AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I’m drunk ‘cause my past hurt me... [ft: Ariel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
♠ Petit nouveau à Melbourne ♠

avatar

★ Célébrité : Charlie Hunnam
★ Date d'inscription : 19/10/2017
★ Messages : 44


MessageSujet: I’m drunk ‘cause my past hurt me... [ft: Ariel]   Mer 25 Oct - 2:58

I’m drunk ‘cause my past hurt me...
Elliott & Ariel
••••

Un mariage, c’était pour la vie jusqu'à la mort. Est-ce que quelqu’un c’était déjà demander ce qui arrivait a celui qui restait après ? Surement pas. Aujourd’hui sa aurait fait 11 ans qu’ils étaient mariés avec Louisa. Alors la journée avait été plus que pénible. Elliott avait pris congé du boulot et avait du courir pendant au moins 2h sur la plage. Il avait ensuite nagé après avoir ordonné à Zeus de ne pas bouger pendant qu’il était dans l’eau. Eli pensait que se dépenser énergiquement allait lui faire échapper à son envie de boire un verre… Pourtant, il tremblait à la simple pensée d’un verre d’alcool fort… peu importe lequel !

C’est donc un peu après les douze coups de midi que l’ancien policier entra dans The Emerson Club. Il commanda quelque chose à manger ainsi qu’une bière. Il la regarda longtemps avant d’en prendre la première gorgée. Cela ne prit pas longtemps avant que le garagiste ne commande un autre verre beaucoup plus fort cette fois. L’après-midi se passa ainsi avant qu’il ne transfère au Blue bar. Non seulement, il ne s’entendait plus penser dans cet endroit… mais en plus on vous serre sans vraiment poser de question.

Aux petites heures du matin, Elliott arriva devant sa porte d’appartement. Zeus avait attendu dehors sans broncher. Ce chien avait été entraîné part des maîtres policier… alors il écoutait très bien. Son maître avait bien sue pensé à lui apporter de l’eau pour ne pas déshydrater son chien. Quoi qu’il en soit, Elliott était dans le couloir et faisait vacarme infernal simplement pour se rendre à la porte. Un homme plus loin ouvrit sa porte et lui dit :

- Y a des gens qui essais de dormir et qui boss demain !

Le garagiste le regarda d’un œil vide et se laissa tomber assis devant sa porte. Tout tournait autour de lui et il se savait incapable de déverrouiller la porte. Fermant les yeux, il tenta de calmer ces étourdissements et peut-être même s’endormir. Ça ne serait pas la première fois qu’il s’endormirait dans un couloir complètement bourré. Zeus vint se coucher tout contre Elliott et appuya sa tête sur les cuisses de son maître.

••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♣ La petite sirène ♣

avatar

★ Célébrité : Olivia Wilde
★ Date d'inscription : 01/02/2016
★ Pseudo : Sayonne
★ Messages : 4015
★ Autres comptes : La belle et jeune Abigail Mills et la charmante Anna G. Rousseau !

To Do
Action de la loterie:


MessageSujet: Re: I’m drunk ‘cause my past hurt me... [ft: Ariel]   Jeu 26 Oct - 0:30


I'm drunk 'cause my past hurt me
Je n'avais toujours pas repris le travail, ne me sentant toujours pas capable d’affronter Adam. Bien que le temps faisait les choses, on avait pas idée de ce que pouvait faire l’amour quand on aime vraiment de tout son cœur. Je n'y faisais pas exception et ce, même si je m’y étais préparée et protégée au mieux depuis tout ce temps. J’avais donc profité de la soirée comme je le faisais depuis plusieurs semaines maintenant, mais était restée plutôt sage ce soir. Je ne pouvais clairement pas faire n'importe quoi tous les soirs. Non seulement par respect pour mes colocataires et parce que je blessais un peu plus chaque jour mon jumeau à me mettre plus mal que je ne l'étais déjà jour après jour mais aussi pour mon propre bien. Je n’avais plus vingt ans et bien que je m’entraînais suffisamment pour rester bien en forme, mon corps finirait par ne plus me suivre et à me faire payer la traîtrise que j’étais entrain de lui faire vivre. Avoir vingt ans dans sa tête ne signifie pas que notre corps en pense de même.

Il était donc tout juste 5h du matin quand je franchissais enfin la porte de l'appartement. Oui on avait tous notre notion de sage… je m'étais posée dans un unique bar avant de finalement partir avec un énième homme dont je ne connais déjà plus le nom, peu après 2h du matin, et avait passé une nuit plutôt agréable avant qu'il ne me dépose non loin de chez moi, les transports en commun n’étant pas encore en service à cette heure-ci. Alors que j’étais entrain de retirer mes escarpins avant de traverser l'appartement jusqu'à ma chambre, j’entendis le bruit de la porte du bâtiment. Apparemment soit quelqu'un rentrait tout aussi tard que moi de soirée, soit quelqu'un partait très tôt travailler. Sauf que plus j'avançais vers ma chambre, plus j'entendais un vacarme retentir dans la cage d’escalier qui ne saurait tarder de réveiller quelqu'un. Ce qui ne manqua pas d’arriver bien vite puisque j’entendis un voix d’homme sur le même palier que nous se plaindre que certains essayaient de dormir et travaillaient le lendemain ou plutôt devrait-il dire, dans les heures à venir. J’aurais pu ignorer complément cela bien que j’étais assez étonnée de savoir que tout ceci avait lieu sur notre palier alors que je ne connaissais pas d’autres fêtards que nous à cet étage mais un gros boom me stoppa net dans ma progression. Je rebroussais finalement chemin et déposai mes chaussures juste à côté de l’entrée avant de tenter d’ouvrir délicatement la porte de l'appartement. Je n’eus pas besoin de jeter un coup d’œil au couloir pour comprendre à qui revenait le mérite d’avoir fait autant de bruit en tentant de rentrer chez lui. Il s'agissait d’Elliott notre voisin d’en face et j’en restais même figée dans mon mouvement quand je le vis là, assis devant sa porte les yeux mi-clos, son chien collait tout contre lui. Que faisait-il là ? Ça ne lui ressemblait pourtant pas ! Passée la surprise, je m'empressai de sortir de l’appartement et de refermai la porte derrière moi toujours avec le maximum de délicatesse possible. Je m’avançais ensuite vers mon voisin, tout en essayant de l'appeler par son prénom tout doucement. Tentative quelque peu infructueuse, si ce n’est son chien qui leva la tête pour me regarder. Je n’avais pas peur qu’il m’attaque en voulant approcher son maître, il me connaissait depuis quelques mois déjà et savait que je ne voulais aucun mal, ni à lui ni à son maître. Que pouvait-il bien être arrivé à Elliott ? Il ne me semblait pas blesser, ce qui me rassurait un peu. Avait-il juste un peu abusé de la soirée ? Je ne le connaissais pas grand fêtard mais pourquoi pas après tout ? Je m'accroupie à côté de lui, avançant ma main pour laisser son chien la reniflait avant de la poser sur son bras. “Elliott ? Ça va ?”. Il semblait très fatigué, peut-être avait-il voulu rentrer chez lui mais n’avait pas trouvé finalement la force nécessaire pour aller plus loin. Toujours est-il que je n’avais pas l’intention de le laisser dormir sur le palier. Remontant ma main vers son épaule : “Elliott ? Tu as besoin d’aide ?”.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♠ Petit nouveau à Melbourne ♠

avatar

★ Célébrité : Charlie Hunnam
★ Date d'inscription : 19/10/2017
★ Messages : 44


MessageSujet: Re: I’m drunk ‘cause my past hurt me... [ft: Ariel]   Sam 28 Oct - 20:06

I’m drunk ‘cause my past hurt me...
Elliott & Ariel
••••

En cette journée, Elliott n’avait pas eu le courage d’aller travailler. Malgré tout ces efforts, il avait fini part se rendre dans un restaurant qui était aussi un bar… Puis il était retombé dans ces vieux péché. Aujourd’hui, c’était le jour ou Elliott et Louisa, c’était marier. C’était le premier anniversaire qu’il passait sans elle… Il faut dire que c’était plutôt difficile pour l’anglais. Il aurait pu simplement résister pourtant il se sentait tellement seul. Sa femme était toute sa vie… Parfois, il se disait qu’il aurait dû disparaître de cet univers avec Louisa. Pourtant, Dieu l’avait laissé sur la terre… Cela devait être pour une bonne raison… Non ? Peu importe la raison, Elliott ne la voyait pas du tout.

Elliott avait fini part changer pour un endroit ou la musique jouait vraiment fort. Ainsi, il n’avait pas à penser trop à ce qu’il faisait. S’il y pensait trop après il regretterait son geste… Même si ça allait arriver de toute façon, le lendemain. L’ancien policier en était sorti aux petites heures du matin. Elliott avait créé un véritable boucan en allant jusqu'à son étage. Tout l’immeuble devait l’avoir entendu entrer, à coup sûr. Un homme l’engueula alors qu’il traversait le couloir pour se rendre jusqu'à sa porte. Apparemment, il était vraiment plus tôt que le garagiste ne l’avait pensé. Oh, il aurait pu s’excuser de sa voix pâteuse, mais qu’es qu’il en avait à foutre de cet homme qui dormait ? L’ignorant superbement, il poursuivit son chemin en faisant toujours un boucan monstre. Il attendait presque que l’homme vienne pour se battre pour faire sortir toute cette frustration qu’il ressentait. Le fait que sa femme, c’était comme s’il avait tout perdu. Cela lui avait laissé une grande frustration. Alors lorsqu’il était bourré, cela lui arrivait de se bagarrer pour un oui ou un non.

L’ancien policier, c’était alors laisser tomber devant sa porte. Il était prêt à s’endormir à cet endroit avec Zeus à ces côtés. Il savait qu’avec le chien rien ne pouvait lui arriver. Alors qu’il se sentait partir, Elliott entendit une porte s’ouvrir. S’il n’avait pas eu peur que la pièce tourne, il aurait ouvert les yeux pour défier la prochaine personne qui allait l’insulter. Une petite voix l’appela où c’était une illusion de son cerveau, le mécanicien n’était pas sûr… C’était trop flou dans sa tête. Zeus leva la tête de ces jambes, il devait avoir entendu des gens partir au travail. Pourtant, un peu après une main se posa sur son bras. Une voix féminine lui demanda si ça allait. Quelque part au fond de lui, Elliott savait qu’il connaissait cette voix.

Quelques secondes après il l’entendit lui demander s’il avait besoin d’aide. Avec un petit sourire idiot sur le visage, l’anglais ouvrit les yeux pour regarder Ariel. Il avait presque oublié à quel point elle était jolie. C’était comme s’il avait un second coup de foudre. C’est donc avec un accent encore plus prononcer que d’habitude, à cause de l’alcool, qu’il lui répondit ;

- Ça va Love… La serrure semble fuir ma clé… Alors je peu ne pas entrer chez moi, mais ça va, je vais dormir ici ! À moins que tu ne veux me tenir compagnie…


Jamais le vrai Elliott n’aurait parlé ainsi ou même agi comme il semblait le faire en ce moment. Alors qu’il terminait sa phrase, l’ancien policier effleura la joue d’Ariel du dos de la main. Sa main alla ensuite sur son épaule avant de descendre le long de son bras. S’il était plus aventureux une fois bourrer, il restait quand même charmant d’une certaine façon…

••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♣ La petite sirène ♣

avatar

★ Célébrité : Olivia Wilde
★ Date d'inscription : 01/02/2016
★ Pseudo : Sayonne
★ Messages : 4015
★ Autres comptes : La belle et jeune Abigail Mills et la charmante Anna G. Rousseau !

To Do
Action de la loterie:


MessageSujet: Re: I’m drunk ‘cause my past hurt me... [ft: Ariel]   Mer 1 Nov - 0:47


I'm drunk 'cause my past hurt me
J’étais devenue maître dans l’art de rentrer discrètement chez moi afin de ne pas réveiller mes colocataires, surtout depuis que Sasha était arrivée puisque l’appartement n’ayant que deux chambres, elle dormait sur le canapé, heureusement confortable, du salon. Lorsqu’il n’était pas au boulot, il arrivait parfois à Ezekiel d’être encore éveillé lorsque je rentrais… mais il y avait peu de chance que cela soit le cas aujourd’hui vu l’heure à laquelle je rentrai. D’ailleurs s’il savait que j’étais rentrée à cette heure-ci, cela ne lui plairait probablement pas. Non pas que le fait je veille tard la nuit dehors, lui déplaise particulièrement, même si ce n’est jamais très rassurant - en tant que jumeau on n’a de cesse de s’inquiéter malheureusement -. Non, c’était plutôt parce qu’il savait que si je rentrai si tard ces derniers temps c’était parce que je n’étais pas bien, parce que je cherchais à fuir une réalité… J’aurais pu essayer de toutes mes forces de lui cacher mon mal être, rien n’y ferait. Mon jumeau lisait en moi comme dans un livre ouvert. Je continuai quand même d’essayer de le dissimuler un minimum car je savais pertinemment que me savoir comme ça lui faisait mal à lui aussi.

Cette nuit ou plutôt devrais-je dire ce matin - très tôt - tout aurait pu se passer comme d’habitude  : j’entre dans l’appartement, ferme derrière moi, retire mes chaussures, marche sur la pointe des pieds jusqu’à ma chambre et m’écroule dans mon lit. Mais cette routine bien rodée avait cette fois-ci était interrompue car un vacarme dans le couloir qui n’avait pas manqué de déranger un voisin de palier. Malgré la fatigue, j’étais bien trop désireuse de savoir ce qu’il se passait et surtout qui était le ou la responsable de ce bruit, pour faire comme si de rien n’était. Avec toujours autant de précaution, j’avais donc rebroussé chemin à mi-parcours entre la porte d’entrée et ma chambre pour finalement jeter un oeil dehors et apercevoir notre voisin de palier, Elliott, affalait le long de sa porte d’appartement, à moitié somnolent, son chien veillant toujours sur lui. Je fus d’ailleurs assez surprise par cette vision. C’était donc lui le responsable de tout ce bruit ? Qui d’autre ? Je pourrais parier ma vie ou celle de mon jumeau - et dieu sait que j’y tiens - qu’il n’était pas là quelques minutes plus tôt quand j’étais passée sur le palier, et ce, malgré mon état d'ébriété flagrant. Je décidai donc de quitter mon appartement, laissant mes escarpins au niveau de l’entrée, pour venir en aide à notre voisin. Il avait emménagé dans l’appartement en face du nôtre il y a quelques mois seulement. Nous avions déjà eu le temps de faire un peu connaissance et le courant passait plutôt bien. Mais du Elliott que je ne connaissais, jamais je n’avais décelé un fêtard dans l’âme. Tromperait-il bien son monde ?

Je tentai de l’appeler avant de m’accroupir à ses côtés et de poser ma main sur son bras pour lui demander si cela allait. De toute évidence, il était fortement alcoolisé et le tout devait être mélangé à une bonne fatigue. Si mon état n’était pas terrible, le sien était bien pire. Je lui demandai s’il avait besoin d’aide, bien que la réponse me paraisse assez évidente. Il ouvrit alors les yeux pour me regarder et avec son charmant accent anglais, bien plus prononcé que d’habitude, il me répondit. Je fus d’ailleurs quelque peu décontenancée par ses paroles… des paroles que je ne m’attendais pas entendre de sa bouche, lui qui était si gentleman d’habitude. Bien sur, il n’y avait rien d’offensant dans ses propos, ils étaient même plutôt flatteur mais j’accusais plutôt l’alcool d’être responsable de cela et d’ailleurs les gestes qui suivirent ses paroles me le confirmèrent. J’eus un léger frisson en sentant le revers de sa main caressait ma joue avant de glisser doucement le long de mon bras. Il était certes bourré mais il n’en restait pas moins un homme charmant. Mais si ces gestes là étaient encore innocents, il n’était pas question de le laisser aller à des gestes plus “intimes” qu’il pourrait regretter dans quelques heures lorsqu’il se réveillerait, avec certainement un sacré mal de tête. J’attrapais sa main avec douceur pour aller la reposer sur sa cuisse, espérant ne pas l’offenser. Je ne faisais pas cela pour le repousser mais parce que je n’allais pas laisser ici encore un moment. “Pas question que tu dormes ici Elliott. Laisse moi prendre tes clés, je vais t’aider à rentrer chez toi.”. Sur ces mots je récupérai les clés de son appartement qui étaient tombées lors de sa dernière tentative infructueuse d’ouvrir, et déverrouillai la porte sans toutefois l’ouvrir pour ne pas le faire chuter en arrière puisqu’il était appuyé dessus. Je me relevai ensuite et tendais mes mains vers lui pour l’aider à se relever. Une fois fait, non sans difficulté… nous ne faisons pas vraiment le même gabarit, je passais mon bras derrière son dos pour le soutenir et ouvrit la porte. Cherchant à taton l’interrupteur, je nous dirigeai ensuite vers son canapé et une fois arrivée devant, je laissai “tomber” Elliott dedans. J’allais rapidement refermer la porte d’entrée et me plantai debout devant lui. “Tu seras quand même mieux ici, non ?”. C’est vrai que j’aurais pu l’amener jusqu’à son lit mais, si j’étais déjà venue chez lui, je n’étais jamais allée ailleurs que dans son salon et je n’avais pas l’intention d’aller dans sa chambre sans qu’il m’est invité à le faire. Zeus alla tout seul se poser dans son panier, tout en gardant toutefois un oeil sur son patron.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: I’m drunk ‘cause my past hurt me... [ft: Ariel]   

Revenir en haut Aller en bas
 
I’m drunk ‘cause my past hurt me... [ft: Ariel]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Why Haiti Can't Forget Its Past
» Cause everybody's drunk, loud and pissed off {Feat. June
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"
» ♥ - Forget Your Past
» Drunk on love (2)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Australian life :: 
Melbourne
 :: 
St Kilda
 :: Habitations
-