AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'université et ses brochures

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
♠ La sulfureuse tentation ♠

avatar

★ Célébrité : Dakota Johnson
★ Date d'inscription : 18/10/2017
★ Pseudo : Arcadia
★ Messages : 392
★ Autres comptes : La douce Eden ...

To Do
Action de la loterie:


MessageSujet: L'université et ses brochures    Jeu 26 Oct - 15:23



Manava & Arwen
« L'université et ses brochures »

         La rentrée était déjà passée depuis plusieurs semaines déjà ; pourtant de potentiels futurs étudiants engorgeaient encore les couloirs de l'université, courant partout avec les bras remplis de brochures diverses et variées. Bien qu'ayant été à leur place, Arwen détestait ce moment de l'année où l'excitation ambiante à laquelle elle ne prenait plus part par lassitude, pompait une grande partie de son énergie. Ces éventuels nouveaux venus étaient, la majorité du temps, perdus dans les couloirs et erraient sans but comme des âmes damnées. Afin de fuir cette foule, elle sortit par la porte la plus proche et pénétra dans une petite cour intérieure. L'université de Melbourne était, en effet, pourvue de petits espaces de verdure, véritable havre de paix à l'intérieur de l'énorme complexe toujours réveillé. Ce n’était pas un grand espace, simplement un petit cloître, une pelouse bien verte malgré les chaleurs intenses australienne, une jolie fontaine en son centre et quelques bancs, par-ci par-là, invitant à une pause dans ce monde toujours si pressé. La jeune femme s'assit sur un des bancs qui se trouvait non loin et s'alluma une cigarette pour se détendre. Il était rare de voir la demoiselle fumer en dehors de soirées ; cependant, cette journée avait été particulièrement intense en émotions, notamment en frustration suite à son cours avec ce fameux professeur qu'elle rêvait de mettre dans son lit. Les lèvres de la jeune femme esquissèrent un sourire aux pensées lubriques qui lui vinrent en tête. Passant sa main dans ses cheveux elle laissa tomber sa tête en arrière et profita des rayons du soleil qui venaient caresser son visage. Un véritable instant de paix dans cet endroit surpeuplé.

         Ayant fini sa cigarette, elle se contenta d'observer les nouveaux venus. De là où elle se trouvait, le cloître aurait pu s’apparenter à une véritable autoroute en cette période de la journée et de l’année. L'une d'entre eux, un peu plus à l'écart du groupe, attira l’attention d’Arwen. Elle semblait plus âgée que la moyenne. Le regard dans le vide, il s'agissait d'une jeune femme qu'il devait avoir une trentaine d'années, les cheveux bruns légèrement ondulés et un visage angélique. Ses bras étaient remplis de brochures en tout genre qui semblait représenter un poids immense sur ses frêles épaules. Levant les yeux au ciel, Arwen ne put s’empêcher de remarque qu’une telle description reflétait une observation bien trop approfondie comparée à la normale pour que cela paraisse naturel et involontaire. « Pas que des bons côtés, la psycho ; je finis par voir des cas à étudier partout moi… » Soudain, l’inconnue s'arrêta un instant dans la cour, elle regarda à droite puis à gauche prenant conscience du fait qu'elle ne savait probablement pas vers où elle devait se diriger. Désespérée, mais se reconnaissant quelque peu dans cette description, Arwen soupira, passa la main dans ses cheveux, se leva élégamment et s'approcha de la potentiel future étudiante. Le brouhaha environnant masquait le bruit familier des escarpins noirs de la Williams. Arrivée à une soixantaine de centimètres de la jeune femme, Arwen lui adressa un sourire amical. Elle la dévisagea intensément comme si elle parvenait à lire les moindres secrets qu'elle aurait pu vouloir lui cacher, les moindres recoins sombres de son âme. Ne voulant pas paraître hostile, la jeune Williams sourit à nouveau et planta son regard bleu électrique dans le sien. « Excuse-moi, déformation professionnelle ». Elle pencha la tête sur le côté, jetant un coup d'œil à ce qui semblait déborder de ses bras. « Peut-être puis-je t'aider ? Tu semblais quelque peu perdue. Je connais bien le campus… »


© Lilith W.



@Manava O'Neill  


Dernière édition par Arwen N. Williams le Jeu 2 Nov - 0:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://australianlife.forumactif.org/t3789-arwen-cause-there-s-this-tune-i-found-that-makes-me-think-of-you-somehow#97933
♥ Prise à son propre jeu ♥

avatar

★ Célébrité : Emilia Clarke
★ Date d'inscription : 18/10/2017
★ Pseudo : Aloa
★ Messages : 384


MessageSujet: Re: L'université et ses brochures    Dim 29 Oct - 14:15

L'université et ses brochures.
Arwen & Manava.

Manava était complètement perdue. Elle ne savait pas ce qu'elle allait faire de sa vie. Elle avait toujours étudié dans le but de reprendre un jour l'entreprise de son père. Elle avait échoué en Australie et elle camouflait son échec par un travail fictif qu'elle cherchait encore. Personne ne voulait prendre dans son entreprise une personne qui avait fait couler la sienne et quelque part, vous savez quoi ? Ils n'avaient pas tort. Mais que faire à la place ? Manava s'était résiliée à abandonner cette voie qu'elle avait prise pour faire plaisir à son père. Sauf qu'elle ne s'était jamais vraiment posée la question de savoir ce qu'elle voulait faire vraiment. On lui avait toujours imposé des choix et elle n'avait jamais opté pour autre chose voulant faire plaisir aux autres. Au final, elle se retrouvait complètement perdu.

C'était son mari, Aiden, qui lui avait conseillé d'aller faire un tour du coté des universités. Peut-être qu'elle y trouverait des réponses sur ce qu'elle pourrait éventuellement faire par la suite. Aiden se sentait tout aussi concerner par le fait qu'elle puisse trouver du travail. Manava savait bien que ce n'était pas juste pour se débarrasser d'elle mais plutôt pour qu'elle soit heureuse de nouveau. Oh, bien sûr, il n'y avait pas que des mauvais jours mais c'était souvent déprimant de ne pratiquement rien faire de la journée. Alors elle avait appelé une première université qui donnait pas mal de cours différents où elle pourrait avoir un plus large choix. Elle pouvait venir et assister à quelques cours à condition de donner à l'avance une liste de ceux aux quels elle voulait assister. Chose qu'elle avait soigneusement en étudiant le site de l'université sur internet.

La voilà donc, du haut de ses petites chaussures à talons, probablement pour essayer de ne pas être la plus petites parmi ses étudiants pour la plus part beaucoup plus jeunes qu'elle mais c'était un peu peine perdue. Elle avait assisté à son premier cours dans un gigantesque amphithéâtre et elle ne savait pas vraiment si cela lui avait plus. Écoutez pendant plus de deux heures un professeur tout en prenant des notes assit dans le fond d'une chaise était plutôt ennuyeux. Elle s'était pourtant concentrer pour écouter la totalité du cours et ne pas entreprendre le relooking complet de ce professeur à l'aide de son crayon de papier et de sa feuille blanche. En fait, c'était sous son nez mais elle ne voyait encore rien. Manava était dans la cours, il y avait beaucoup trop d'étudiants autours d'elle. Elle était perdue et hésitait beaucoup à partir et baisser les bras. Une jeune femme vint lui adresser la parole et elle releva la tête lui souriant plus par réflexe vu le niveau d'angoisse dans lequel elle se trouvait en ce moment même.

- J'ai vraiment l'air autant perdu ? C'est une catastrophe…

Elle soupira légèrement avant de reprendre.

- C'est très gentil. J'ai un cours de psychologie dans une vingtaine de minutes et je suis incapable de trouver le bâtiment que l'on m'a indiqué à l'accueil. Je viens juste assister à quelques cours mais c'est presque devenue mission impossible.

Manava se stoppa se rendant compte qu'elle commençait à parler beaucoup trop, comme à chaque fois lorsqu'elle était anxieuse ou que la situation n'était tout simplement pas à son avantage.  
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://australianlife.forumactif.org/t3790-manava-o-neill-le-nouveau-chapitre#98007
♠ La sulfureuse tentation ♠

avatar

★ Célébrité : Dakota Johnson
★ Date d'inscription : 18/10/2017
★ Pseudo : Arcadia
★ Messages : 392
★ Autres comptes : La douce Eden ...

To Do
Action de la loterie:


MessageSujet: Re: L'université et ses brochures    Lun 30 Oct - 10:34



Manava & Arwen
« L'université et ses brochures »

« J'ai vraiment l'air perdu ? C'est une catastrophe... »


En entendant cette phrase, Arwen pu s'empêcher de lever les épaules et de lui adresser un petit regard compatissant. C'est lorsque la jeune femme lui expliqua qu’elle devait assister à un cours de psychologie et qu'elle ne parvenait pas à trouver l'amphi dans lequel le cours en question avait lieu qu’Arwen compris le niveau d'angoisse dans lequel se trouvait son interlocutrice.

« Hé là ne t'en fais pas je vais t'aider. Je peux même te conduire si tu veux je connais bien le chemin. »


Sans lui laisser réellement le temps d’accepter ou de refuser sa proposition, la demoiselle lui indiqua la marche à suivre.


« Viens suis-moi. »


Elle traversa la foule compacte d’étudiants errants et perdus avec assurance, slalomant entre les obstacles avec une habileté non feinte très certainement dû à l'habitude. Une fois parvenue au bout du couloir, la Williams se retourna et attendit la jeune femme qu'elle était censée guider à travers ce dédale ; et qui semblait se noyer dans le flot incessant d’élèves indisciplinés. Légèrement amusée par la maladresse de sa nouvelle rencontre, Arwen la gratifia d'un gentil :

« Allons, tu ne t’en sors pas si mal que ça pour une première fois ! J'étais bien pire que toi à l'époque. »


À l'évocation de ces vieux souvenirs, de sa rencontre avec Alana ainsi qu’avec le très séduisant professeur Mills Arwen se laissa aller à un court élan de nostalgie. Moins de 30 secondes plus tard, elle secoua la tête afin de se sortir de ses anciens moments enregistrés dans sa mémoire, puis passa la main dans ses cheveux. Elle laissa alors Manava passer devant elle pour être sûr de ne pas la perdre de vue, tout en lui indiquant le chemin. Face au majestueux escalier en marbre, elle ajouta d’un ton assuré.

« Il faut qu’on monte au troisième étage ».

Devant le regard intrigué de sa potentielle future collègue et prenant conscience de la bizarrerie de la situation, la Williams ajouta :

« J’ai quelque chose à rendre au professeur de psychologie. »


« C’est ça rattrape toi ma vieille, maintenant elle va croire que tu es une vieille folle psychopathe. » Cette pensée la fit sourire d’autant plus que c’était particulièrement ironique pour la future psychologue qu’elle souhaitait devenir. Les deux jeunes femmes se frayèrent un chemin dans la foule puis parvinrent au bureau de Noah Mills. Arwen frappa doucement mais fermement à la porte comme à son habitude mais elle n’obtint aucune réponse. Quelque peu frustrée, la jeune femme se retourna vers l'inconnue et lui dit avec un sourire désolé :

« Il n'est pas encore là, il doit être en train de finir son cours précédent. »


Consultant la montre dorée qui ornait son poignet, elle ajouta :

« Tu as environ 20 à 25 minutes avant que ton cours ne commence. »


Le couloir de psychologie était relativement désert à cette heure-ci. Arwen s'appuya contre le mur, les bras croisés sur sa poitrine. Cela ne ressemblait pas à Mills d’avoir pris du retard de la sorte. Bougonnant intérieurement la jeune femme se demanda si une étudiante fraichement débarquée ne serait pas en train de lui faire du pied. Elle secoua la tête devant cette réaction qu’elle-même aurait qualifiée de puérile


« Au fait je m'appelle Arwen … » lui dit-elle d'une voix douce.

Elle voulut lui tendre à lui tendre la main pour la saluer dans les règles de l’art cependant elle s'abstint réalisant que son interlocutrice ne pourrait répondre à son geste de politesse. En effet cette dernière ayant les bras chargés de brochures en tout genre, elle n'aurait pu saisir la main tendue et cela aurait probablement provoqué un certain malaise entre elles.


« Je peux peut-être t'aider à faire le tri dans tes brochures … » lui proposa proposa-t-elle. « Tu envisages de te diriger vers la psychologie ou tu cherches encore ta voie ? »


Elle invita alors sa camarade à s’assoir sur le petit banc prévu à cet effet, entre le bureau du professeur et la porte du haut de l’amphi où le cours en question devait avoir lieu incessamment sous peu. Croisant les jambes, Arwen regarda intensément Manava en lui adressant un sourire quelque peu charmeur sans pour autant être dragueur ; dans l’espoir de la mettre à l’aise. Déjà quelques étudiants de premières et deuxièmes années commençaient à affluer. Arwen aperçu même, dans sa vision périphérique, un jeune homme qui lui faisait du rentre dedans depuis un certain temps ; mais décida de rester concentrée sur la jeune brune qui lui faisait face.
© Lilith W.



@Manava O'Neill  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://australianlife.forumactif.org/t3789-arwen-cause-there-s-this-tune-i-found-that-makes-me-think-of-you-somehow#97933
♥ Prise à son propre jeu ♥

avatar

★ Célébrité : Emilia Clarke
★ Date d'inscription : 18/10/2017
★ Pseudo : Aloa
★ Messages : 384


MessageSujet: Re: L'université et ses brochures    Sam 4 Nov - 15:34

L'université et ses brochures.
Arwen & Manava.

Manava acquiesça timidement puis elle se mit en route pour suivre cette jeune inconnue apparemment habituer à l'université. Elle lui sauvait la mise pour le coup car arriver en retard ne serait vraiment pas bon pour elle. Elle devait faire émarger une feuille et ensuite la rendre à son conseiller pour savoir où elle en était dans sa recherche d'étude et d'emploi. Sans ça, Manava ne pourrait rien percevoir en revenu et même si Aiden lui proposer souvent de l'aider, Manava refusait la plus part du temps. Il en faisait déjà assez pour elle.

- Merci…

Alors qu'elle s'évertuait à la suivre et à en même temps se souvenir par où elle passait pour qu'elle puisse retrouver l'entrée. Manava écouta la jeune femme lui parler de l'université. Elle n'aurait jamais pensé un jour devoir y retourner et encore moins dans un autre pays que celui où elle était née. Elle s'escusa plusieurs fois passant à travers beaucoup d'étudiants, rompant même parfois des conversations. Les gens devaient penser tout un tas de choses sur elle, la trentaine passait de retour sur les bancs de l'école et complètement perdue en plus. Il fallait vraiment qu'elle arrête d'y penser et qu'elle avance.

- C'est difficile à croire, j'ai l'impression d'être au beau milieu de la jungle et qu'au moindre faux pas, je pourrais me faire manger !

Elle afficha un léger sourire. Elle souriait en toute circonstance comme si cela pouvait cacher sa peur intérieure. Manava entama sa longue marche au travers des escaliers. Arwen lui fit part qu'elle avait quelque chose à rendre au professeur et Manava n'y vit rien à redire après tout, pourquoi pas ? Elle était simplement heureuse que quelqu'un l'accompagne jusque là-bas. Ce fut d'ailleurs un soulagement lorsqu'elles furent arrivées en haut et que le professeur n'était pas encore là. Elle n'était pas en retard génial. Un peu essoufflée s'étant un peu trop pressée dans les escaliers, elle se laissa tomber sur un des banc dans le couloirs lorsque Arwen l'invita à le faire. Même si sans ça, elle l'aurait probablement fait quand même.

- Parfait, je vais avoir le temps de m'en remettre. Encore merci.

Elle leva la tête vers la jeune femme en souriant.

- Enchantée Arwen et moi c'est Manava.


Effectivement, elle n'aurait pas pu vraiment lui serrer la main. D'ailleurs, Manava tenta de poser ses brochures en tout genre sur ses genoux pour libérer un peu plus ses bras. Aux questions de sa guide elle préféra être honnête.

- Je n'en ai franchement aucune idée. A part avoir un coup de coeur pour le professeur je ne vois pas ce qui pourrait me décider…


Elle se mit à rire parce que bien évidement, c'était une blague.

- Je plaisante, je suis mariée. Je ne crois pas que ma place soit vraiment dans une université mais si je ne trouve pas rapidement quelque chose, je vais exploser à force de tourner en rond dans mon appartement…

Elle n'avait pas envie de confier à une inconnue qu'elle pourrait potentiellement se faire expulser du pays. Non, elle gardait toujours ça pour elle parce que elle en avait vraiment honte. Honte de se dire qu'elle avait échoué sur tous les points. Manava leva la tête à plusieurs reprises pour observer les étudiants arrivaient. Tous beaucoup plus jeunes qu'elle.   
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://australianlife.forumactif.org/t3790-manava-o-neill-le-nouveau-chapitre#98007
♠ La sulfureuse tentation ♠

avatar

★ Célébrité : Dakota Johnson
★ Date d'inscription : 18/10/2017
★ Pseudo : Arcadia
★ Messages : 392
★ Autres comptes : La douce Eden ...

To Do
Action de la loterie:


MessageSujet: Re: L'université et ses brochures    Ven 17 Nov - 20:38



Manava & Arwen
« L'université et ses brochures »

         Lorsque Manava lui expliqua qu'elle n'avait aucune idée de ce vers quoi elle aurait pu se diriger et qu'elle se laissait la possibilité de choisir sa voie professionnelle en fonction d'un coup de cœur qu'elle pourrait avoir avec professeur de l'université, Arwen hocha la tête légèrement amusée. Bien qu’elle ait compris la blague, elle comprenait ce que voulait lui dire la jeune femme, du moins l’idée qui était derrière tout ça. Au-delà de son attirance pour le professeur de psychologie, Arwen savait mieux que quiconque que l'investissement d'un professeur pouvez faire beaucoup de choses quant à l'assiduité de ses élèves et leur réussite. Lorsque Manava se mit à rire au sous-entendu qu'elle venait de faire, Arwen ne put s'empêcher de lui sourire en retour. Si jamais elle savait elle n'aurait pu tomber plus juste quant à cette réflexion envers la jeune femme. Manava lui expliqua alors vaguement la situation dans laquelle elle se trouvait, son impatience de retrouver un emploi et la saturation d'être complètement séquestré dans son propre appartement. Elle l'a vu également lever plusieurs fois la tête, regarder autour d'elle et constater, comme une fatalité, la différence d'âge entre elle et les jeunes gens qui les entouraient, Arwen compris. Le jeune homme en question, qui avait déjà au préalablement tenté de séduire Arwen tenta une approche plus directe. Cependant, avant qu'il ne puisse réellement s'approcher d'elles, la jeune femme lui lança un regard mauvais lui signifiant qu’il n’avait pas intérêt à faire un pas de plus dans sa direction s’il comptait s’envoyer en l’air avec elle. La demoiselle très attachée à son indépendance, n'avait jamais souhaité mélanger travail et plaisir. Là encore son professeur de psychologie avait été l'exemple qui confirmait la règle, bien que rien encore ne se soit passé entre eux.

Se concentrant sur Manava, elle la gratifia de nouveau d’un sourire et en choisissant précautionneusement ses mots elle lui dit :

« Ne te focalise pas sur eux, ils n’ont aucune idée de comment peut être la vie, d’à quel point le monde du travail peut être difficile. Ils sont là parce qu'ils ont une vision erronée de la psychologie. »

Elle marqua une pause, hésitant à continuer avant de se lancer.

« Cette matière a la réputation de nécessiter peu de travail et d'investissement mais c'est loin d'être le cas. »


Arwen ne s'éternisa pas sur le fait que bien qu’étant étudiante, elle avait une certaine notion du monde impitoyable que pouvait être celui des adultes ; et que peu importe notre physique ou notre caractère, il était nécessaire de travailler pour obtenir un salaire et donc pour pouvoir se nourrir. Elle ne s'étendit pas non plus sur les raisons qui l’avaient poussé à choisir la psychologie, ni celles concernant ce qui l’avait poussé à toujours chercher à obtenir le meilleur statut donc le meilleur salaire possible.

Les élèves s’amassaient progressivement dans la salle de cours, passant au compte-goutte devant les deux jeunes femmes. Quand Arwen aperçu Noah Mills au bout du couloir, son regard s’assombrit légèrement. Elle reporta alors son attention sur Manava.

« Le cours va commencer dans cinq minutes environ, le temps que le prof passe à son bureau poser ses affaires. Je dois passer lui remettre mon devoir mais ça ne devrait pas être long. »


Elle hésita un instant, repensa à ce que la jeune trentenaire lui avait dit concernant l’université, quand elle l’avait comparé à une jungle … Elle ne voulait pas la décourager, au contraire. Bien qu’elle ne la connaisse que depuis quelques dizaines de minutes, Arwen avait sincèrement envie que sa nouvelle connaissance atteigne ses objectifs.

« Tu es sûre que ça va ? Tu me sembles un peu anxieuse … »


© Lilith W.



@Manava O'Neill  
J'espère que ça te convient, je n'étais pas ultra inspirée et je savais pas trop comment tu envisageais que cela évolue ... Si jamais cela ne va pas MPotte moi et je modifierai !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://australianlife.forumactif.org/t3789-arwen-cause-there-s-this-tune-i-found-that-makes-me-think-of-you-somehow#97933
♥ Prise à son propre jeu ♥

avatar

★ Célébrité : Emilia Clarke
★ Date d'inscription : 18/10/2017
★ Pseudo : Aloa
★ Messages : 384


MessageSujet: Re: L'université et ses brochures    Dim 26 Nov - 17:40

L'université et ses brochures.
Arwen & Manava.

Ne pas se focaliser sur tous ces gens qui l'a regarde se trouvait être bien difficile pour Manava. Elle avait souvent l'impression d'être juger par les autres alors que la plus part du temps ce n'était probablement pas le cas. La psychologie lui semblait bien difficile mais participer à ce cours lui éviterait un énième rendez-vous pour recevoir une leçon de moral d'un conseillé qui ne comprenait rien à ce qu'elle pouvait vivre en ce moment même. Les conseillés avaient tendance à croire que Manava profitait du fait que son mari travaille pour se rouler les pouces et profiter des aides mais ce n'était pas le cas. Elle enchaînait les entretiens d'embauches mais personne ne voulait d'elle parce que personne ne voulait de quelqu'un dans son entreprise qui serait subtile de faire couler la dite entreprise. Elle ne pouvait pas leur en vouloir même si elle aurait apprécié qu'au moins l'un d'eux lui laisse une chance. Du coup, elle se retrouvait à participer à des cours dans l'espoir de peut-être trouver une formation dans une branche qui lui plairait. Elle fronça ensuite légèrement les yeux à la remarque d'Arwen.

- Je crois que la psychologie va me donner du fil à retorde. Le professeur est comment ?

Manava fit un rapide tour des documents qu'elle avait posé sur ses genoux. Elle sortit la feuille d'émargement qu'elle devait faire signer à Mr Mills pour avoir participer à son cours. Elle sentit ensuite son coeur battre beaucoup plus fort qu'à la normal, peut-être à cause de l'attroupement d'étudiants qui rentraient dans l'amphithéâtre et ça lui rappelait étrangement ses années d'études, il y a quelques années maintenant. Elle acquiesça ensuite les dires d'Arwen en s'efforçant de sourire.

- Pas de soucis, je vais attendre que tout ce petit monde rentre, je dois faire signer un papier au professeur et ensuite, place à la psycho !

Arwen voyait décidément clair en elle mais Manava se leva bien déterminer à tout de même suivre ce cours. Ça ne pouvait pas être aussi terrible et puis logiquement tous les regards seraient posés sur le professeur et non sur elle. Elle se leva tout en regardant sa nouvelle camarade.

- Effectivement, je le suis mais ça ira. Merci pour tout. Sans toi, je serais encore en plein milieu de la cours à chercher la bonne direction.  
  
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://australianlife.forumactif.org/t3790-manava-o-neill-le-nouveau-chapitre#98007
♠ La sulfureuse tentation ♠

avatar

★ Célébrité : Dakota Johnson
★ Date d'inscription : 18/10/2017
★ Pseudo : Arcadia
★ Messages : 392
★ Autres comptes : La douce Eden ...

To Do
Action de la loterie:


MessageSujet: Re: L'université et ses brochures    Dim 17 Déc - 18:56



Manava & Arwen
« L'université et ses brochures »

         « Je crois que la psychologie va me donner du fil à retordre. »  

La demoiselle lui adressa un sourire. Cette sensation était souvent commune pour de nombreux novices. La psychologie était souvent la bête noire des étudiants qui ne s’était pas appropriés cette matière. Elle allait lui donner quelques conseils pour qu’elle puisse se détendre lorsqu’elle ajouta :

« Le professeur est comment ? »

Arwen ne put s’empêcher de lui adresser un petit sourire énigmatique. Sexy était la seule réponse qu’elle envisagea l’espace d’une demi seconde. Elle repensa au corps de son professeur qu’elle avait envie de découvrir sous ses doigts. Elle la regarda dans les yeux, leva un sourcil amusé.  

« Et bien tout dépend le sens de ta question … »  


Se rappelant que la jeune femme était mariée selon ses dires, Arwen ajouta avec un sourire :

« C’est un professionnel particulièrement compétent, un bon professeur qui adore son métier et qui a une passion pour l’enseignement. »

Cette description concise de l’homme qu’elle avait dans le collimateur était relativement objective. En effet, en dehors de l’homme et de ses désirs primaires auxquels Arwen aimerait bien que son professeur cède., il s’agissait d’un homme intelligent et passionné par son métier. Cette passion de l’enseignement était d’ailleurs reconnue par bon nombre de ses collèges à l’université mais également par la plupart de ses étudiants, tous plus ou moins assidus. Arwen remarqua les sourires tendus de Manava. Elle voulu détendre la jeune femme :

« Tout va bien, ne t’en fais pas tu es entre de bonnes mains maintenant ! »

Lorsqu’elle la remercia, Arwen lui sourit doucement, elle se leva avec élégance. Elle passa doucement sa main dans ses cheveux. Noah venait d'apparaître dans son champ de vision.  Le bel homme venait de sortir de son précédent cours et de pénétrer dans son petit bureau. Arwen se mordit doucement la lèvre inférieure puis elle se retourna vers Manava.

« Est-ce que je peux faire quelque chose pour toi encore ? »


Elle ajouta avec douceur :

« Le bureau du professeur Mills se trouve juste en face, il vient d’y entrer, c’est ton moment. Je te laisse y aller la première. »


Elle lui adressa un énième sourire encourageant. Déjà les premières années rentraient dans le grand amphithéâtre traversé par un courant d’air. Arwen frissonna mais ce n’était pas de froid, plutôt d’un mélange d’appréhension et d’excitation.



© Lilith W.



@Manava O'Neill  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://australianlife.forumactif.org/t3789-arwen-cause-there-s-this-tune-i-found-that-makes-me-think-of-you-somehow#97933

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: L'université et ses brochures    

Revenir en haut Aller en bas
 
L'université et ses brochures
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Clefs de l’Université de la Fondation Aristide pour La Démocratie (UNIFAD) s
» Nécessité de Réformer l’Université d’Etat d’Haïti :
» L'université haitienne: un triste tableau
» La révolte des étudiants de l’université d’État d’Haïti
» L'UNIVERSITÉ DE LA FONDATION ARISTIDE SE REPREND PEU À PEU

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Australian life :: 
Melbourne
 :: 
Carlton
 :: University of Melbourne
-