AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 #435 «Confidences, sur confidences... ou pas. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
♠ Petit nouveau à Melbourne ♠

avatar

★ Célébrité : Mackenzie Foy
★ Date d'inscription : 25/06/2017
★ Pseudo : White Feather
★ Messages : 14


MessageSujet: #435 «Confidences, sur confidences... ou pas. »    Sam 1 Juil - 14:42

Heureusement qu’Alana est là pour m’aider en ce qui concerne mes cours car je n’y comprends rien du tout. Parfois, j’ai l’impression que tous mes professeurs parlent une langue que je ne saisi toujours pas, même maintenant. Alors quand mes examens de fin d’année m’ont mis un stress supplémentaire, on peut dire que j’ai accaparé mes deux soeurs pour me donner toutes l’aide dont j’avais besoin pour réussir mon année. Grâce à elle, j’ai eu la chance de voir les problèmes de math d’une autre approche, ce qui a favorisé ma réussite incroyable dans mes exams. Elles m’ont soutenu tout comme j’aurai aimé que ma mère le fasse aussi. Au bout du compte, cette dernière avait un doute sur les dates de mes contrôles et oraux de fin d’année. C’est un peu ces petits détails qui me blessent maintenant, plus qu’avant d’ailleurs parce que je sais que les plus gros moments de ma vie, elle ne les suit même pas.

Il n’y a plus rien à faire, maman est loin déjà mais elle reste dans le manoir des Mills comme un fantôme. Dans ma chambre trône une photo de nous cinq, Abi, Alana, Elijah, papa et moi sur ma commode. Une photo où on est heureux, on s’éclate ensemble alors que maman s’enferme dans son bureau, loin de nous. C’est un peu comme si elle ne fait plus partie de nos vies et pourtant, ce que j’aimerai qu’elle retrouve la raison. Qu’elle réalise qu’elle passe à côté de tellement de chose en ce qui nous concerne. Ces pensées me font beaucoup trop de peine laissant la place à une colère épuisante. Je n’ai que quinze ans et je déteste ma mère; Au départ, on parle d’une crise d’adolescence où tout ado qui se respecte, rejette toute forme d’autorité mais.. Je ne suis pas comme ça. Je cherche, au contraire, que l’on me canalyse, que l’on me donne des limites mais surtout de la tendresse. Alors si je me défoule sur Lorena, je pousse largement à bout mon grand frère.

En bonne guerre car je me souviens qu’en étant petite, les rôles étaient inversés. J’aime mon frère, c’est un peu un modèle pour moi que j’aime pousser à bout lorsque je me fais chier, toute seule dans ma chambre. Maintenant que mes examens sont loins derrière moi et que je peux m’autoriser un peu détente, je décide de m’amuser. Alors j’ai fait sonner mon réveil à huit heures du matin, je me suis préparée et sur la pointe des pieds, je suis sortie de ma chambre pour aller rejoindre celle de mon frère. Il doit encore dormir à cette heure-là car en général, il fait une grande soirée avec ses potes, tous aussi ennuyeux et sans intérêt les uns des autres mais j’ai une idée derrière la tête. Je suis prête, juste devant sa porte en préparant le sujet de ma venue; C’est bien de venir le réveiller mais c’est encore mieux de le prendre par surprise et un sourire s’affiche sur mon visage. Abi est réveillée, alors je lui intime de se taire en posant mon index sur ma bouche dans sa direction. Elle est bien placée pour connaître mes petits plans foireux pour rendre mon grand frère chèvre avant l’heure du déjeuner. Alors elle lève les yeux au ciel pour disparaître dans la salle de bain.

Ma relation avec lui est particulière puisqu’on est différent. On est pas du tout sur la même longueur d’onde mais on s’est toujours soutenu, surtout lui. On aime se chercher des poux dans la tête, se prendre la tête pour la moindre petite chose mais je sais que c’est un amour fraternel qui paiera à l’avenir. Alors j’entre dans sa chambre en refermant la porte. Toujours à pas de loup, je m’approche de son lit pour voir si il est toujours endormi, vérification faite, je me dirige vers sa fenêtre. Le réveil va être dur mais il va bien devoir m’écouter quoiqu’il dise. J’ouvre d’un seul coup les doubles rideaux qui laissent entrer une violente lumière blanche dans sa chambre et je cris : « DEBOUT LA DEDANS, ça pue le rat mort ici ! » Rapidement, les draps se mouvent sur le corps de mon frère qui réagit aussitôt et je m’approche doucement du lit tout en restant sur mes gardes. Il se peut qu’un oreiller vole dans ma direction…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
#435 «Confidences, sur confidences... ou pas. »
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Australian life :: 
Melbourne
 :: 
Carlton
 :: Habitations
-