AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 #435 «T'en va pas »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
♠ Petit nouveau à Melbourne ♠

avatar

★ Célébrité : Mackenzie Foy
★ Date d'inscription : 25/06/2017
★ Pseudo : White Feather
★ Messages : 14


MessageSujet: #435 «T'en va pas »    Sam 1 Juil - 13:55

« Il faut que je parte, ‘Ley ! Il y a une urgence.. » Je pense que l’on peut voir mon visage se décomposer pour avoir eu un élan d’espoir pour partager une après midi avec ma mère. Drôle de vie que d’être la seule vétérinaire de Melbourne. Alors évidemment, au début j’ai ressenti de la fierté de savoir que ma mère sauvait la vie de plein d’animaux. Et puis, je suis allée sur internet et j’ai vu toute une liste, longue comme le Nil, de vétérinaire. Ils font le même métier que ma mère et pourtant, encore une fois, c’est elle qu’on appelle. J’ai laissé tombé mon sac à bandoulière qui ne me quitte jamais, ma veste en jean est toujours ouverte quand je tourne le dos à ma mère pour repartir dans ma chambre : « J’en ai marre, il n’y a qu’eux qui comptent ! Je te dé-teste ! Toi et tes fichus monstres à poil ! » J’ai bien appuyé les syllabes de ce mot qui me déchire en le disant. Mon coeur s’est serré et j’ai préféré aller m’enferme dans ma chambre pour ne pas lui laisser le loisir de me voir pleurer pour elle. Elle ne mérite pas ça et moi non plus.

Encore une journée compliquée dans laquelle je venais encore de me prendre la tête avec ma mère. Mon impulsivité et ma colère ne font pas vraiment bon ménage puisque je réalise toujours trop tard que mes paroles dépassent mes pensées, les trois quart du temps. Ce n’est pas une pulsion qui sort de nul part mais quelque chose qui germe en moi chaque jour et Lorena, qui me sert de mère, ne veut pas le comprendre. Elle met toujours en avant son travail et la difficulté qu’elle a géré son temps. Pourtant, elle trouve sans aucun problème ce dernier pour s’occuper de ces petites bêtes à poil qu’elle soigne à n’importe quelle heure de la journée. Il n’y a vraiment que cette raison qui fait qu’elle doit absolument nous abandonner pas seulement moi, mais également Abi, Alana et Elijah… Je n’arrive même pas à comprendre comment mon père peut être aussi patient à ce niveau. En ce qui me concerne, me sentir aussi délaisser par ma mère est difficile alors par mon compagnon, je n’imagine même pas ma réaction.

Je boycotte totalement son refuge ou même son métier. Si avant j’ai aimé aller la voir sur son lieu de travail, mes visites se sont rapidement espacées pour disparaître. J’en ai eu marre de devoir faire des efforts et que ça n’aille que dans un seul sens. Heureusement, je ne suis pas fille unique, je suis la dernière d’une lignée de 4 enfants et mes aînés peuvent ressentir le même manque. Si pour l’un d’eux, il est facile de faire semblant que tout va bien, autant je ne suis pas du tout de cette même façon d’agir. Je veux dire quand ça ne va pas, je veux montrer que je ne suis pas d’accord de voir mon père souffrir parce que sa femme le place en second sur son champs de priorité.

Je sais que, souvent, mes paroles peuvent dépasser mes pensées, je le redis, je les regrette la plupart du temps. Pourquoi ? parce que j’aime ma mère, je me souviens tous nos souvenirs, nos moments câlins où je pouvais jouer avec ses longs cheveux bruns que je faisais tourner autour de mon index pour m’endormir. parce que je me souviens de ces moments heureux qui me paraissent tellement loin… Il faut savoir que j’ai quinze ans, j’approche de mes seize ans et maman ne sait rien de ma vie, de ce que je veux faire, de ce que je vie ces derniers moi et des changements en moi. A croire qu’en ayant eu deux filles juste avant, tout ce que je traverse actuellement n’est pas important, voir même redondant. Pourtant, j’aimerai pouvoir lui parler, lui raconter mes premiers soucis, mes déceptions, mes douleurs et surtout, de mes échecs amoureux.

Il est passé minuit quand j’entends du mouvement au rez-de-chaussée. La routine fait que je sais qui arrive. Ce n’est pas Alana, ce n’est pas Elijah ni papa. J’ai passé la soirée avec Abi alors ce n’est pas elle, ce ne peut être que ma mère. Serrant mon téléphone dans ma main droite, je me retiens. La boule se forge dans ma gorge, je sais que je vais devoir encore faire le premier pas pour qu’elle vienne me voir, pour que l’on partage au moins dix minutes de cette fichue journée ensemble. Elle est encore en bas, la porte que j’ai laissé entre ouverte me permet de percevoir son ascension de part les lumières qui s’éteignent et se rallument. Je sais qu’elle se prépare un petit encas car le couteau claque contre le plan de travail. Papa dort depuis un moment, il est fatigué de tout ça lui aussi mais ça ne semble pas être un soucis pour maman. Alors j’attends qu’elle soit dans les escaliers, je ne veux pas lui laisser le temps de réfléchir à ma proposition. Et puis, lorsque les premières marches grinçantes craquèrent sous le poids de Lorena, j’envoie le texto que j’ai préparé en avance : « K-Lin ?? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
#435 «T'en va pas »
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Australian life :: 
Melbourne
 :: 
Carlton
 :: Habitations
-