AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 How come, what's wrong with you ? [Flynn ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
♦ Lézard des plages ♦

avatar

★ Célébrité : Candice Swanepoel
★ Date d'inscription : 30/05/2017
★ Pseudo : LittleWolf
★ Messages : 157
★ Autres comptes : Sasha Blake, Lexie R.Gail, Louna L.Hawkins


MessageSujet: How come, what's wrong with you ? [Flynn ]   Dim 3 Sep - 14:32



How come, what's wrong with you ?

Flynn

Je n’avais pas vraiment encore fait mes présentations, mais en même temps tout ce que je voulais c’était surtout avoir une explication avec celui-ci même si clairement je n’allais pas être la femme la plus simple à convaincre, parce qu’il était certain que je n’allais surement pas me laisser faire et qu’il fallait bien qu’il comprenne que ce n’était pas parce qu’il était de retour dans la vie de ma meilleure amie. Que tout allait bien se passer, en même temps il fallait clairement être con pour penser que si tu revenais comme ça, comme une fleur après avoir brisé le cœur de ta copine, les conséquences n’allaient pas te retomber dessus et brutalement en plus de ça. Enfin moi je n’étais pas du genre à me cacher non plus derrière, je n’avais strictement rien voler, je l’avais simplement attendu pour lui parler, bien qu’il risquât de s’en prendre une avant me connaissant parce que oui ça allait surement pas se faire aussi bien qu’on le pensait. Enfin je n’étais pas là non plus pour foutre le bordel chez lui, de toute manière j’étais clairement incapable de le faire tout simplement. Parce que je me sentirais obligée de tout remettre à sa place et que ce n’était pas forcément génial tout ça non plus. Enfin selon moi en tout cas, il était sûr que je n’allais pas forcément vouloir tout ça, mais ce que je cherchais le plus c’était de lui faire perdre patience. Oui j’étais plutôt bonne à ce jeu-là en plus de ça, il fallait regarder mes frères quand je commençais à vouloir jouer avec leurs nerfs, j’étais toujours sûr de gagner le jeu vu qu’ils avaient toujours envie de me calquer contre un mur mais ils ne le faisaient jamais, je ne savais pas pourquoi. »

« Retient ta joie aussi. »

Fis-je simplement en regardant alors le jeune homme, surtout quand il me disait si j’étais une cliente de son salon. Non clairement je ne l’étais pas, surtout que je n’avais pas de tatouage sur les parties visible de ma tenue, même si j’avais pas pris la tenue la plus égocentrique ou bien tout simplement celle la plus sexy. Parce qu’il ne fallait pas oubliée que j’avais affaire au seul grand amour de ma meilleure amie. Alors même si je ne l’aimais pour ce qu’il avait fait, je savais aussi que je ne pouvais pas tout faire avec lui malheureusement pour moi.

« Non je ne suis pas fan des tatouages à vrai dire, donc c’est sûr que non. Candice la meilleure amie de la fille à qui tu as brisé le cœur, tu t’en souviens ? »

Enfin en tout cas moi je n’allais surement pas me démonter, pour le moment je n’avais pas encore commencé la conversation. Parce que c’était bien connu quand je voulais quelques choses, je ne partais pas sans l’avoir obtenu donc oui forcément c’était toujours plus délicat, et pourtant je n’allais pas m’en plaindre, je n’en voyais clairement pas l’intérêt de le faire alors à quoi bon à vrai dire ? Je plissais doucement les yeux en regardant alors le tatoueur en face de moi. Je pourrais bien l’empêcher de se soigner l’œil ? Oui mais non au final, j’avais beau avoir la haine contre lui je n’allais pas sacrifier l’œil de ce dernier tout de même.

« Surement pas avant que tu m’es expliqué pourquoi tu es parti comme ça, en laissant Diana complètement brisé. Tu as intérêt à avoir de bonnes excuses, ou clairement je te castre. »

Oui j’étais clairement directe avec ce dernier, je n’allais pas le prendre par des pinces, ce n’était pas mon genre de toute façon et il allait devoir s’y faire. Parce que de toute manière je serais toujours dans sa vie, tout simplement parce que j’étais sa meilleure amie, et que j’étais un véritable fauve quand on lui faisait du mal et c’était bien ce qu’il lui avait fait en partant comme ça sans raisons. J’avais failli la perdre bien trop de fois pour que je sois d’accord avec tout ça.

Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♠ Le profanateur ♠

avatar

★ Célébrité : Dani Filth
★ Date d'inscription : 16/06/2017
★ Messages : 253


MessageSujet: Re: How come, what's wrong with you ? [Flynn ]   Mer 13 Sep - 18:43

Sick of the nightmares,
gripped with these fears of guilt.
How come, what's wrong with you ?
C'était pas tant question d'être con. Il était surtout fatigué du mauvais rythme de vie qu'il avait pris. Alors faire le lien avec Candice, qu'il n'avait presque jamais vue … Dur dur. Surtout qu'elle était pas encline à être super sympathique, la demoiselle … Génial. Encore une soirée d'enfer en perspective. Et rien que les premières remarques de la blonde lui firent gonfler les joues un instant, alors qu'il soufflait. Il avait bien besoin qu'elle en rajoute une couche sur sa journée de merde en le traitant comme un vaurien, tiens. Bon certes, il valait pas mieux, mais quand même … Ça faisait un moment déjà qu'il marinait dans le jus amer et salé de son échec. Y'avait qu'à voir ce qu'il était devenu … S'il était correct avant, c'était plus vraiment le cas, maintenant. Enfin, Candice ne verrait sûrement pas l'envers du décor pendant son bref passage, et tant mieux pour elle. Elle conserverait juste l'image d'un connard fini en tête, et pas celle d'un camé alcoolo instable. P't'être qu'elle dissuaderait Diana de continuer sa relation avec lui avec moins d'ardeur que si elle avait vu les cadavres de seringues dans certains coins de la baraque. Ou pas. Dans les deux cas, ça serait sûrement pareil. Ça avait l'air de lui être bien égal, qui il pouvait être. Apparemment, seul son petit monde importait. Les déchets extérieurs, elle s'en cognait manifestement.

À l'entente de son nom, il haussa les épaules, loin d'être transporté, effrayé ou fasciné. Ok, c'était elle. Mais ça changeait quoi, au juste ? Il l'avait trop peu croisée pour prétendre quoi que ce soit à son sujet. C'était une fréquentation de Diana appartenant au monde du mannequinat, c'est tout. Une femme un peu pénible mais bon, tant pis, il ferait avec, même si la façon qu'elle avait de se poser là comme ça avait le don de l'agacer un peu.

« Attends. Parce que tu penses que j'me suis pas coulé aussi en faisant ça ? Ouais je sais. Bien fait pour ma gueule. J'le mérite amplement. Je sais que je mérite sûrement ta visite aussi, mais j'en ai pas besoin pour autant. J'ai pas besoin que t'enfonces le clou, je m'enterre très bien tout seul. »

Il roula des yeux avant de la fixer, en fronçant les sourcils, l'air de moins en moins aimable. Après s'en être servi, il rangea le produit à sa place, revenant à la jeune femme. Elle était bien gentille, elle, mais pourquoi est-ce qu'elle foutait son nez dans des trucs qui ne la concernaient pas ? Enfin ça concernait sa meilleure amie, Diana, mais merde, qu'elle aille balayer devant sa porte … !
Ça avait le don de le faire grincer des dents, les commères. Et parti comme c'était, il n'hésiterait pas à lui décoller les oreilles non plus, si elle titillait un peu trop ses nerfs. Si il avait été dans un autre état d'esprit, bien sûr qu'il n'aurait pas raisonner comme ça, qu'il aurait encaissé en grognant et sans répliquer, mais il était tellement à fleur de peau ces derniers temps qu'il ne fallait même pas espérer de lui qu'il puisse se laisser faire sans rien dire. Enfin, c'était surtout la journée de merde, ça. Besoin d'évacuer. Sinon, Flynn n'en avait plus grand chose à faire, de sa peau, au fond. Il pourrait lui arriver n'importe quoi qu'il s'en foutrait.

« J'ai mes raisons. Pas besoin de les connaître ni de m'émasculer, merci. J'sais même pas si je peux te faire confiance, en plus. »

Termina-t-il, le ton plus las qu'exaspéré, cette fois. Avant même qu'il n'achève son propos, il éteignit la lumière. Puis il quitta lentement la pièce. Aucune intention de fuir. Il ne comptait pas passer sa soirée dans la salle de bain. Tout ce qu'il voulait, c'était qu'on lui foute la paix. Qu'on l'oublie. Et qu'elle, elle se tire. Le matraquage psychologique, il s'en serait bien passé. Flynn déambula ainsi dans l'obscurité, sans un bruit. Presque à la façon d'un fantôme; en tout cas, l'entrain était le même.

L'extrémité rougeoyante de sa clope était la seule petite luciole lumineuse, dans le noir. L'odeur du tabac permettrait à la jeune femme de le pister, quoi qu'à la vitesse à laquelle il allait, difficile de le perdre de vue. Au final, il s'était juste posté à la fenêtre d'une pièce, qu'il avait ouvert, regardant dehors. De la mélancolie se cachait derrière sa figure austère. Que Candice soit encore là ou pas, ça n'avait pas l'air de le chagriner ; y'avait pire, à l'heure actuelle. Elle aurait pu foutre le feu à la baraque qu'il n'aurait peut-être pas bougé non plus, cela dit. C'était le cadet de ses soucis, ces choses-là … Même si, il savait que l'autre allait être la saloperie de chewing-gum sous sa semelle, qu'il allait devoir supporter encore un moment avant de s'en débarrasser.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://australianlife.forumactif.org/t3429-there-s-always-somewhere-to-run-flynn-k-griffith
♦ Lézard des plages ♦

avatar

★ Célébrité : Candice Swanepoel
★ Date d'inscription : 30/05/2017
★ Pseudo : LittleWolf
★ Messages : 157
★ Autres comptes : Sasha Blake, Lexie R.Gail, Louna L.Hawkins


MessageSujet: Re: How come, what's wrong with you ? [Flynn ]   Mer 13 Sep - 23:22



How come, what's wrong with you ?

Flynn

Si tu n’étais pas capable de suivre le rythme que la vie ou ton boulot t’impose, pour une anorexique comme j’arrive très bien à suivre les contraintes du métier. Bon quand ton frère était ton patron mais qui tu avais tellement ton caractère et le fait que ton grand frère fasse ce que tu voulais quand tu battais des yeux, puisqu’entre l’ainé de la fratrie de trois que nous étions, seule moi et mon frère ainé de deux ans étaient réellement présent, et forcément je n’avais pas pu m’empêcher de connaitre ma vie, je savais très bien ce que j’étais et ce que je pouvais bien donner comme impression, mais sincèrement j’en avais strictement rien à faire parce que pour moi ça n’avait pas d’importance. Enfin si mais c’était très rare que des personnes soient réellement importante dans ma vie pourquoi ? Parce que je savais pertinemment ce que je vaux et aussi les personnes à qui je tiens réellement. Autrement dit en dehors de ma famille, il n’y avait que Diana qui m’importe réellement, mais il fallait le comprendre aussi puisque nous étions tout de même très liés. Je devenais souvent complètement folle quand ma meilleure amie souffrait, ou quand un de mes proches n’étaient pas bien alors forcément lui allait en prendre pour son grade.

Je n’en avais rien à faire qu’il est peur de moi ou pas, et puis franchement quand tu me voyais moi qui ressemblait clairement à une allumette face à lui. Je n’aurais clairement pas la force de me battre contre ce mec devant moi, qui était bien plus massif sauf que si lui me touchait, il était certain que Diana n’allait pas apprécier après tout. Moi elle savait très bien que je n’aimais pas Flynn pour ce qu’il lui avait fait. A vrai dire je n’en avais rien à foutre de leur différence d’âge, oui elle était grande mais c’était pas vraiment ce qui comptait pour moi, c’était les résultats de son comportement sur ma meilleure amie qui m’importait le plus.

« Je pense pas que tu as conscience de ce que tu lui a fait subir. Le fait qu’elle ne souhaite que mourir, ou se faire du mal et que je sois obligée d’être toujours derrière elle, parce qu’un abruti de première classe lui brise le cœur. Non mais tu as conscience de ce que ton mot à déclencher chez Diana petit con ? Au final ton comportement ne fait que me confirmer que j’avais raison de me méfier de toi quand tu t’es mis avec elle. »

Personnellement je n’étais pas du genre à m’attacher à des personnes, que ça soit homme ou femme c’était très rare. Parce que j’avais une peur de souffrir bien trop grande pour qu’elle puisse être gérer comme ça et forcément pour moi c’était suffisamment difficile. Quinze ans après la mort de mon petit ami je n’étais toujours pas remise de son décès, et encore moins celle de mon père. Quand j’étais attaché à quelqu’un je faisais souvent tout pour elle. Alors voir Diana se faire du mal, à cause d’un homme abruti de première que j’avais devant moi ce n’était pas possible. Diana était celle qui maintenait ma tête hors de l’eau quand j’allais mal.
Celle qui me secouais quand mon anorexie reprend le dessus sur ma vie, la seule avec mon frère qui sait comment me parler parce que oui c’est plus que difficile pour moi de voir tout ça. Enfin je n’allais pas me plaindre, parce que forcément ça allait être difficile de lui faire comprendre que si il veut récupérer réellement Diana, il allait falloir me prouver qu’il ne lui referait plus de mal. Une fois d’accord, déjà que ça passait difficilement mais si c’était plus d’une fois je le tuerais de mes propres mains.

« Je t’émascule si je le veux, après tout tu n’as franchement rien à dire sur ça. Surement plus que d’autre personne puisque comparé à d’autres je suis la seule à avoir veiller sur Diana. »

Une des seules, un vrai petit fauve d’ailleurs mais ça n’avait pas tellement changer depuis que j’étais petite j’étais comme ça. Diana avait rapidement pris beaucoup de place dans mon cœur, ce qui faisait que j’étais plus que protectrice avec elle, je n’y pouvais rien c’était viscéral j’avais besoin de ça alors forcément.
Finalement je finis par le suivre, je n’avais pas grand mal à suivre sa trace déjà que son pas n’était franchement pas celui d’une petite souris et puis si il fumait en plus c’était franchement tellement facile de le suivre. Finalement je m’arrêtais un peu plus loin que lui à sa fenêtre et le regardais en fronçant les sourcils, simplement.

« Pourquoi tu es de retour ? Pour lui bousiller encore plus la vie ? »
Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♠ Le profanateur ♠

avatar

★ Célébrité : Dani Filth
★ Date d'inscription : 16/06/2017
★ Messages : 253


MessageSujet: Re: How come, what's wrong with you ? [Flynn ]   Jeu 14 Sep - 23:03

Sick of the nightmares,
gripped with these fears of guilt.
How come, what's wrong with you ?
Il n'avait pas attendu qu'on lui en parle pour se faire lui-même la réflexion : il a brisé Diana. Flynn avait conscience de sa connerie monumentale; il aurait fallu être aveugle pour ne pas voir qu'il s'en voulait. Même s'il se planquait derrière son masque de type mal aimable. Nombre de fois, bien avant de revenir en Australie, il s'était fait la réflexion. Peut-être même dès lors qu'il avait quitté le territoire pour la Norvège. Puis, cette pensée, plutôt que disparaître, a pris de l'ampleur. Et la voir déterminée à se détruire comme elle le faisait, ça lui en avait foutu un sacré coup. Pas tant qu'il s'attendait à ce qu'elle se soit retrouvée quelqu'un entre temps mais … Qu'elle soit passée à autre chose. Il faut croire qu'elle était acharnée à s'accrocher comme ça à lui. Ou alors que personne n'avait accordé assez d'attention à son cas, c'était possible aussi.
Alors qu'il subissait la salve de reproche de la blonde, il serra les poings, ses ongles glissant sous sa peau. Elle parlait sans savoir. Oui, il s'était comporté comme un débile profond. Oui, il regrettait. Et oui, s'il le pouvait, il aurait voulu ne jamais être entré dans la vie de Diana. Une autre belle connerie, ça. À l'époque, plutôt que de jouer les gamines passives et médisantes, elle aurait mieux fait d'agir, et d'annihiler leur couple à la racine.

Il souffla sa fumée à l'extérieur, sans regarder la blonde, l'écoutant ensuite en silence. Il n'avait rien à ajouter.  Pas la volonté de le faire, en fait. Sinon, il aurait probablement eu un petit quelque chose destiné à la mannequin condescendante qui se comportait comme quelqu'un de parfait, et au-dessus des gens … Plutôt que de le blâmer lui, qu'elle se pose les bonnes questions aussi : si elle était la meilleure amie de Diana, c'était pas son rôle de l'aider à passer à autre chose ? Sûrement si .. ! Fallait qu'elle l'admette, elle était aussi mauvaise que lui.. ! … D'une manière un peu différente, ouais, mais quand même ..
Dans un soupir, il laissa mourir son animosité, plutôt que de répliquer. Tête baissée, le cœur lourd, il serra des dents. Le seul responsable, c'était lui. C'était de sa faute. S'il voulait s'en prendre à quelqu'un, c'était à lui. Pas à Candice, qui était venue le trouver ce soir. Même si elle se faisait un plaisir de le descendre … Au moins, elle avait la franchise de lui dire en face.

« … Si t'as la réponse, pourquoi tu poses la question ... ? »


Il n'y avait plus trace d'humour dans sa voix. Plus la moindre intonation. Il ne prenait plus non plus la peine de se retourner pour lui parler.

« J'suis un type dégueulasse, point. Moi aussi, j'me dégoûte. Ça nous fait un point commun, c'est cool j'trouve. »

Flynn fixait toujours l'extérieur. Stoïque. Il ne cherchait même plus à se défendre ou se justifier. De toute façon, il imaginait bien, qu'importe ses raisons, qu'elle ne l'écouterait pas, ou que ça ne changerait rien du tout. Avec ces personnes-là, la discussion n'était pas envisageable. Alors inutile de perdre du temps. Plus vite elle achèverait ses constats et remarques, et plus vite elle se taillerait d'ici et lui foutrait la paix. C'est tout ce qu'il voyait.

Pourtant, quelque chose lui échappait : pourquoi est-ce qu'elle était là, si elle détenait toutes les informations qu'elle voulait, et que son jugement était déjà prononcé quant à lui ? C'était stupide. À moins d'être venue avec deux malabars pour lui casser les deux jambes ou lui faire des crasses dans les jours à venir, il voyait pas ce qu'elle faisait encore là, chez lui. Ça ne l'avancerait à rien, la gamine, compte tenu de la manière qu'elle avait de raisonner. Quoi que, c'était légitime, et il ne lui en voulait pas. Toujours est-il que cette visite était inutile ; en tout cas, elle n'avait pas besoin de s'éterniser là, si elle venait l'insulter et lui casser les burnes, littéralement.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://australianlife.forumactif.org/t3429-there-s-always-somewhere-to-run-flynn-k-griffith
♦ Lézard des plages ♦

avatar

★ Célébrité : Candice Swanepoel
★ Date d'inscription : 30/05/2017
★ Pseudo : LittleWolf
★ Messages : 157
★ Autres comptes : Sasha Blake, Lexie R.Gail, Louna L.Hawkins


MessageSujet: Re: How come, what's wrong with you ? [Flynn ]   Jeu 14 Sep - 23:28



How come, what's wrong with you ?

Flynn
Pour quelqu’un qui avait plutôt intérêt à se faire pardonner auprès des proches de Diana, il ne le faisait pas et ce n’était surement pas en étant encore comme ça que ça changerait grand-chose parce que j’avais déjà un jugement bien arrêter sur sa personne. Enfin je m’en foutais clairement de son âge, je savais pertinemment que ma vie n’était pas si simple et que si je n’avais pas connu mon premier amour quand j’étais encore au lycée, je ne pouvais pas faire autrement. Sauf que contrairement à Diana, le mien était mort et lui ne m’avait pas larguée comme une grosse merde, comme avait pu le faire Flynn avec ma meilleure amie, mais c’était plus fort que moi de vouloir réagir. Diana était ma meilleure amie, elle était comme ma sœur et dans ma famille mes liens avec mes frères étaient tellement fort qu’on ferait tout l’un pour l’autre. Bien que je n’avais pas pu faire grand-chose concernant Flynn j’avais beau avoir voulu qu’elle oublie ce dernier, je n’avais pas pu me dire que c’était possible, elle était bien trop accro à cet abruti qui se trouvait là. Bien qu’il fallût dire que son style était différent mais pas si désagréable que ça, enfin c’était sûr que porter des lentilles blanches ça faisait un peu bizarre dans un premier temps. M’enfin tout le monde avait son style et ce n’était pas maintenant que ça changerait réellement.

Maintenant que j’avais cet abruti devant moi, je mourrais d’envie de lui envoyer mon talon dans ses parties et lui explosé. Mais je me disais que Diana risquait de grogner si je touchais les parties de l’homme qu’elle aimait. Je pouvais la comprendre parce que j’étais une femme plus que possessive qui n’aimait pas du tout qu’on touche à ce qui lui appartenait, ou même qu’on touche ses deux frères alors forcément je pourrais comprendre mais tout de même. De toute même Flynn savait que comparé à moi, c’était lui qui était bien plus en tords que moi parce que comparé à lui je n’avais pas abandonné, la femme que j’aime autant. Enfin forcément pour avoir une relation aussi forte que celle que j’ai avec Diana, il fallait forcément que j’aime cette personne et Diana c’était bien connu je devenais complètement folle quand elle souffrait. Bien qu’elle me suivît dans mes conneries, j’avais réussi à la faire sortir en boite, même si nous étions pas forcément restées longtemps, elle avait fait l’effort de venir avec moi alors je n’allais pas lui en tenir rigueur. Mais depuis que celui-ci était de retour, je me méfiais parce que je savais pertinemment que Diana allait retourner vers lui c’était inévitable malgré la douleur qu’il lui avait fait subir.

« Parce que je te pense pas assez stupide pour revenir après des mois d’absence, et pour penser une seule seconde que tu n’aurais pas ses proches sur le dos. Certains aurait des envies de meurtre sur ta personne, tu devrais t’estimer heureux que je ne veuille que t’exploser les bijoux de famille. »

Non en réalité j’avais surtout envie de l’enfermer dans une tombe, et le laisser s’étouffer par manque d’air. Une vengeance purement sadique, et assez morbide mais c’était bien ce que j’avais pensé quand j’avais appris la mort de mon père, je rêvais souvent de le faire avec le responsable de sa mort. Flynn ferait largement l’affaire, mais je doutais sincèrement que Diana soit de cette avis par contre.

« Un type stupide c’est sur, tu l’as complètement brisée, je l’ai jamais vu aussi mal. Malgré tout ce que j’ai pu dire sur toi, elle a continué de te défendre. Et la connaissant elle va retourner vers toi c’est certain. Je n’ai aucun point commun avec toi, encore moins avec un drogué que tu peux être. J’ai pu voir tes cadavres de seringue, mais qu’est-ce qui ne va pas avec toi Griffith ? »

Fallait pas croire que je n’avais pas fait le tour du propriétaire non plus, fallait bien que je passe l’ennuie aussi parce que l’air de rien ça faisait un petit temps que j’attendais le propriétaire. Bien sur je n’avais toucher à rien, pris rien du tout parce que franchement je venais d’une famille riche à la base, mais avec mon métier j’avais franchement pas à me plaindre financièrement et puis je gérais avec mon frère la boite que ma mère avait monter alors à quoi bon ?


Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♠ Le profanateur ♠

avatar

★ Célébrité : Dani Filth
★ Date d'inscription : 16/06/2017
★ Messages : 253


MessageSujet: Re: How come, what's wrong with you ? [Flynn ]   Ven 15 Sep - 0:56

Sick of the nightmares,
gripped with these fears of guilt.
How come, what's wrong with you ?
Même en fournissant des réponses courtes et en allant dans son sens, il s'en prenait encore plein la tronche. Bordel, que ça allait être long … Pas une seule phrase sans invective, de la part de la blonde. Au moins maintenant, il avait une réputation qui collait à son allure, pour certaines personnes … Surtout elle, visiblement. Manifestement, elle était incapable de concevoir qu'il ait pu sincèrement aimer Diana un jour, ou que ça soit encore le cas, à l'heure actuelle. Dommage. Tant pis. Il n'avait rien à lui prouver, meilleure amie ou non. La seule personne face à laquelle il ramperait, c'était Diana. Pas Candice, quoi qu'elle puisse faire ou dire. Si elle voulait tant empêcher ce qui lui semblait inévitable de se produire, elle n'avait qu'à ajouter son grain de sel dans ces vies qui n'étaient pas les siennes. Qu'elle aille donc mettre Diana en garde. Qu'elle lui dise. Lui, ça ne l'empêcherait pas d'aller présenter ses excuses à la jeune femme qu'il avait encore dans la peau, même si elle le détestait par la faute de l'autre grognasse.

« J'peux fournir le matériel s'ils veulent. »

Il haussa les épaules, en apprenant que des gens voulaient probablement sa mort ; dont elle, sans aucun doute. Soit. Ce serait pas la première fois que ça lui arrivait ; rien d'effrayant en soi, en fin de compte. Suffisait de prendre l'habitude. Puis si ça devait se terminer comme ça pour lui, pas de soucis. Ça serait le destin, c'est tout. Fallait bien crever de quelque chose un jour.

« J'sais pas Candy. Maintenant que tu fais partie de mes petits ennuis, tu pourrais peut-être me le dire. »

Si elle savait … Y'avait pas que la drogue. Y'avait l'alcool, aussi … Et ça n'irait pas en s'arrangeant non plus, mentalement parlant. Mais qu'est-ce qu'elle en avait à faire ? Elle n'était là que pour Diana. Ce qu'elle aurait voulu, c'est certainement qu'il se tire encore ailleurs, pour garder sa meilleure amie pour elle, et qu'il en reste loin. Trèèès loin. Possessivité ou égoïsme, il savait pas trop. Les deux, si ça se trouve. Mais il sentait bien qu'elle faisait pas spécialement d'effort, la demoiselle un peu plus loin dans la pièce. Avec l'image qu'elle avait de lui, pas possible qu'il la fasse changer d'avis : trop tard. Et compréhensive comme elle l'était … Si elle parlait toute seule, avec une photo de Flynn, la conversation aurait sûrement été la même. Tiens, c'était une idée pour se débarrasser d'elle, ça. Et au fond, est-ce qu'il avait vraiment envie de faire des efforts .. ? Il se flagellait très bien tout seul. Pas besoin qu'elle rajoute ses coups de fouet. Les morsures du sien suffisaient largement.

Flynn écrasa son mégot ardent sur le bord de la fenêtre, abandonnant ce dernier ici pour l'instant. Il le virerait plus tard. Maintenant qu'il savait qu'elle le lâcherait pas, c'est presque s'il redoutait le contact visuel, de peur d'être plus sec qu'il ne l'aurait voulu avec elle. Niveau diplomatie, le monde avait quand même connu mieux que Candice, surtout dans ce genre de situations.

« Qu'est-ce que tu fous encore ici, au juste ? Tu ne serais pas mieux avec elle, à me casser du sucre sur le dos pour tenter de la raisonner ? C'est ce que t'as l'air de faire de mieux, apparemment … Et puis qu'est-ce que tu sais de moi, concrètement ? Tu m'connais même pas. J'te trouve bien médisante ... »

Un rictus nerveux s'invita sur les lèvres de Flynn, alors qu'il parlait d'une façon nettement moins amorphe, épiant la blonde du coin de l'oeil. Oui, c'était du dédain. Il lui en rendait autant qu'elle lui en balançait dans la tronche. Pour ce qu'ils s'appréciaient, ça n'influencerait pas grand chose à l'avenir, faut croire.

« T'imagines même pas à quel point ça me bouffe, cette histoire … D'ailleurs, tu dois pas avoir grande estime de Diana pour penser qu'elle traînerait avec n'importe quoi. »

Diana était candide. Elle le fut, plutôt. Peut-être qu'à l'époque, elle aurait pu tomber sur pire que lui, ou mieux, mais en attendant, ils étaient restés un bout de temps ensemble, avant qu'il ne décide de tout foutre en l'air. Qu'est-ce qu'il regrettait ça … Encore une fois, il était le seul responsable. Et rien que d'y penser, ça lui donnait envie de renoncer à un peu tout. Pourquoi est-ce qu'il se donnait du mal ? Personne ne lui pardonnerait. Personne n'oublierait. Tout ce qu'il y gagnerait, ce serait de la haine, comme Candice lui en offrait ce soir. Il en avait rapidement pris conscience, il ne fallait malheureusement pas s'attendre à un semblant de sollicitude, ni même d'un peu d'attention ou de respect.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://australianlife.forumactif.org/t3429-there-s-always-somewhere-to-run-flynn-k-griffith
♦ Lézard des plages ♦

avatar

★ Célébrité : Candice Swanepoel
★ Date d'inscription : 30/05/2017
★ Pseudo : LittleWolf
★ Messages : 157
★ Autres comptes : Sasha Blake, Lexie R.Gail, Louna L.Hawkins


MessageSujet: Re: How come, what's wrong with you ? [Flynn ]   Ven 15 Sep - 16:14



How come, what's wrong with you ?

Flynn
Ce n’était clairement pas en allant en mon sens que tu aurais forcément beaucoup plus d’intérêt à mes yeux. Pour moi ça n’avait pas d’intérêt de venir me caresser au sens du poil alors que j’avais la haine contre toi, alors à quoi bon faire en sorte que ça soit le cas ? Si j’avais bien une chose que j’avais en horreur c’était clairement pas qu’on vienne dire les choses que je voulais entendre. Oui j’aimais beaucoup me prendre la tête mais ce n’était pas une raison pour qu’il le fasse lui. Après tout c’était surtout à lui de se défendre avec ce qu’il avait bien pu faire et surement pas à moi à ce moment précis moi j’étais en dehors de cause. La seule chose qui avait surement avoir, c’était que je m’étais introduite chez lui sans le prévenir ou l’attendre, en même temps niveau sécurité c’était vraiment une merde. Il fallait aussi comprendre que je n’étais pas ravi de voir l’homme qui avait fait tant de mal à ma meilleure amie, revenir et quand je disais revenir c’était bien revenir comme une fleur ce qui pour moi n’était clairement pas acceptable parce qu’il fallait prendre sur soi mais c’était aussi évident que ses proches allaient lui en vouloir.

« Ils n'ont pas besoin que tu fournisses le matériel, ils l’ont déjà. »

Je voulais surtout qu’il souffre comme Diana avait bien pu souffrir à cause de lui. Pour moi c’était tout simplement ça que je voulais, qu’il souffre et non pas seulement parce qu’il avait tendance à se foutre des coups de fouet dans le dos. Non je voulais le voir morfler autant que ma meilleure amie avait bien pu souffrir de son départ.

« C’est pas à moi de me justifier du départ de ce que tu as bien pu faire subir à Diana. Le fautif dans l’histoire c’est bien toi et surement pas moi. »

Que ça soit drogue ou l’alcool, pour moi ça avait tout de même le même effet parce que ça revenait clairement au même. Tu te détruits pas la santé pour quelqu’un qui est fautif, maintenant qu’il regarde la réalité des choses, des choses qu’il avait bien pu faire et qui avait complètement brisé Diana. Oui qu’il voit à quel point elle avait souffert, à quel point sa rupture, rupture qui n’avait franchement été fait dans les règles c’était ça qui avait surement dû faire le plus mal à Diana. Qu’il la largue par une lettre, non mais qui de sain faisait ça de nos jours ? Et après il s’étonner que je n’allais pas faire ma chieuse de service. J’avais beau être superficielle, une célibatarde parce que clairement c’était le cas. Quand j’aimais quelqu’un je faisais absolument tout pour cette personne, et toucher à mes proches et leurs faire du mal c’était m’avoir sur le dos inévitablement.

Et puis vu l’énervement dont j’avais maintenant, ce n’était pas moi qui irait le prendre avec des pincettes. Et pourtant je n’étais pas la pire des garces, parce que je n’avais pas énormément parler de Flynn avec Diana parce que je savais déjà que je me serais énervée sur son dos et que ça aurait blessé Diana, alors je m’étais simplement contenter d’être présente pour elle.

« Je suis encore la parce que je veux savoir ce que tu veux réellement, je tiens pas à la voir encore plus s’enterrer alors qu’elle est déjà bien bas. Je te demande de te défendre avant que je m’en aille, parce que contrairement à moi Diana à la chance de t’avoir encore, que tu lui reviennes parce qu’à te voir tu risques de retourner vers elle. Mais je ne veux pas qu’elle connaisse la descente au enfer que j’ai connu pendant mon adolescence en moins d’un an, et qui m’a fait devenir ce que je suis aujourd’hui, une anorexique qui en a plus rien à foutre de sa vie. Mais qui se bats pour ses proches, proches qui se trouve être Diana elle est l’une des seules qui me tiens la tête hors de l’eau depuis des années. Alors maintenant, dis-moi ce que tu veux vraiment Griffith. Et surtout ne dis pas de moi que je suis médisante, je ne fais que vouloir protéger la femme que j’aime le plus dans ce monde en dehors de ma mère.»

Si il voulait de la médisance, je pouvais très bien l’être mais la je lui laisser l’occasion de s’expliquer sur ses raisons, et de ne pas me mentir parce qu’il était certain que ça risquait de ne pas me plaire et que je le verrais rapidement. Je plissais doucement les sourcils en la regardant.

« Alors pourquoi avoir fait ça ? Tu savais pertinemment que Diana est sensible, trop sensible pour ce monde de brute et toi tu l’as largué par une simple lettre ? Diana ne traine avec personne c’est justement ça le problème. Elle t’a trop dans la peau, jusqu’à se faire du mal. »

Diana était pure, surement bien plus pure que moi sauf qu’elle n’avait pas connu la mort de son père qui était absolument tout pour toi et l’année d’après à la même époque et le même jour, la mort de ton seul amour. Ce qui faisait que je détestais Noel, je détestais le jour de mon anniversaire parce que c’était un jour bien trop douloureux pour moi-même après toutes ses années. Diana ne connaissait pas ça, même si sa vie n’était clairement pas facile et je ne lui souhaitais pas de connaitre ça.


Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♠ Le profanateur ♠

avatar

★ Célébrité : Dani Filth
★ Date d'inscription : 16/06/2017
★ Messages : 253


MessageSujet: Re: How come, what's wrong with you ? [Flynn ]   Sam 16 Sep - 15:46

Sick of the nightmares,
gripped with these fears of guilt.
How come, what's wrong with you ?
Il ne souhaitait pas son intérêt, ni son affection ou quoi que ce soit d'autre. Il savait qu'il s'agissait de choses qu'il n'obtiendrait jamais. Lui, il souhaitait juste que tout se termine rapidement. Peut-être qu'il valait mieux qu'il se laisse aller à sa colère ; qu'il la vire en lui foutant ses pompes dans le train. Parce qu'elle était exaspérante, et c'était peu dire. Devoir supporter quelqu'un d'aussi stupide ou égoïste, incapable de savoir où et quand s'arrêter … Ça finirait par lui taper sur le système. Et pas dit qu'il se cantonne encore très longtemps au « Oui oui c'est ça, je suis vilain ». Qu'elle aille donc voir ailleurs, s'il y était. Si encore elle était capable de ne pas reporter sa frustration sur lui, ça pourrait passer encore … Mais là, on aurait dit qu'il prenait pour toutes les misères du monde … Verbalement, évidemment. Si ça dérapait autrement, tant pis pour elle. Fil de fer ou non, à force de l'asticoter comme elle le faisait, elle ne tarderait pas à recevoir ce qu'elle méritait. Femme ou non. Bien que, mégère aurait été plus approprié pour le cas de la blonde qui s'était invitée chez lui. Fallait dire que ça lui était égal ; il n'en avait plus grand chose à faire. Mener une vie tranquille, c'était plus trop son objectif, depuis qu'il s'était éloigné de celle qu'il aimait. Alors penser qu'il ait été négligent par mégarde … C'était certainement le sous-estimer. Mais il valait peut-être mieux qu'elle le prenne pour un idiot. Flynn la surprendrait mieux ensuite. Et puis, au fond, il aurait toujours ce petit plus : sa présence qui irriterait la blonde. Elle le détesterait pour être revenu si facilement, mais contrairement à ce qu'elle pensait, non, il ne jouait pas les touristes en ville. Flynn rasait les murs, tête baissée. Preuve qu'elle n'avait aucune idée du calvaire qu'il s'infligeait aussi. Putain de bonne femme.

« ''C'est toi le fautif dans l'histoire, méchaaant !'' »

Répéta-t-il, d'une voix exagérément aiguë pour imiter celle de Candice accompagnant le tout d'un geste du poignet efféminé, arborant un rictus presque effrayant ensuite lorsqu'il la regarda enfin. Ce n'était plus de simples aigreurs qui s'amoncelaient. Il en avait clairement assez. Bien sûr qu'il le savait. Bien sûr qu'il regrettait. Pas besoin qu'elle en rajoute une couche.

« Fine observation, Candy. »

Il acquiesça, manquant presque de l'applaudir, un semblant d'étonnement sur le visage, mêlé à son agacement. Puisque la passivité ne plaisait pas à la blonde, il allait opter pour autre chose. Puisqu'elle était incapable d'échanger dans le calme sans l'insulter ou l'invectiver, lui aussi, il allait passer au niveau au-dessus. S'il avait pu, il lui aurait balancé un truc salaud sur sa vie privée, surtout pour s'en débarrasser une fois pour toute. Qu'elle aille chialer ailleurs, plutôt que de l'emmerder inlassablement.

La discussion, elle était inutile avec elle. La blondasse y était fermée comme une huître acrimonieuse. Puis lui parler, ça changerait rien. Elle lui avait fait comprendre, sans lui laisser entrevoir une pointe d'autre chose que du mépris. Qu'est-ce qu'elle attendait au juste ? Qu'il se taille les veines devant elle .. ? Ça la rendrait p't'être heureuse, ça. Enfin si lui il était pas net avec sa façon de rompre, elle, qu'est-ce qu'elle était à vouloir la mort de quelqu'un qu'elle ne connaissait même pas, sans même lui avoir offert la chance de s'exprimer sans chercher à le démolir quoi qu'il dise ? Exaaactement. Elle aussi elle en avait des problèmes. Vivre par procuration, jouer les justicières … Tout ça finirait par lui jouer des tours, si elle continuait sur cette voie. C'était peut-être noble, mais elle n'avait aucune diplomatie. Une vraie chieuse. Il aurait juste fallu qu'il soit la crapule qu'elle songeait qu'il était pour qu'il la fasse disparaître ce soir, sans regrets ni remords. Parce qu'après tout, peut-être qu'il l'avait déjà fait … Qu'est-ce qu'elle en savait ?

L'entendre parler de descente aux enfers lui fit rouler des yeux. C'était censé changer quoi, à tout ça ? Elle ne voulait pas que Diana connaisse une déchéance comme la sienne .. ? Très bien. Mais est-ce qu'elle savait comment faire .. ? Parce que lorsqu'il s'éloignait, la gamine voulait se tailler les veines, et si jamais il revenait, elle serait certainement moins suicidaire. La sécurité avant tout, c'est vrai. Mais était-ce vraiment son bien, qu'elle désirait ? De toute façon, dès lors qu'elle avait commencé à parler de sa petite personne, il avait cessé de chercher plus loin : elle aussi elle avait, des soucis divers et variés. Son anorexie traduisait un mal-être, dans sa petite caboche. Mais est-ce qu'elle s'en rendait compte .. ? Il en doutait.

Un sourire crispé sur le visage, il caressa les cornes de l'un des crânes d'animaux figurant parmi les trophées accrochés et suspendus dans la pièce obscure, sans trop s'être éloigné de la fenêtre. Est-ce qu'il devenait vraiment méchant tout de suite, ou est-ce qu'il attendait encore un peu … ?

« Tu sais, tu n'as rien à exiger normalement. Meilleure amie ou non. C'est à elle que je dois de plates excuses et des explications. Pas à toi. Et c'est pas avec le ton que tu emploies, que je vais te répondre ce que tu veux entendre. T'as pas l'habitude de tirer les vers du nez à quelqu'un, toi, hein .. ? »

Sa manière de parler avait viré à quelque chose d'étrangement plus calme. Moins inexpressive. En attendant, ce qu'il disait avait du sens ; elle n'avait rien à lui demander. Il parlerait à Diana, irait s'excuser, puis il la laisserait tranquille et sortirait définitivement de sa vie, si c'était ce que l'autre désirait. Il avait beau regretter, Flynn n'était pas égoïste au point de forcer Diana à se condamner à le supporter. Mais ça, puisque Candice creusait partiellement, elle n'en saurait jamais rien. C'était comme pour la plupart des choses qu'elle avait balancé comme ça, parce qu'elle se devait de les placer pour envenimer les choses. Dommage pour elle, il ne parlait pas sous la menace ni sous les insultes ; son comportement belliqueux la ferait certainement passer à côté de ce qu'elle voulait tant entendre.

« Je ne te retiens pas. Je ne t'ai même pas invitée à venir. Tu peux partir, si tu veux. Mais si tu descends de tes grands chevaux, que t'es un peu moins désagréable et que tu me prouves que tu sais fermer ton clapet pour garder certains trucs pour toi, alors peut-être qu'il y a moyen que je t'en parle. Sinon casse-toi, écoutes. »

Il haussa les épaules, en la regardant brièvement, avec un air jovial presque à en faire froid dans le dos. Il ferma la fenêtre, bras croisés alors qu'il guettait ce qu'elle allait faire. Si elle serait conciliante ou non. Si elle se retirerait ou non. Ou encore si elle essaierait de lui en coller une, que ça soit une gifle ou un coup de genou. Il l'attendait de pied ferme, maintenant qu'elle avait terminé ce qu'elle souhaitait : exciter ses nerfs plus encore, pour le faire passer de l'apathie à l'hostilité. Pourtant, c'était un bon deal qu'il lui proposait là. Elle aurait juste à lui montrer qu'elle était fiable, capable de tenir sa langue … Et d'autres petits détails, évidemment.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://australianlife.forumactif.org/t3429-there-s-always-somewhere-to-run-flynn-k-griffith
♦ Lézard des plages ♦

avatar

★ Célébrité : Candice Swanepoel
★ Date d'inscription : 30/05/2017
★ Pseudo : LittleWolf
★ Messages : 157
★ Autres comptes : Sasha Blake, Lexie R.Gail, Louna L.Hawkins


MessageSujet: Re: How come, what's wrong with you ? [Flynn ]   Sam 16 Sep - 16:58



How come, what's wrong with you ?

Flynn
Le jour où j’allais apprécier cet homme après ce qu’il avait fait, ça serait surement le jour où les poules auront des dents. Ce n’était clairement pas maintenant, même après une discussion je ne pourrais pas faire confiance en cet homme qui avait brisé la personne à qui je tenais le plus. Pourquoi je pensais que j’étais largement plus polie de ce que je pouvais bien être, il était certain que si j’avais envie d’être bien plus garce que je ne l’étais pas déjà. Je pourrais très bien être une vraie petite salope, une vraie garce même si ce n’était clairement pas dans ma nature pourtant c’était bien ce que je pensais. Que je lui tape sur les nerfs tant mieux parce que justement c’était ce que je voulais, je voulais qu’il sorte de ses gonds parce qu’il était certain que si je touchais à un de ses cheveux j’allais surement m’en prendre pleins la gueule par ma meilleure amie. Mais c’était de même pour lui et encore plus si mes frères apprenaient que celui avait toucher à un de mes cheveux, mes frères étaient pourtant assez cool mais ce n’était pas le cas quand tu touchais un peu trop mes cheveux ou que tu me faisais souffrir. Oui j’avais de vrai grands frères psychopathes, et même si je cherchais les ennuies, c’était bien connu un homme qui frappait une femme ce n’était clairement pas bien vu et pourtant c’était bien le cas. Maintenant il ne fallait pas tellement me prendre pour une conne, je savais pertinemment que chercher un homme qui était bien plus massif que sa petite personne était clairement du suicide mais je voulais voir jusqu’à quel point celui-ci pouvait se retenir et frapper une femme ensuite. Parce que oui si il me touchait, il fallait pas croire que je ne mettrais pas Diana en garde, parce que oui Diana était douce, gentille mais elle n’avait clairement pas le caractère que j’avais.

« Ou t’y es presque j’apprécie quand même l’effort. »

Oui je me doutais bien qu’il se moquait un peu de moi, mais je n’en avais franchement rien à faire. Pour ce qui en était de sa petite imitation, ça m’avait surtout fait rire parce que franchement il était ridicule. Je pouvais très bien imiter sa voix si je le voulais, mais je n’en voyais pas l’intérêt franchement depuis quand il faisait ça ? Le brisé n’était pas forcément mon attention, je voulais savoir ce qu’il en était et pas qu’il mente.

« Je ne vois pas de quel observation tu me parles Griffith. »

Je savais pertinemment que je pouvais être bien plus garce et pourtant je n’y faisais pas plus attention, pour le moment je n’en voyais pas l’intérêt. Mais si il voulait que je l’insulte réellement, il fallait me le dire parce que je le ferais avec un plaisir plus que certains et ce n’était franchement pas de l’ironie. Mais pour le moment je me retenais de lui balancer toute ma haine à la figure, et je me retenais aussi de le castrer tout simplement parce que j’étais certaine que ça ferait râler Diana que je touche aux parties même avec mes talons de son homme mais ce n’était pas réellement son homme, à qui la faute d’ailleurs. Attendez-lui encore une fois, enfin pour une fois que je lui laissais le droit à la parole.

Pour le moment je n’étais pas tellement ouverte à ce qu’il expose sa version des faits, parce que j’en avais pas encore fini avec lui mais forcément pour moi ça restait tout de même assez délicat parce qu’il fallait que je prenne sur moi. Prendre sur moi alors que je n’avais qu’une seule envie c’était de lui arracher la gorge, c’était une chose qui était clairement certaines mais pourtant je ne le faisais pas et je ne savais même pas pourquoi je ne prenais pas un couteau pour lui refaire le portrait après tout. Oui surement parce que je tenais bien trop à ma tranquillité et que si je lui arrachais la gorge je ne pourrais franchement guère l’avoir. Même si ma tranquillité était de courte durée depuis que j’avais appris que ce dernier était de retour à Melbourne, j’étais bien heureuse que ça ne soit plus le cas et pourtant le voilà de retour.

Je parlais très rarement de ce que j’avais vécue pendant mon adolescence, non pas que je cherchais à attirer la pitié de ce dernier, franchement je n’en avais strictement rien à foutre de sa pitié. Je ne l’estimais pas, à vrai dire j’estimais que très peu de monde mise à part mes proches alors ce n’était surement pas lui qui aurait vraiment de la considération. Je voulais simplement lui faire comprendre que je ne le laisserais pas tranquille, tant que je ne saurais pas ce qu’il voulait réellement avec Diana. Avec mon anorexie je savais pertinemment que je n’étais pas réellement stable mentalement, que je n’avais pas non plus fait le deuil de mon père et de mon premier amour. Je pense que je n’arriverais surement jamais à le faire, mais non je savais très bien que je n’étais pas bien et ce n’était pas pour ça encore une fois que je parlais de ça. Mais tout ce que je voulais lui faire comprendre, c’était que comparé à moi Diana avait la chance de pouvoir retrouver l’amour qu’elle avait perdu avec Flynn quand il avait rompu avec elle. Moi je savais pertinemment que si je voulais retrouver cet amour c’était par la mort que je devais passer, sauf que je pouvais pas me résoudre à faire du mal à mes proches, et surtout à Diana qui ne le méritait clairement pas.

« Je pense que tu en dois surtout à tous ses proches, peut-être moins que tu en dois à Diana effectivement. Mais ne me dis pas que tu n’as pas penser une seule seconde que tu n’allais pas t’en prendre pleins la figure dès que tu aurais pointé le bout de ton nez ? En général je tire les vers du nez de quelqu’un au lit, sauf que dans ton cas ce n’est pas franchement possible. »

Pour ce qui en était de lui, il était clair qu’elle ne coucherait jamais avec Flynn. Parce que oui elle avait bien plus d’atout quand elle couchait avec un homme sauf que franchement Flynn c’était pas son genre, et elle ressentait bien plus de dégout pour ce qu’il avait fait s’infliger à Diana que de la pitié. Qu’il souffre, pour elle ça revenait clairement au même et même si il se faisait souffrir, il avait plutôt intérêt à lui dire la vérité parce qu’elle serait bien capable de rester toute la sainte nuit prêt de lui pour lui casser les pieds.

« Crois moi le comportement que j’ai la, c’est clairement pas le comportement que j’ai normalement quand je suis énervée contre quelqu’un. Je me retiens de t’exploser les parties, ou même de prendre un couteau pour te refaire une beauté et te faire souffrir autant que Diana a pu souffrir de ton absence. Je te laisse une chance de me dire la vérité et que je m’en aille. Je suis pas la sale garce que je suis normalement quand je suis énervée contre une personne, je ne suis pas non plus médisante contre toi. Je ne parlais pas de toi à Diana, tout ce que je faisais c’était limite d’être collé à elle pour éviter les conneries immenses qu’elle aurait pu faire. Certes je n’ai pas forcément réussi à faire tout ce que je voulais, ni à la protéger comme je le souhaitais, mais au moins elle est toujours en vie. J’ai beau ne plus te porter dans mon cœur Griffith, si tu veux que je m’en aille tu ferais bien mieux de me dire toute la vérité sur tes intentions en son égard. Je ne t’aime pas, tu ne m’aimes pas d’accord, mais j’ai besoin de savoir si tu vas te rebarrer encore une fois en la détruisant encore plus ou pas. Ce que je t’ai dit tout à l’heure, j’ai perdu mon père et mon seul petit ami, à un an d’intervalle, le jour de mon anniversaire, je suis devenue comme ça, je suis complètement brisée intérieurement. Mais j’ai trouvé en Diana une amie que je ne supporterais pas de perdre pour un homme qui ne fait que des conneries, elle a déjà assez souffert comme ça tu ne crois pas ? Elle a perdu ses parents, parce qu’elle sortait avec toi. Je veux simplement savoir tes intentions pour elle. »

Finalement j’avais fini par baisser d’un ton, je le laisserais finalement parler puisque je n’ouvrirais plus la bouche pour le laisser parler.



Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: How come, what's wrong with you ? [Flynn ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
How come, what's wrong with you ? [Flynn ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 03. What's wrong with you ?
» Normand Flynn
» 'Something brought you here, Flynn Rider. Call it what you will, fate, destiny...' 'A horse.'
» Flynn Rider cavalier de Waterloo
» Sennar Walsh Cavalier d'Hazufel ; Arthur Cavalier de Kita ; Flynn Rider Cavalier de Waterloo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Australian life :: 
Melbourne
 :: 
St Kilda
 :: Habitations
-