voir l'allure de Flynn pour le comprendre, par exemple. C'est sûr, il existait pire, mais il était pas mal dans son genre non plus. Si elle l'ignorait avant, maintenant elle le savait. Pis elle apprendrait qu'en plus d'aimer un dealer drogué, elle aimait un taulard alcoolo. Ouais, il commençait à cumuler mais bon, c'était ça Flynn, à la base. Un ramassis de saloperies. Une putain d'erreur de la nature. Y'avait rien de glorieux à ça, pas de quoi faire la paon, ou se pâmer. Lui, tout ce qu'il voulait, c'était effacer cette partie de son passé sur laquelle il avait fait un trait. Pourtant, faut croire que les rayures, ça lui suffisait pas, ça l'en empêchait pas de chercher à retrouver cette situation : si il continuait encore à ramper dans toute cette merde, c'est bien qu'un truc allait pas, quelque part. P't'être que c'était trop tard, maintenant qu'il avait mis un doigt dans l'engrenage. Ça restait possible. Enfin au moins, il se modérait maintenant, c'était juste la drogue et à une échelle nettement plus négligeable qu'avant, donc ... Y'avait un peu moins de risques.

Avant de reprendre la parole, il baissa la tête une nouvelle fois, laissant quelques secondes de battement, dissimulant un souffle embarrassé. Il était au pied du mur, mais il pouvait pas se dérober. C'était Diana qui lui demandait, et il lui répondrait franchement.

« On m'y a initié y'a … Vingt ans, j'dirais. J'étais jeune. J'étais con. Désespéré et dans la misère. C'était pas la joie mais j'avais plus à y gagner qu'à y perdre alors j'm'y suis jeté à corps perdu, à l'époque. Ça a pris de l'ampleur, et j'ai continué quand même. Puis j'ai fait de la taule, pendant quelques années. Et j'suis parti en Australie, une fois dehors, en continuant mes magouilles. Ça ne m'a jamais vraiment quitté, y'a juste eu des périodes où ça s'est calmé. »

Il n'osait pas la regarder. Fuir son regard alors qu'elle était sur ses genoux ça s'avérait compliqué. Il aurait p't'être du y réfléchir avant. Parce qu'il pourrait pas non plus fuir sa main si elle décidait de lui en foutre une : enfin, elle n'était pas violente. Il n'avait pas eu affaire à ce côté là de la personnalité de Diana, pour l'instant, mais il se doutait qu'il existait en elle et que ça ne tarderait pas à arriver, ou qu'un jour de toute façon, il finirait par y être confronté. C'était prévisible, vu ce qu'il entreprenait. Il se renfrogna avant de continuer.

« J'ai jamais vraiment recommencé, puisque ça n'a pratiquement pas été interrompu, c'est ça qui est dramatique dans l'histoire. C'est là-dedans que j'avais trouvé ma place, c'est tout. C'était quelque chose à mon image : dangereux et mauvais, pour reprendre tes mots. Ça me plaisait, sûrement. Faut regarder les choses en face : je suis pas quelqu'un de bien, je me tue à te le dire, et c'est vrai. Je suis irrécupérable. Cette fois, tu en as la confirmation. »

Il caressait le dos de la jeune femme, tout en parlant : il ignorait lui-même si c'était pour la rassurer ou la consoler qu'il faisait ça. Ou pour la supplier de l'excuser de sa conduite déplorable. Elle avait toutes les raisons de lui en vouloir, encore plus qu'avant, maintenant qu'il avait avoué ses fautes. Mais si ça pouvait permettre à Diana d'ouvrir les yeux sur lui, alors tant mieux. Il n'était pas trop tard pour elle de se raisonner. Flynn ne lui en voudrait pas ; c'était pas un modèle à suivre. Même pas un amant honorable. Par contre, vu la merde qu'il avait fait, il ferait tout pour en préserver la belle. Elle, elle avait définitivement pas besoin de ça dans sa vie, elle pouvait s'en sortir sans aisément.

« … Sinon, cette histoire de prostitution et d'actrice porno, c'était du bluff, hein ? Enfin j'ose espérer que t'as pas fait plus de conneries que ce que je vois là … Si ? »

Flynn planta de nouveau son regard dans celui de la belle blonde, sourcils froncés, dubitatif, avec un faux air de reproche sur le visage. Il lui en voudrait d'avoir fait ça. Mais il ne savait pas à quoi s'en tenir pour le moment. Et il espérait que ce soit juste des conneries, sinon, là, il allait être moins posé et plus révolté. Les scarifications, la dépression et tous les autres soucis qu'il avait causé et dont ils avaient discuté avant, c'était largement suffisant. Elle méritait pas d'avoir subi autant pour ses conneries à lui ; elle l'aimait peut-être mais elle avait pas besoin de se mettre mal à ce point pour lui. Ça n'en valait pas la peine. Il n'en valait pas la peine.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://australianlife.forumactif.org/t3429-there-s-always-somewh En ligne
♦ L'amoureuse malchanceuse ♦

avatar

★ Célébrité : Nadine Leopold, cette blonde magnifique...
★ Date d'inscription : 21/09/2016
★ Pseudo : GekkuNeko
★ Messages : 599
★ Autres comptes : Pearl la rouquine anciennement fiancée et battue & Oliver le petit brun amoureux... Danny le brun en manque d'amour..


MessageSujet: Re: (HOT) [Villa#78] {Fliana#1} Notre amour est éternel...   Lun 19 Juin - 13:20

Notre amour est éternel...
On fait tous des erreurs dans nos vies, moi j'ai fais l'erreur de tomber sous le charme de Alex par exemple. Bon ce n'est pas quelque chose que l'on contrôle vraiment mais je savais quelle genre de personne il était, je savais qu'il se défonçait, qu'il ne bossait pas et qu'il appréciait de vivre chez Peter et Daisy sans débourser le moindre sous, je savais tout ça et malgré tout je l'aimais tout simplement parce qu'il avait un physique plus ou moins agréable, enfin non, Alex est un beau gosse à l'état pur, le genre de gars que lorsqu'on le voit dans la rue on se retourne pour le regarder une nouvelle fois. Moi à peine l'ai-je vu que je suis tombé littéralement sous le charme, c'était juste une question de physique. Avec Flynn c'est différent on se plaît physiquement mais aussi émotionnellement, spirituellement en fait. Il n'y a pas qu'une question d'attirance physique comme ce fût le cas avec Alex, il y a eu aussi une question d'attirance émotionnelle et psychologique, on se plaisait, on appréciait la personnalité de l'autre, on était fait l'un pour l'autre et je pense sincèrement que c'est toujours le cas. Donc oui aimer Alex était une erreur tout simplement parce que je savais quel genre de merde il pouvait être, un branleur. Lorsque je vins alors à entendre l'homme de ma vie m'apprendre qu'il n'a pas vendu sa maison j'acquiesce sans rien répondre rassuré de voir qu'il n'était pas partit il y a cinq mois avec pour idée de ne jamais revenir, c'est une bonne chose. Après quoi je décide d'en savoir plus au sujet de sa relation avec Alex en entendant ses mots je frissonne légèrement. « Mais tu... Tu lui vendais de la drogue ? » Demandais-je juste pour être sûre que ce que je pense est bien la réalité. « Ou vous consommiez juste ensemble de temps en temps ? » Ajoutais-je histoire de comprendre comme il se doit les choses parce que pour le coup je suis pas mal secoué et un peu paumé. Après quoi je cherche à avoir des informations sur le pourquoi du comment il est tombé aussi bas pour se droguer et vendre de la drogue en entendant ses explications je grimace pas spécialement emballé qu'il puisse avoir fait de la taule mais ça à la limite ça ne m'étonne pas vu ce qu'il m'a dit précédemment. « Donc t'as été en prison... Pour quel motif ? » Lançais-je voulant toujours en savoir plus parce que pour le coup je suis désespéré, évidemment je ne le montre pas, j'affiche une tronche plus ou moins sereine alors qu'au fond je suis bouleversé par ses aveux, je ne veux pas qu'il croit que je le vois autrement ou que mon amour va changer, que je vais changer, ce n'est clairement pas le cas, une chose pareille n'arrivera pas. Non je l'aime toujours mais je suis perturbé disons simplement que je n'aurais jamais imaginé que l'homme de ma vie pourrait être un mec aussi dangereux qui a pu faire de la prison et j'en passe donc oui ça me surprend. Après quoi il s'explique sur le comment il a recommencé et ça me glace le sang l'entendre me dire que selon lui il est dangereux et mauvais ça me rend dingue, je hoche donc de la tête négativement comme pour lui signifier que non je ne suis pas d'accord. « T'es pas quelqu'un de mauvais... Dangereux je dis pas, après ce que tu viens de me dire c'est sûr que voilà. Mais mauvais non. Une personne mauvaise n'aurait pas fait ce que tu as fais pour moi il y a plus d'un an lorsque Alex s'en est prit à moi. Une personne mauvaise n'aurait pas réagit comme tu as réagis en découvrant mes poignets tailladés. Une personne mauvaise ne ressent pas de sentiments, d'émotions, de sensations autre que la colère ou le mal. Toi... Tu as ressenti de l'amour pour moi et si j'en crois tes mots c'est toujours le cas donc tu n'es pas quelqu'un de foncièrement mauvais. OK t'as fais des conneries durant ta jeunesse et encore maintenant mais c'est derrière toi maintenant, non ? » Dis-je tout en le scrutant longuement tandis que je passe ma main sur ses épaules en attendant qu'il se décide à me répondre, non je ne le vois pas comme quelqu'un de mauvais. Alex l'était, Peter et Daisy le sont, lui non.

Oui je ne peux pas le considérer comme un être mauvais, OK il m'a fait du mal, beaucoup de mal, en me quittant mais de là à dire qu'il est quelqu'un de mauvais ou que sais-je encore ça non je ne peux pas le voir comme ça. Et je ne peux pas non plus accepter qu'il se voit comme ça, après tout ce qu'il a fait pour moi, franchement non. Puis je me dis aussi que je n'aurais jamais donné ma virginité à une mauvaise personne et ça c'est important qu'il le prenne en compte. « Tu crois sincèrement que j'aurais donné ma virginité, mon premier baiser et bref moi quoi... A quelqu'un de mauvais ? Tu le penses sincèrement ? » Demandais-je juste pour avoir son avis sur la question parce que clairement ça me travaille de savoir ce qu'il en pense vraiment. Je ne pense pas être stupide au point de donner ma virginité au premier abruti qui passe. Flynn je l'ai choisi pour la personne bénéfique qu'il était vis à vis de moi. Donc après je dis pas il a dû commettre des affaires graves et bien dangereuses dans sa vie vu qu'il a fait de la taule. Mais à moi personnellement il ne m'a rien fait de réellement grave mis à part me quitter. Donc après oui je suis peut-être stupide de retomber dans ses bras comme ça limite en un battement de cils de sa part mais je le désire plus que tout au monde et j'ai besoin de lui parce que je l'aime, et ce, même s'il a fait des choses très graves au cours de sa vie, ma vision de lui ne change donc pas. Et qu'il soit un camé, dealeur ou un barman ça n'y change rien pour moi. Il reste l'homme que j'aime tout simplement et pour moi c'est précisément tout ce qui compte. Alors, lorsqu'il vint à me demander si j'ai vraiment vendu mon corps ou tourné dans des films de cul je rigole un bon coup amusé qu'il ai pu ne serait-ce que se poser la question. « T'es sérieux ? » Lançais-je en riant tandis que je le scrute longuement de mes yeux clairs tout en affichant un grand sourire sur mes lèvres. « T'es le premier ainsi que le dernier qui m'a touché sur ce point-là. Y a eu personne d'autre après toi donc non je ne me suis pas prostitué et je n'ai pas tourné dans des films porno. Tu sais très bien que le sexe ç'a toujours été un truc difficile pour moi dans le sens où je suis pudique et intimidé par ça. Par conséquent je couche pas comme ça avec le premier gland qui passe par là. » Affirmais-je tout en le scrutant longuement de mes yeux clairs en attendant qu'il me dise clairement ce qu'il en pense. Après quoi je me remets à rire amusé qu'il ai pu ne serait-ce qu'imaginer que je parte en vrille à ce point. « C'était donc une image. Mais tu es jaloux ou bien ? » Lançais-je en le scrutant longuement attendant une réponse sincère de sa part comme il me répond sincèrement depuis tout à l'heure...
Flynn & Diana
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♠ Petit nouveau à Melbourne ♠

avatar

★ Célébrité : Dani Filth
★ Date d'inscription : 16/06/2017
★ Messages : 89


MessageSujet: Re: (HOT) [Villa#78] {Fliana#1} Notre amour est éternel...   Lun 19 Juin - 21:52

A match was lit,
and way too fast it hit my heart of gasoline
Notre amour est éternel
L'amour, ça se contrôle pas. C'est dévastateur. Et ça, il l'a rapidement constaté. Eux deux, ils s'étaient trouvés à cause de la peine qu'un type avait causé à Diana. Aujourd'hui, les circonstances sont pareilles. Ils se sont retrouvés à cause de la peine qu'un type lui a infligé. Sauf que ce type, c'était lui. Bien sûr que ça les a rapproché. Bien sûr que ça leur a fait prendre conscience qu'ils devraient peut-être s'accorder une seconde chance parce que c'est comme si leur relation ne pouvait pas ne pas être. Ils étaient deux inséparables. Loin de l'autre, ils s'anéantissent. Ils se laissent aller. Mourir, d'une certaine façon. Il n'y avait qu'à voir à quel point ce bref instant ensemble leur avait fait un bien fou : Diana avait l'air déjà plus vivante, malgré le mal qu'elle s'était fait. Malgré la dépression et ses effets. Si elle allait mieux, c'était tout ce qui importait. Pourtant, tout ce qu'il voyait dans la douceur des yeux de la blonde, c'était un reflet encore plus ignoble que d'ordinaire. Le sien ouais, mais en pire. Elle réalisait enfin le monstre qu'il était. Les horreurs qu'il avait pu faire, sans même qu'il ait à lui dire. Mais elle le détestait pas pour autant, c'était déjà ça. Ça le soulageait, d'un côté. Elle déguerpirait peut-être pas immédiatement, lorsqu'il continuerait les aveux.

« C'était un peu des deux. Sauf qu'à l'époque, je vendais plus que je ne consommais. »

Un truc qui s'est inversé avec le temps et les circonstances. À l'époque, il avait conscience que si il consommait à outrance, pour le « fun », il finirait par devenir accroc. Et le problème d'une telle addiction, c'est qu'on risque de se faire choper, mais c'est surtout que les risques de dépendance sont grands. Puis ça se répercute physiquement, selon ce qu'on prend … Lorsqu'il l'avait quittée, Flynn en avait plus eu rien à faire de son état à lui. Il savait que ça se dégraderait. Que ce soit ça, ou les ravages du temps, fallait bien mourir d'un truc nan ? Puis il en avait besoin, pour oublier. Pour l'oublier elle et passer à autre chose. Mais à chaque prise, c'était temporaire. À chaque prise il en redemandait plus, parce que le souvenir de Diana revenait plus fortement à chaque fois. Lui-même était pas sûr de pouvoir s'en sortir. Il aimait Diana, mais il ne pourrait pas tenir la promesse d'arrêter de consommer immédiatement ; il replongerait encore pire et très vite. Ça ne voulait pas dire qu'il aimait plus la drogue qu'elle, nan. Ça voulait juste dire qu'il était dépendant, c'est tout. Déjà que la clope ça avait été compliqué, mais alors pour le double sevrage qu'il allait devoir subir, il avait intérêt à se préparer à prendre sur lui. Enfin, il ne préférait pas y penser. C'était pas pour tout de suite. Il ne parviendrait pas à décrocher de sitôt.

« …  Pour avoir tué une autre crapule. Le ton était un peu trop monté, on en est venu aux mains, et c'est devenu une lutte pour savoir lequel des deux en sortirait vivant. J'ai fait que me défendre, techniquement. Et heureusement pour moi, ce que je faisais à côté ne s'est pas su, sinon j'y serais encore à l'heure actuelle, je pense. »

Soupira-t-il, se préparant déjà à voir la mine déconfite de la jeune femme. Le jugement aussi certainement. Il l'avait pas dit, mais au fond de lui, il n'avait pas l'impression de se sentir coupable pour toutes ses exactions. Notamment celle-là. Ça lui faisait rien, en y repensant. Par contre, comme il avait failli être enterré à la place du type, son inconscient en a gardé des séquelles : ça l'empêche pas de revivre cette confrontation, la nuit quand il pionce. Avec un peu de chance, ses terreurs nocturnes lui foutraient la paix en la présence de la jeune femme. Il s'en trouverait plus apaisé que tourmenté donc … Y'a pas de raison que ça aille mal et qu'elle le surprenne en train de criser dans son sommeil. Normalement. Y'avait toujours une possibilité que ça arrive. C'était inquiétant sur le coup, mais elle s'y ferait, si jamais ça arrivait et que ça se répétait. Elle s'y habituerait, tout comme elle commençait à s'habituer à son passé imprégné d'illégalité. Ils étaient réellement le jour et la nuit, tous les deux. Et lui, raconter ces vieilles anecdotes, ça le confortait dans l'idée qu'il n'était définitivement pas quelqu'un de bien. Flynn avait dit qu'il s'était juste défendu mais … Est-ce que c'était vraiment le cas ? Est-ce qu'il ne s'en était pas convaincu ? P't'être que tuer, c'était une seconde nature, après la première qui était de magouiller. Là-dessus, elle ne le ferait pas changer d'avis, même avec tous les arguments du monde.

« Tu sais, les personnes mauvaises restent avant tout des gens. Des êtres humains dotés des mêmes choses que les autres. Ils en font juste … Un usage pas correct. Ça ne les empêche pas de ressentir de l'amour. Tout le monde y a droit. Je t'aime, ça y'a aucun doute. Et si j'étais bien quand on était ensemble, c'était grâce à toi. T'es la seule pour qui je donnerais tout et n'importe quoi, alors forcément, tu me vois différemment. Mais je me connais. »

Les caresses de sa belle le réconfortaient. Elle le réconfortait tout court, d'ailleurs. Dans un sens, qu'elle puisse penser l'opposé de ce qu'il disait lui faisait chaud au cœur. Il en arriverait p't'être un jour à penser qu'elle avait raison. Peut-être. Pour autant, il ne serait jamais quelqu'un de bien, il le savait. Il n'avait jamais fait quelque chose de bien en ce monde, c'est pas maintenant qu'il allait commencer.

C'était mignon de sa part, d'essayer de l'aider à adopter une autre vision de lui-même. D'essayer de le valoriser. Mais il était indéfendable et c'était pas la peine de prendre son parti. Y'avait rien d'excusable dans ses actes passés ou actuels. Il restait le même Flynn. Seule sa façon d'être était nuancée. Alors en entendant ce qu'elle venait de lui demander … Bah là, il se demandait si le mensonge de circonstance lui éviterait pas de la vexer. Il voulait pas la blesser, mais elle lui demandait de répondre franchement donc …

« … Tu veux la vérité ou quelque chose que tu veux croire .. ? »

C'était pas une question d'être abruti ou quoi. Être mauvais n'impliquait pas forcément qu'il se tirerait après l'avoir dépucelée, dépouillée de tout ce qu'elle avait à offrir physiquement.

« T'es naïve, ma Diana … Naïve et amoureuse. C'est pas aussi simple. Toi, t'es une exception à mes yeux.
Puis je sais que ça va pas te plaire, mais fut un temps, t'aurais pas été prête à tout donner pour Alex, s'il t'avait pas repoussée .. ? Là aussi, t'étais amoureuse. L'amour te rend aveugle. »


Il était un peu navré de l'exemple qu'il avait pris, mais c'était vrai, malheureusement. Elle était éperdument éprise d'Alex, fut un temps, ou elle y avait cru. Lorsqu'ils s'étaient connus, elle était au plus bas. Humiliée, rejetée. Pas salie, mais sacrément atteinte moralement. Et encore là, elle était elle-même la preuve de son propre aveuglement : incapable de voir le mal quand elle l'a sous le nez, parce qu'elle est trop occupée à aimer. Ses sentiments étouffent la façon dont elle perçoit Flynn, c'est tout. C'est ainsi qu'il voyait la chose. Enfin, Flynn était peut-être pas un aussi mauvais bougre qu'Alex, il s'était ravisé un peu, et justement, avait pris la défense de Diana à l'époque mais … C'est pas ça qui allait prouver qu'il était un type foncièrement bon. Ça ne prouvait rien du tout, une seule bonne action. C'était pas un quota suffisant pour le prouver à qui que ce soit, et encore moins à lui-même. Quoi qu'il en soit les gestes qu'il avait à l'égard de la jeune femme blonde ne s'interrompaient pas quand il parlait. Sauf lorsqu'il avait posé la question cruciale à propos d'elle et de ce qu'elle lui avait dit. Après avoir entendu son rire, Flynn poussa un soupir de soulagement. C'était du bluff, tout va bien, aucune raison de devenir con. Mais bon, il s'en était inquiété quand même ; si Diana avait réussi à avoir envie de crever par sa faute, peut-être bien qu'elle aurait pu passer par d'autres stades avant, à n'envier à personne.

« Tant mieux, tant mieux, ça me rassure … J'ai dû paraître débile à te le demander mais je préférais en avoir la certitude. Parce que vu l'état dans lequel je te retrouve aujourd'hui ... »


Il préférait s'en faire plus que le nécessaire. C'est mieux que s'il s'en foutait, nan ?
Déposant un baiser dans le cou de sa belle blonde qui avait tout bonnement l'air de se moquer de lui, il la regarda ensuite en affichant une moue faussement vexée. C'était gentil, il le savait bien, et c'était pas mal de l'avoir fait rire, finalement. La voir heureuse, c'était tout ce qu'il lui fallait.

« Tss, vilaine, j'm'en fais juste pour toi, moi. »

Ricana-t-il à son tour, avant de l'écouter poser sa dernière question. Il marqua un petit temps de pause, levant les yeux au ciel non pas parce qu'il était excédé, mais parce qu'il réfléchissait, affichant un sourire en coin.

« Hmmm … Incroyablement jaloux, et très possessif. J'partage pas, j'suis égoïste mon cœur. »

Répondit-il après quelques secondes seulement, zieutant de nouveau sa belle, affichant le même sourire, légèrement plus enjôleur. Canaille, sur les bords aussi. Flynn, partager ? Nan. Encore moins elle. Même en admettant qu'ils ne se soient pas remis ensemble, ça n'aurait rien changé, il aurait agi pareil. Mais en étant avec elle, c'est pire : celui qui louche sur Diana, ou qui l'effleure, il passera un sale quart d'heure, y'a pas de doute.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://australianlife.forumactif.org/t3429-there-s-always-somewh En ligne
♦ L'amoureuse malchanceuse ♦

avatar

★ Célébrité : Nadine Leopold, cette blonde magnifique...
★ Date d'inscription : 21/09/2016
★ Pseudo : GekkuNeko
★ Messages : 599
★ Autres comptes : Pearl la rouquine anciennement fiancée et battue & Oliver le petit brun amoureux... Danny le brun en manque d'amour..


MessageSujet: Re: (HOT) [Villa#78] {Fliana#1} Notre amour est éternel...   Lun 19 Juin - 22:49

Notre amour est éternel...
De toute façon c'est un fait indéniable l'amour ça ne se contrôle pas. On peut fort bien tomber sous le charme d'une personne en sachant parfaitement que cette personne n'est pas faite pour nous et malgré tout on continue a aimer de manière désespérée cette personne. Moi, ce fût mon cas avec Alex, je l'aimais follement, désespérément et j'avais besoin de lui, j'avais besoin de le sentir près de moi, de le serrer contre moi mais voilà lorsque le brun a découvert mes sentiments à son égard il s'est barré en courant en me dégageant également en grand coup de pied dans le cul tout en me balançant des paroles médiocres dans la gueule comme quoi que je suis un être pathétique et monstrueux parce que je suis amoureuse de mon frère, enfin étais, oui étais parce que désormais je ne l'aime plus. Quand Flynn est partit j'aurais très bien pu replonger dans mes vieux démons par rapport à Alex mais je ne l'ai pas fais. Faut dire que lorsque Flynn est partit le brun est venu à plusieurs reprises me voir ici chez moi et est même allé plus loin en tentant carrément de m'embrasser et il a réussi même si je l'ai repoussé. Ce fait je sais qu'il ne faut pas que j'en parle à Flynn parce qu'il est jaloux, il l'a toujours été et quand il s'agit d'Alex il a tendance à réagir de façon excessive et je ne veux pas qu'il commette un meurtre donc je préfère me taire, c'est mieux ainsi. Justement là nous parlons d'Alex et de son ancienne relation avec lui quand j'entends ses mots j'acquiesce sans rien répondre préférant écourter le sujet aussi vite que possible parce qu'en fin de compte c'est inutile de chercher plus loin et je ne veux pas qu'il se rende compte que je lui cache quelque chose à propos d'Alex.

Après quoi nous changeons de sujet et parlons de son séjour en prison évidemment ça me stresse de savoir qu'il a été dans un pareil lieu donc je veux savoir comment et pourquoi c'est arrivé. C'est normal c'est l'amour de ma vie j'ai besoin de connaître et de savoir certaines choses et ce genre de choses j'ai besoin de savoir également. Après tout il ne parlait pas forcément de son passé auparavant donc le fait est qu'il se décide à m'en parler aujourd'hui c'est sûr j'en profite d'une certaine façon parce que ce sont des choses qui sont importantes à mes yeux. Quand il m'apprend alors qu'il a tué un type je le fixe longuement un peu surprise pour le coup, même beaucoup en fait. Puis j'inspire un bon coup et acquiesce. « Tuer... Ha oui quand même... Et... Tu arrives à dormir avec ça au-dessus de ta tête malgré tout ? Fin... Tu le vis bien ? » Interrogeais-je curieuse de savoir comment il vit avec ce poids au-dessus de lui. Après tout on dit souvent que lorsqu'on a commit un meurtre on ne voit plus la vie comme on la voyait avant et c'est sûr quand il s'agit de l'homme de ma vie je m'inquiète. Donc par conséquent je veux m'assurer qu'il continue à vivre convenablement même après une telle tragédie. Bon je comprends par ses mots que c'est de la légitime défense, qu'il n'a pas prit son pied à liquider ce type comme beaucoup peuvent prendre leur pied en tuant des gens mais je préfère savoir s'il va bien ou non...

Suite à ça nous en arrivons à parler de lui et de sa façon de se voir soit comme une personne mauvaise et dangereuse chose qui ne me plaît pas parce qu'à mes yeux il est loin d'être une mauvaise personne. Moi j'ai ma vision des choses et elle est bien différente de la sienne visiblement, je grimace en entendant ses mots et le scrute longuement. « Tu te connais oui c'est un fait indéniable mais je te connais aussi et franchement d'un point de vue extérieur je considère que tu es quelqu'un de bien. OK t'as fais des choses pas forcément joyeuses au cours de ta vie mais ce qui compte vraiment c'est ce que tu as fais de bien, non ? Après tout une personne malsaine ou mauvaise n'aurait jamais fait ce que tu as fais pour moi et ça ce n'est qu'un exemple parmi bien d'autres. Il y aura toujours des choses que l'on fait qui ne sont pas forcément des choses positives dans nos vies. C'est la vie on est destinés a faire des choses bien comme des choses mauvaises. Et tu es humain tu fais donc des erreurs mais ça ne fait pas forcément de toi quelqu'un de pourrit. » Dis-je à l'amour de ma vie que je scrute longuement de mes yeux clairs tout en affichant un petit sourire sur mes lèvres en prononçant ces quelques mots. Pour moi c'est important qu'il se mette dans le crâne qu'il est loin d'être une mauvaise personne mais je connais Flynn et quand il a quelque chose en tête c'est dur de le faire changer d'avis. Au bout du compte nous parlons de la perte de ma virginité, quand il me demande si je veux qu'il soit sincère ou si je veux entendre quelque chose que je veux croire je grimace. « Si je te demande ton avis c'est parce que je veux ton avis, pas ce que je veux croire. » Répondis-je en grimaçant un peu étonné qu'il puisse me demander une telle chose, je préfère une vérité qui fait mal plutôt qu'un mensonge qui fait du bien, c'est comme ça. Alors il me parle de Alex et de la tendresse que j'avais pour lui auparavant, je grimace en entendant ses mots pas spécialement emballé qu'il me parle de lui surtout après ce qu'il m'a fait dernièrement soit de m'embrasser alors que je n'en avais pas envie mais ça Flynn l'ignore donc il ne peut pas savoir pourquoi ça me met dans un tel état. « J'aurais tout donné pour lui au même titre que je donnerais pour toi dans l'actuel. Mais dans le cas de ce type désormais il me débecte et je ne veux plus le voir. » Assurais-je en haussant des épaules un peu blasé pour le coup de parler de lui, oui j'ai honte d'avoir eu ce type dans ma vie et encore plus de l'avoir aimé par le passé mais c'est comme ça je dois me faire une raison.

Ensuite il semble mal à l'aise et me questionne au sujet d'une éventuelle prostitution de ma part suite à son départ. C'est sûr que ça m'amuse de le voir aussi embarrassé par rapport à ça mais je suis surprise surtout qu'il ai pu croire à cette image. Après tout Flynn a été la seule personne a me voir nue et plus encore à avoir des rapports sexuels avec moi donc c'est sûr que l'idée même qu'il puisse s'inquiéter à propos de ma vie sexuelle ça m'amuse. Vie sexuelle qui est inexistante depuis son départ d'ailleurs. Quand je rigole et lui annonce que non je n'ai jamais rien fais depuis son départ il paraît soulagé je souris alors. « Oh tu sais peu importe combien je pouvais être mal je ne m'en serais jamais passé à ce point. Je veux dire le sexe c'est quelque chose d'intime et d'important pour moi donc me faire filmer pendant que je m'envoie en l'air clairement non, c'est mort. Et la prostitution c'est vraiment quelque chose d'horripilant je trouve donc c'est hors de question également. » Assurais-je d'une voix douce tandis que je le scrute longuement de mes yeux verts tout en affichant un grand sourire sur mes lèvres. Alors que je ris toujours plus amusé de le voir dans cet état il grogne légèrement me faisant savoir qu'il s'inquiète juste pour moi et ça m'amuse encore plus. « Tu es amusant quand tu es inquiet pour quelqu'un et tu demandes des choses absolument hilarantes ! » Blaguais-je tandis que je le scrute longuement tout en riant une nouvelle fois juste pour montrer que oui son inquiétude m'a vraiment amusé. Enfin merde ... Moi pute ou actrice porno ? Et bien quoi encore ! Finalement il avoue sa jalousie à mon égard et je souris fière de voir que c'est visiblement toujours le cas qu'il se montre aussi jaloux et possessif et ça me fait plaisir. « Les vieilles habitudes ne changent pas visiblement. » Dis-je heureuse de ce constat tandis que je le scrute longuement puis je dépose un rapide bisou sur sa joue comme pour lui faire comprendre qu'il n'a aucune raison de l'être, enfin tant que je ferme ma bouche au sujet du mannequin de la dernière fois et d'Alex évidemment...
Flynn & Diana
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: (HOT) [Villa#78] {Fliana#1} Notre amour est éternel...   

Revenir en haut Aller en bas
 
(HOT) [Villa#78] {Fliana#1} Notre amour est éternel...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» ANNA MOUGLALIS ▬ MON COEUR EST UN MAUSOLÉE, NOTRE AMOUR UN CADAVRE.
» Si Dieu avait voulu que l'amour soit éternel, il se serait arrangé pour que les conditions du désir le demeurent!
» L'amour se mesure à notre capacité de pardonner (Andrew)
» Amour secret...
» GIFI un amour de caniche toy femelle de 10 ans (34)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Australian life :: 
Melbourne
 :: 
St Kilda
 :: Habitations
-